Législatives, quel avenir pour LR ?

Législatives, quel avenir pour LR ?
Christian Jacob, président de LR aura fort à faire pour préserver l'unité de sa famille politique.

Si le parti de droite conservera très probablement son autonomie et son groupe parlementaire au Palais-Bourbon, il risque de continuer à s’affaiblir. Certains élus lorgnent vers Emmanuel Macron, mais pas vers l’union nationale rêvée par Éric Zemmour.

"Quand je me regarde, je me désole. Quand je me compare, je me console". Cette citation attribuée à Talleyrand pourrait parfaitement s’adapter à LR en cette période de préparation des législatives. Certes, à l’inverse du PS, le parti de droite ne risque pas de perdre son groupe parlementaire, peut mener campagne sans négocier avec un mouvement plus extrémiste. Mais comme le parti fondé par François Mitterrand, ses frais de campagne ne sont pas remboursés et le risque de voir des éléments prometteurs rallier Emmanuel Macron reste élevé.

Le dilemme des sortants LR

En examinant la carte électorale, l’état-major LR doit avoir des sueurs froides. Lors des élections européennes de 2019, et plus encore au premier tour de la présidentielle, Emmanuel Macron a nettement devancé les candidats de droite dans les circonscriptions longtemps perçues comme des bastions imprenables. Ainsi, dans les Hauts-de-Seine, Emmanuel Macron a obtenu 37,1 % des suffrages contre 8 % pour Valérie Pécresse. Le rapport de force est similaire dans les Yvelines (33,5 % contre 8,4 %), en Vendée (35,6 % contre 5,4 %) ou encore en Haute-Savoie (30,5 % contre 5,2 %). Désormais, pour être élu dans ces départements, l’étiquette LR semble devenue un handicap. Que choisiront les candidats ? Opteront-ils pour la majorité présidentielle ?

Le macronisme s'implante dans certaines circonscriptions de droite où l'étiquette LR peut s'avérer un handicap

Opération séduction de la Macronie

Seule certitude, dans le camp du président réélu, tout un dispositif se met en place pour accueillir des responsables de droite. Nicolas Sarkozy, qui jouit encore d’une forte aura dans sa famille politique, semble avoir choisi son camp. Avec Horizons, Édouard Philippe propose un "sas de décompression" spécialement conçu pour héberger des transfuges, lesquels ont observé le poids des anciens de l’UMP dans l’appareil d’État. En termes de carrière ou d’influence, des personnalités comme Bruno Le Maire, Gérald Darmanin, Sébastien Lecornu n’ont sûrement pas regretté d’avoir franchi le Rubicon. Et dès le résultat du second tour dévoilé, certaines personnalités LR n’ont pas hésité à envoyer des signaux au président de la République. C’est notamment le cas du député de l’Yonne Guillaume Larrivé, du président du groupe parlementaire LR à l'Assemblé nationale Damien Abad ou encore des élus locaux sarkozystes Julien Weil et Franck Louvrier, respectivement maires de Saint-Mandé et de La Baule, communes de droite devenues macronistes…

Quel futur pour LR ?

Heureusement pour LR, il semble que, pour le moment, aucun élu de poids n’adhère au projet d’union des droites que cherche à mettre en place un Éric Zemmour affaibli par son score de 7 %. Les défections s’effectuent donc d’un seul côté de l’échiquier. Malgré tout, le parti risque très probablement de perdre encore des députés. Une hémorragie qui dure depuis longtemps puisque la droite disposait de 345 sièges en 2007, 229 en 2012 et 101 en 2017. Les projections de Harris Interactive lui accordent pour le moment entre 65 et 85 strapontins. Assez pour conserver une place de choix sur la scène politique. Mais le parti gaulliste semble peu à peu cesser d’être une écurie présidentielle pour muter. Les plus pessimistes parleront de simple force d’appoint. Les optimistes évoqueront pour leur part un parti girondin incontournable et ancré dans les territoires.

Lucas Jakubowicz

Vous avez apprécié cet article ? Likez Magazine Décideurs sur Facebook !

retrouvez l'intégralité du dossier Législatives, la recomposition continue

Une majorité qui souhaite être reconduite, une gauche enfin unie, une extrême droite à l’affut, PS et LR qui jouent leur survie : les élections législatives s’annoncent palpitantes.
Sommaire Frédéric Dabi (Ifop) : "Les législatives ne sont pas jouées d'avance" Parachutage : l’opération législatives 2022 commence Jean-Luc Mélenchon s'imagine premier ministre? Une aubaine stratégique pour Emmanuel Macron Édouard Philippe, entre autonomie et macronie Alliance EELV-LFI : l'écologie politique à gauche toute Le PS cherche sa voix
Députés des Français de l’étranger, les méconnus de l’hémicycle

Députés des Français de l’étranger, les méconnus de l’hémicycle

Cela fait dix ans que des députés représentent les Français vivant à l’étranger. Voyages incessants, relations avec les électeurs, travail dans l’hémi...

Sardine Ruisseau a disparu de Twitter, la fin des comptes parodiques ?

Sardine Ruisseau a disparu de Twitter, la fin des comptes parodiques ?

L’un des comptes parodiques les plus célèbres de l’Hexagone a disparu de Twitter. Si certains fêtent une victoire contre la fachosphère, d’autres dépl...

États généraux de la justice : pour les entreprises, un rapport prometteur

États généraux de la justice : pour les entreprises, un rapport prometteur

Critique, la situation de la justice ? Oui, reconnaît le rapport sur les États généraux de la justice paru le 8 juillet. Mais pour les entreprises, l’...

"Emmanuel Macron a voulu nous tuer" : à l’Assemblée nationale, la rancune des députés LR est vive

"Emmanuel Macron a voulu nous tuer" : à l’Assemblée nationale, la rancune des députés LR est vive

Un détail psychologique, peu mis en avant dans la presse, pourrait empêcher un rapprochement entre LR et Renaissance à l’Assemblée nationale. Il prouv...

Laurent Wauquier, l’heure du come-back ?

Laurent Wauquier, l’heure du come-back ?

Qui succèdera à Christian Jacob à la tête de LR ? Certaines voix s’élèvent pour réclamer le retour du président de la région Auvergne Rhône-Alpes qui,...

L’État compte reprendre le contrôle d’EDF à 100%

L’État compte reprendre le contrôle d’EDF à 100%

Durant son discours de politique générale, la première ministre a déclaré que l’État reprendrait le contrôle de la totalité du capital d’EDF.

Remaniement, la macronie serre les rangs

Remaniement, la macronie serre les rangs

Des responsables LR et PS qui ne se bousculent plus au portillon, des alliés à "fidéliser", des marcheurs de combat qui montent en grade ou effectuent...

Christophe Béchu, la transition écologique comme Horizons

Christophe Béchu, la transition écologique comme Horizons

Le maire d’Angers, proche d’Édouard Philippe et numéro deux d’Horizons, remplace Amélie de Montchalin, battue aux élections législatives, au ministère...

Lire plus d'actualités

Newsletter savoir pour agir

N'avancez plus à l'aveugle

Ne plus afficher ce message