Livret A : le nouveau casse-tête des banques

Dans le cadre du projet de loi de finances 2018, les banques ne pourront plus centraliser les dépôts du Livret A et du Livret de développement durable et solidaire à la Caisse des dépôts et consignations (CDC). Comment le Saint Graal de l’épargne est devenu un casse-tête pour les banques ?

Dans le cadre du projet de loi de finances 2018, les banques ne pourront plus centraliser les dépôts du Livret A et du Livret de développement durable et solidaire à la Caisse des dépôts et consignations (CDC). Comment le Saint Graal de l’épargne est devenu un casse-tête pour les banques ?

Défiscalisé et liquide, le livret A a longtemps eu tout pour plaire aux clients. Aujourd’hui, son taux de rémunération de seulement 0,75 % joue contre lui. Résultat, une forte décollecte a été observée en octobre 2017, la plus important depuis 2015. Dans un environnement de taux bas, le livret A pose néanmoins un problème aux banques qui voient leur coût de gestion s’envoler.

Une logique de décentralisation

Ces dernières disposent en effet de 40 % des actifs qu’elles doivent investir dans le financement de PME, travaux d’économie d’énergie dans l’immobilier ancien ou encore d’entreprises de l'économie sociale et solidaire. Les 60 % restant sont centralisés par la CDC afin de financer le logement social ainsi que la politique de la ville. Pour réduire leurs coûts et leurs risques, de nombreuses banques n’ont pas hésité à reverser plus à la CDC. À tel point que l’État en est arrivé à légiférer via le projet de loi de finances de 2018.  

Il sera désormais impossible pour les banques de centraliser la totalité de leurs dépôts à la CDC. Alors que les banquiers s’inquiètent des conséquences néfastes sur l’économie nationale de ces mesures, un autre souci majeur voit le jour. Comment les Banques vont-elles réincorporer les liquidités récupérées ? Avec 27 milliards d’euros de liquidités à récupérer, c’est la Banque postale qui sera la plus touchée. Un challenge énorme se présente donc à elle : réinjecter ces sommes mais à des taux de marchés intéressants. À cela s’ajoute les obligations d’emploi misent en place pour les PME. Nul ne pouvant nier ce dilemme, pas même les pouvoirs publics. Il est donc acté qu’en cas de non-respect de cette règle, aucunes sanctions ne seront appliquées pour le moment. Mais malgré la clémence des pouvoirs publics, la tâche est énorme et devrait coûter sur le long terme jusqu’à plusieurs dizaines de millions d’euros à la Banque postale.

Morgane Al Mardini

Vous avez apprécié cet article ? Likez Magazine Décideurs sur Facebook !

Les dirigeants de TPE et PME plus optimistes qu’en avril

Les dirigeants de TPE et PME plus optimistes qu’en avril

Bpifrance Le Lab et Rexecode interrogent chaque trimestre les patrons sur leur trésorerie et leurs anticipations de croissance. Les prévisions concern...

Jacques Veyrat, l’intrépide homme d’affaires

Jacques Veyrat, l’intrépide homme d’affaires

Passé par un cabinet ministériel, homme d’affaires et chef d’entreprise, Jacques Veyrat a changé de cap en quittant la direction du groupe Louis-Dreyf...

Schneider Electric et Dassault Systèmes : cap vers la tech

Schneider Electric et Dassault Systèmes : cap vers la tech

Des entreprises historiquement industrielles peuvent pivoter peu à peu leur business model. En France, c’est notamment le cas de Schneider Electric, p...

Antoine Flamarion, le bâtisseur financier

Antoine Flamarion, le bâtisseur financier

Le fondateur de la société de gestion et d'investissement Tikehau Capital est parvenu en une quinzaine d’années à créer une structure capable d’affich...

DNCA Finance recrute une nouvelle gérante crédit

DNCA Finance recrute une nouvelle gérante crédit

La société de gestion de portefeuilles DNCA Finance a annoncé aujourd’hui l’arrivée de Nolwenn Le Roux, spécialiste crédit, en vue de renforcer l’équi...

Amiral Gestion met le cap sur Efires et l'investissement responsable

Amiral Gestion met le cap sur Efires et l'investissement responsable

Véronique Le Heup et Nadia Tihdaini, co-fondatrices du cabinet de conseil Efires spécialisé dans l’investissement responsable, vont rejoindre la socié...

Apax Partners souhaite acquérir la majorité du groupe Crystal

Apax Partners souhaite acquérir la majorité du groupe Crystal

Apax Partners est entré en négociations exclusives avec le groupe Crystal, principalement détenu par son équipe dirigeante et par les groupes OFI et A...

G.Barbosa (Talan Solutions) : "L’usage qui est fait des outils collaboratifs est très important"

G.Barbosa (Talan Solutions) : "L’usage qui est fait des outils collaboratifs est très important"

Talan rachète Ai3, entreprise spécialisée dans les solutions Microsoft. Objectif : couvrir davantage de solutions, telles que les outils collaboratifs...

Lire plus d'actualités

Newsletter savoir pour agir

N'avancez plus à l'aveugle

Ne plus afficher ce message