Lorsque Christiane Taubira répond à Pierre-Olivier Sur

La très classique conférence de presse de la ministre sur le budget de la justice a viré en réponse publique aux avocats parisiens sur la réforme de l’aide juridictionnelle.

La très classique conférence de presse de la ministre sur le budget de la justice a viré en réponse publique aux avocats parisiens sur la réforme de l’aide juridictionnelle.

Christiane Taubira fait face à une menace de grève des avocats parisiens. Pierre-Olivier Sur avait annoncé la semaine dernière avoir quitté la table des négociations sur l’aide juridictionnelle et menacé la ministre de la Justice de boycotter le nouveau palais de Justice de Paris en cas de maintien du projet de réforme de l’aide juridictionnelle. L’affrontement dure depuis le début de la mandature de la ministre, amatrice des petites phrases chocs : « Je comprends maintenant, avec le recul de ces quarante mois d’exercice, pourquoi mes prédécesseurs n’ont jamais réformé l’aide juridictionnelle. » Ce système est pourtant à bout de souffle et menace de s’écrouler si rien n’est fait. Un constat amène la ministre a interpeller les avocats parisiens : « Si cette méthode de travail ne fonctionne pas, nous en changerons. » Comprendre que si le bâtonnier de Paris ne se plie pas aux préconisations de Christiane Taubira, elle retirera son projet de réforme. Et d’ajouter : « Il serait regrettable que les avocats parisiens renoncent à une ministre qui veut faire la réforme avec eux. Puisque cette réforme doit avoir lieu, elle se fera sous l’exercice d’un autre ministre, sans eux. »

Le bâtonnier de Paris se trouve donc clairement dans une impasse. Il doit choisir entre participer à la réforme de l’aide juridictionnelle aux conditions de Christiane Taubira, ou persévérer dans son opposition et ne voir aboutir aucune réforme. Un choix cornélien pour Pierre-Olivier Sur, défenseur de l’ensemble des avocats pour lesquels il est inenvisageable de payer une taxe pour financer l’AJ. C’est pourtant ce que propose Christiane Taubira : « Les grands cabinets d’avocats qui font du droit fiscal ou uniquement du conseil par exemple sont venus à ma rencontre. Ils sont d’accord avec l’idée selon laquelle, puisqu’ils ne font pas d’aide juridictionnelle, ils doivent payer une taxe. » Une affirmation réfutée par l’ensemble des avocats d’affaires qui ont vivement réagi à ces propos sur Twitter.

 

Pascale D'Amore

Vous avez apprécié cet article ? Likez Magazine Décideurs sur Facebook !

Seban & Associés arrive à Lille

Seban & Associés arrive à Lille

Peu après l'ouverture de ses bureaux à Bordeaux et Clermont-Ferrand, le cabinet crée Seban & Associés Hauts-de-France, animé par Agathe Delescluse...

Beau de Loménie compte une nouvelle associée

Beau de Loménie compte une nouvelle associée

Emmanuelle Machinet devient associée du cabinet de conseil en propriété industrielle Beau de Loménie

White & Case étoffe son partnership mondial

White & Case étoffe son partnership mondial

White & Case renforce sa pratique antitrust avec l'arrivée de Jérémie Marthan en tant qu'associé à Paris. Sur le plan mondial, le cabinet élargit...

LDA : une nouvelle boutique de droit social

LDA : une nouvelle boutique de droit social

L’avocate Lucille Detwiler se lance dans l'aventure entrepreneuriale en fondant LDA, un cabinet d’avocats de droit social consacré aux entreprises et...

Cinq nouveaux associés chez CMS Francis Lefebvre Avocats

Cinq nouveaux associés chez CMS Francis Lefebvre Avocats

CMS Francis Lefebvre Avocats renforce la dimension pluridisciplinaire du cabinet en cooptant Alexandre Bordenave, Rosetta Ferrère, Grégory Dumont, Tho...

Sortie du livre "Le Délégué à la Protection des Données en action"

Sortie du livre "Le Délégué à la Protection des Données en action"

Paru à la Revue Banque de l'Essentiel intitulé "Le Délégué à la Protection des Données en action", auquel a participé Mathias Avocats, cabinet spécial...

Dossier spécial : les influenceurs du droit

Dossier spécial : les influenceurs du droit

Ils n'ont pas de blog, twittent très peu voire pas du tout et ne travaillent pas à la réputation digitale d'une marque de vêtements ou de cosmétiques....

L’ère de la pénalisation du droit fiscal

L’ère de la pénalisation du droit fiscal

La Loi n°2018-898 du 23 octobre 2018 relative à la lutte contre la fraude a marqué un véritable tournant en ce qui concerne la pénalisation de la mati...

Lire plus d'actualités

Newsletter savoir pour agir

N'avancez plus à l'aveugle

Ne plus afficher ce message

Ce site utilise des cookies. En continuant la navigation, vous acceptez nos conditions d'utilisation des cookies.
Plus d'informations

J'accepte