Livres du mois, le choix de la rédaction

Montagne au cinéma, gauche qui devient réac, scandale Matzneff, dernier Pierre Lemaître : voici les ouvrages à ne pas manquer en février.

Montagne au cinéma, gauche qui devient réac, scandale Matzneff, dernier Pierre Lemaître : voici les ouvrages à ne pas manquer en février.

Cimes au ciné

Alpiniste de renom et réalisateur, Bernard Germain était sans nul doute la personne la plus pertinente pour s’atteler à la rédaction d’un dictionnaire dédié au rôle de la montagne au cinéma. Un travail mené avec maestria par l’auteur qui nous fait voyager sur tous les continents pour passer au crible 500 œuvres: comédies, drames, documentaires, thrillers… le spécialiste balaie les genres, les époques et les pays sans préjugés, parfois avec impertinence. Un film suisse des années trente est décrypté de la même manière que le travail d’Hitchcock… Qu’elles figurent en arrière-plan ou au centre du scénario, les montagnes s’avèrent dévoreuses d’hommes, propices à l’héroïsme, à la lâcheté, à la performance sportive, aux histoires d’amour. Ou tout simplement objets de contemplation. Cet ouvrage a le mérite de pouvoir se lire d’une traite ou par « picorage ». Il trouvera toute sa place dans la bibliothèque d’un amoureux des sommets comme dans celle d’un amateur de salles obscures.

Dico Vertigo, dictionnaire de la montagne au cinéma, de Bernard Germain, éditions Guérin, 432 pages, 39,50 euros

Quand la gauche devient réac…

C’est dans son ADN, la gauche a toujours défendu l’intérêt général et la pensée des Lumières contre toute forme d’obscurantisme, qu’il soit religieux ou scientifique. Hélas, une partie de ce bord politique semble renier cet héritage, au nom du droit des minorités ou du respect des croyances. C’est ainsi que l’on voit des socialistes encourager le port du voile ou des écologistes s’en prendre aux vaccins. Une situation préoccupante pointée et analysée avec rigueur par Stéphanie Roza, chargée de recherche au CNRS. Petit bémol: l’ouvrage, rédigé dans un style très universitaire, est par moments difficilement déchiffrable pour le grand public.

La gauche contre les Lumières ?,de Stéphanie Roza, Fayard, 208 pages, 18 euros

L’emprise

V. est jeune, très jeune même. Elle se trouve ingrate et manque de confiance en elle. G.est tout l’opposé. Bel homme au charme « magnétique », auteur reconnu entouré d’une aura de mystère et d’érudition, il fascine et séduit. Alors, lorsqu’il s’intéresse à elle, V.est aux anges; elle est celle que le grand homme a choisie, tour à tour sa muse et son « enfant chérie »... Et après tout pourquoi pas? Si ce n’est que G. a près de cinquante ans, V. quatorze à peine, et que l’histoire de leur liaison n’est pas une fiction mais le récit autobiographique de Vanessa Springora qui, trente ans après les faits, a décidé de se délivrer du poids de sa relation avec Gabriel Matzneff. Dans « Le Consentement», un premier roman d’une intensité rare, au style fluide et aux mots crus, elle raconte le contexte propice au processus de séduction dont elle va faire l'objet − « Un père aux abonnés absents (…). Un goût prononcé pour la lecture. Une certaine précocité sexuelle. Et surtout, un immense besoin d’être regardée. Toutes les conditions sont maintenant réunies » −, à la perte de repères puis à l’enfermement. Au passage, elle lève le voile sur la complaisance avec laquelle, il y a quelques décennies encore, l’élite littéraire et médiatique tolérait la pédophilie. Édifiant et nécessaire.

Le Consentement, de Vanessa Springora, Grasset, 206 pages, 18 euros

Drôle de guerre

Paris, printemps 1940. À La Petite Bohème, la brasserie du quartier, on s’impatiente devant cette guerre qui n’en finit pas de commencer. Il y a là M. Jules, le patron « bourru au-delà du raisonnable » qui attend « les boches », Louise, sa jolie serveuse en mal d’enfant et aussi « Le docteur » qui, depuis toujours, s’assoit à la même place pour fixer un appartement, de l’autre côté de la rue. Et puis plus loin, au plus près d’une ligne Maginot où, « en attendant de mourir pour la patrie, on s’emmerdait », on croise Gabriel, rigoureux et discipliné, Raoul, débrouillard et beau parleur ; mais aussi Désiré, escroc de génie tour à tour avocat pénaliste, responsable de propagande gouvernementale et curé engagé… Après « Au revoir là-haut » – Prix Goncourt 2012 – et « Couleurs de l’incendie », c’est sur « Miroir de nos peines » et le portrait saisissant de justesse et souvent de drôlerie que Pierre Lemaitre y dresse de cette France, incrédule d’abord, impuissante ensuite, qui assiste, sidérée, à l’avancée allemande, que l’écrivain achève en beauté sa trilogie de l’entre-deux-guerres. Un régal.

Miroir de nos peines, de Pierre Lemaitre, Albin Michel, 531 pages, 22,90 euros

Caroline Castets, Lucas Jakubowicz

Vous avez apprécié cet article ? Likez Magazine Décideurs sur Facebook !

Jorge Moll Filho : l’hôpital mais pas la charité

Jorge Moll Filho : l’hôpital mais pas la charité

Des services publics déficients et une classe moyenne supérieure nombreuse. Le Brésil présente la configuration idéale pour se lancer dans la santé pr...

D. Fleury (MACIF) : "La crise a accéléré notre transformation digitale"

D. Fleury (MACIF) : "La crise a accéléré notre transformation digitale"

Didier Fleury accompagne depuis deux ans la transformation numérique de la Macif, société d’assurance mutuelle française.  Un défi de taille pour cett...

Paul Boudre, le fil conducteur de Soitec

Paul Boudre, le fil conducteur de Soitec

Directeur général de Soitec depuis 2015, il a remis le fabricant de semi-conducteurs sur les rails et compte tripler le chiffre d’affaires du groupe d...

J.-E. Daubresse (DS France) : "En 2024, DS ne produira que des modèles électriques"

J.-E. Daubresse (DS France) : "En 2024, DS ne produira que des modèles électriques"

La présentation de la nouvelle DS4 début septembre s’est accompagnée de l’annonce d’un passage au 100 % électrique à partir de 2024 de la marque DS. J...

Anne Méaux, la femme qui murmure à l'oreille des puissants

Anne Méaux, la femme qui murmure à l'oreille des puissants

Le plafond de verre ? Anne Méaux l’a crevé dès l’âge de 20 ans à une époque où les femmes influentes se comptaient pratiquement sur les doigts d’une m...

Gilles et Yves-Loïc Martin. Qui sont les rois des Labos ?

Gilles et Yves-Loïc Martin. Qui sont les rois des Labos ?

Depuis 1997, les frères Martin développent un groupe de laboratoires d’analyse et de biologie médicale née d’une technologie découverte par leurs pare...

Jean-Louis Bouchard (Econocom) : "La RSE est la partie obligatoire de la liberté d’entreprendre"

Jean-Louis Bouchard (Econocom) : "La RSE est la partie obligatoire de la liberté d’entreprendre"

L’économie circulaire est au cœur de l’activité d’Econocom, groupe spécialisé depuis 1973 dans les services liés à la transformation digitale. Son fon...

Équipementiers télécoms : la guerre des trônes

Équipementiers télécoms : la guerre des trônes

Avec le déploiement de la 5G, la bataille pour la souveraineté s’est accentuée entre Européens, Américains et Chinois autour de Nokia, Ericsson et Hua...

Lire plus d'actualités

Newsletter savoir pour agir

N'avancez plus à l'aveugle

Ne plus afficher ce message

Ce site utilise des cookies. En continuant la navigation, vous acceptez nos conditions d'utilisation des cookies.
Plus d'informations

J'accepte