LR, la stratégie de la godille

Coincés entre macronistes et extrême droite, Les Républicains présidés par Laurent Wauquiez éprouvent de grandes difficultés à rassembler. Au risque de devenir un parti inaudible et incapable de gagner une élection nationale. Un mal durable ?

Coincés entre macronistes et extrême droite, Les Républicains présidés par Laurent Wauquiez éprouvent de grandes difficultés à rassembler. Au risque de devenir un parti inaudible et incapable de gagner une élection nationale. Un mal durable ?

Dès son élection à la tête du parti Les Républicains (LR) en décembre 2017, Laurent Wauquiez a annoncé la couleur. Il souhaite incarner une « droite qui ne s’excuse pas d’être de droite » et qui se place dans l’opposition à Emmanuel Macron, notamment sur les questions régaliennes. Le but est simple : empêcher l’hémorragie de son électorat vers le RN et accueillir les électeurs déçus par Marine Le Pen.

Séduire à l’extrême droite

Un calcul cohérent pour asseoir son autorité auprès d’un électorat de plus en plus conservateur, notamment sur le plan identitaire. Si cette évolution touche les électeurs, elle concerne également l’appareil dirigeant. Pour Christophe Bellon, spécialiste de l’histoire parlementaire et enseignant à Sciences Po ainsi qu’à l’université catholique de Lille, les élus de droite sont dans leur immense majorité opposés à tout dialogue avec le RN : « Mais la frange modérée du parti est de moins en moins importante, surtout depuis 2010 et la création de l’UDI puis avec la création du groupe parlementaire Agir Les Constructifs en 2017. » Et les dernières élections législatives ont accentué les choses : le nombre de députés LR est passé de 194 à 99 entre 2012 et 2017. « Les élus restants sont majoritairement implantés sur des terres ancrées à droite comme le Nord-Est ou les Alpes-Maritimes. Confrontés à un RN de plus en plus puissant qui devient le principal adversaire, ils sont prêts à muscler leur discours », analyse l’universitaire qui note également une baisse très forte d’élus venant de terres centristes comme la Bretagne ou les Pays de la Loire. Une donnée peu relevée par les observateurs et qui pourrait expliquer la droitisation du parti.

Pour asseoir son autorité et développer son identité politique, Laurent Wauquiez n’a pas ménagé ses efforts : immigration, islam, laxisme judiciaire, perte de l’héritage chrétien ont tour à tour été dénoncés par le nouveau leader. Sans pour autant attirer les électeurs de Marine Le Pen. Selon Pierre-Hadrien Bartoli, sondeur politique chez Harris Interactive, « seul un quart de l’électorat LR pourrait voter pour l’extrême droite. Et les électeurs RN sont réputés préférer l’original à la copie, ce qui est statistiquement vrai. »

En revanche, l’engagement des élus LR contre la réduction de la vitesse sur les routes ou encore la hausse de la CSG pour une partie des retraités a eu un résultat : attirer une frange de la classe moyenne de la France périphérique, moins diplômée que la moyenne nationale qui se sent représentée par la ligne Wauquiez, plus que par les discours de François Fillon. Une orientation qui lui a valu d’être considéré comme « le candidat des gars qui fument des clopes et qui roulent au diesel, » par le porte-parole du gouvernement Benjamin Griveaux. Une forme de consécration pour l’homme fort de LR qui souhaite incarner une droite populaire et anti-élite.

Garder les centristes

Mais cette réorientation s’est faite au détriment des électeurs centristes. Comme le souligne le spécialiste des sondages politiques, cette stratégie a détaché de LR « les cadres europhiles et libéraux qui votent désormais majoritairement LREM ». Et c’est là que le bât blesse. « L’histoire électorale est catégorique : la droite ne peut ni gagner en campant sur une ligne droitière ni gagner seule », assène Christophe Bellon. LR n’a pas le choix et doit ratisser large et rassembler : des centristes à la frange la plus droitière. Au risque d’être condamné à devenir la voiture balais de Marine Le Pen ou d’Emmanuel Macron.

"Les cadres europhiles et libéraux votent désormais pour Emmanuel Macron."

Un travail d’équilibriste, difficile mais pas impossible puisque Jacques Chirac puis Nicolas Sarkozy l’ont mené à bien. « Il est faux d’affirmer que Laurent Wauquiez va continuer à miser sur l’électorat d’extrême droite », estime Christophe Bellon qui rappelle que « l’actuel président de LR est à l’origine un chiraquien. Il va progressivement se recentrer. » Et cela a commencé. Certes, il a nommé en tête de liste pour les élections européennes le jeune philosophe versaillais François-Xavier Bellamy, un catholique pratiquant proche de Sens commun. Mais celui-ci est secondé par l’eurodéputé Arnaud Danjean, proche d’Alain Juppé, et par Agnès Evren, fidèle lieutenant de Valérie Pécresse, chantre d’une ligne libérale et modérée. Un signal bienvenu à une frange pro-européenne échaudée par l’exclusion ou le départ volontaire du parti de nombreuses personnalités centristes et trop Macron-compatibles.

Un leader menacé ?

En plus d’une difficulté à positionner ses idées dans un champ politique bousculé par l’émergence de LREM, la droite républicaine traverse actuellement une crise de leadership. Certes, Laurent Wauquiez a été largement élu par 75% des votants à la tête du parti en décembre 2017, mais cela reste insuffisant pour en faire le chef de file de l’opposition.

Le président de la région Auvergne-Rhône-Alpes souffre d’une mauvaise image auprès de l’opinion publique. Sur ces trois derniers mois, il recueille moins de 20% d’opinions favorables. Pire encore, seule la moitié des sympathisants lui fait confiance. « C’est un score très faible », glisse Pierre-Hadrien Bartoli qui précise que dans les autres partis, le taux est bien plus élevé : « Il est d’environ 80% pour Marine Le Pen, Emmanuel Macron ou encore Jean-Luc Mélenchon. ».

Un véritable handicap pour un électorat qui a traditionnellement le culte du chef. « La droite est de tradition bonapartiste. Électeurs et sympathisants désirent suivre un homme fort. Pour le moment, le constat est cruel : son cœur de cible ne le voit pas président de la République, ce qui rend la mobilisation hors du noyau dur assez difficile », estime Pierre-Hadrien Bartoli pour qui sa seule solution est de se présidentialiser. Ce qui, pour le sondeur, va demander du temps : « Dans l’opinion, il est perçu comme fake. » Elle pointe notamment une dissonance entre l’image qu’il souhaite donner : jeune, antisystème et sans langue de bois et la réalité. Celle d’un homme politique agrégé d’histoire, major de l’ENA, élu député à 29 ans, entré au gouvernement trois ans plus tard et passé du centrisme pro-européen à une ligne plus identitaire.

Pour le moment, Laurent Wauquiez n'est pas menacé par un putsch interne.

Il possède pourtant un atout dans sa manche : il n’a pas de concurrent. Certes Valérie Pécresse ou Xavier Bertrand sont dans les starting blocks ; mais, pour Pierre-Hadrien Bartoli, « les différents tests menés montrent que personne n’incarne le sauveur, le rassembleur. Toutes les personnalités testées obtiennent les mêmes résultats que lui ».

Une situation qui semble exclure le risque de putsch interne, y compris après des élections européennes qui s’annoncent peu prometteuses. La tâche s’annonce toutefois titanesque pour Laurent Wauquiez, qui persuadé de la justesse de sa ligne, continue à tracer son sillon. Patiemment. Et dans un relatif silence. Comme le fait remarquer Christophe Bellon : « Il parle beaucoup moins que ces prédécesseurs et opte pour une parole rare qui a du poids. » Comme le futur président qu’il ambitionne de devenir ?

Lucas Jakubowicz

Vous avez apprécié cet article ? Likez Magazine Décideurs sur Facebook !

UE : superpuissance ou puissance entravée ?

UE : superpuissance ou puissance entravée ?

L’UE avance pas à pas. Un travail de fond qui mérite d'être mis en lumière. Il permet au Vieux-Continent de rivaliser avec les États-Unis et la Chine...

Défense : l’Union fait la force

Défense : l’Union fait la force

L’Union européenne est déjà active en matière militaire. Et le contexte international lui permet d’aller de plus en plus loin. Même si la construction...

Que reste-t-il de la gauche ?

Que reste-t-il de la gauche ?

La déliquescence du PS porte un coup très dur à la gauche qui n’a jamais été aussi faible et divisée qu’en 2019. Pourtant, des proximités idéologiques...

Colloque Fidroit 2019 : rendez-vous le 6 juin

Colloque Fidroit 2019 : rendez-vous le 6 juin

Le 22e colloque Fidroit aura lieu le 6 juin prochain à Boulogne-Billancourt. Ouvert à tous les professionnels du patrimoine, le fil rouge de la journé...

Fabien Benoit : "La Silicon Valley n'aime pas la démocratie"

Fabien Benoit : "La Silicon Valley n'aime pas la démocratie"

Autrefois terre de création et de contre-culture, la Silicon Valley a muté. Au point de devenir plus menaçante que fascinante. Entretien avec le journ...

Cédric O, au cœur des réseaux

Cédric O, au cœur des réseaux

Pour succéder à Mounir Mahjoubi à la tête du secrétariat d’État au numérique, le président de la République a fait appel à un proche conseiller, march...

Julian Assange : wanted

Julian Assange : wanted

Figure controversée du paysage médiatique depuis près de dix ans, Julian Assange se trouve depuis le 11 avril dernier au cœur d’une nouvelle lutte jur...

Benoît Tiers (e.SNCF) : "Devenir Data scientist à 55 ans, c’est possible à la SNCF !"

Benoît Tiers (e.SNCF) : "Devenir Data scientist à 55 ans, c’est possible à la SNCF !"

Benoît Tiers, directeur général de e.SNCF, dirige les activités numériques, au sens large, au sein du groupe SNCF. Cette entité créée en 2016 a pour m...

Lire plus d'actualités

Newsletter savoir pour agir

N'avancez plus à l'aveugle

Ne plus afficher ce message