Lisa Mayhew (BCLP) : "Créez votre propre chance puis tirez-en les bénéfices"

Depuis la fusion des deux cabinets américain et britannique Bryan Cave et Berwin Leighton Paisner il y a quatre ans, BCLP est devenu une firme transatlantique dont l’ambition à Paris et dans le monde est de bousculer le marché de la prestation juridique. Décideurs Juridiques a saisi l’occasion du passage à Paris de l’une des deux associées cogérantes de l’enseigne pour présenter, aux côtés des deux comanaging partners parisiens, ses projets d’avenir pour le groupe et revenir sur les valeurs qui forgent son identité.
Lisa Mayhew, coprésidente de Bryan Cave Leighton Paisner, entourée d'Olivier Mesmin et Constantin Achillas, associés directeurs du bureau parisien.

Depuis la fusion des deux cabinets américain et britannique Bryan Cave et Berwin Leighton Paisner il y a quatre ans, BCLP est devenu une firme transatlantique dont l’ambition à Paris et dans le monde est de bousculer le marché de la prestation juridique. Décideurs Juridiques a saisi l’occasion du passage à Paris de l’une des deux associées cogérantes de l’enseigne pour présenter, aux côtés des deux comanaging partners parisiens, ses projets d’avenir pour le groupe et revenir sur les valeurs qui forgent son identité.

Décideurs Juridiques. Depuis la fusion entre Bryan Cave et Berwin Leighton Paisner en 2018, comment l’ADN de BCLP s’est réinventé et quelle en est la conséquence sur un marché mondialisé ? 

Lisa Mayhew. Lorsque Bryan Cave et Berwin Leighton Paisner ont fusionné, nous avons créé et construit un nouveau cabinet d’avocats mondial, ce qu’aucun des deux n’aurait pu faire seul. Aujourd’hui, BCLP est une association, une gouvernance mondiale, un unique pool de profits et un même cabinet. Pour commencer, nous avons revu notre stratégie commerciale et identifié nos points forts. La mise en place d’une stratégie de croissance bien claire était nécessaire pour bousculer le marché et accélérer notre avantage concurrentiel. Notre objectif est d'offrir à nos clients une offre juridique complète, efficace et à guichet unique. Nous y parvenons grâce à la modernisation de nos services de base et au savoir-faire de notre équipe compétente sur le plan technologique.

Quelle est l’ambition de BCLP pour les trois à cinq prochaines années en Europe et plus particulièrement en France ? 

L. M. Notre ambition est claire : soutenir les relations avec nos clients, leur offrir une vision du secteur et devenir des experts sur leurs marchés respectifs. Nous réunissons plus de 600 avocats au Royaume-Uni, plus de 70 avocats en France, plus de 150 en Russie (parmi de nombreux autres bureaux) et une présence en Afrique. Nous espérons nous développer davantage au Luxembourg en mettant l'accent sur la création de fonds, le capital-investissement et les transactions paneuropéennes. Il est important de noter que 51 % de nos équipes sont aux États-Unis. En d'autres termes, nous sommes une seule et même entreprise, qui fonctionne par l'échange et la réciprocité. Dans notre profession, rien ne peut remplacer la qualité et, pour l'assurer, nous avons appris à gérer les dossiers au-delà des cultures et des frontières nationales. Comme notre ADN n'est pas dominé par une seule nationalité, nous nous différencions de nos concurrents par notre diversité.

Lorsque je suis devenue avocate, les femmes n'étaient pas autorisées à porter des pantalons

Olivier Mesmin et Constantin Achillas. Le bureau de Paris est 100 % aligné sur la stratégie globale du cabinet. Au cours des dix-huit derniers mois, nous avons mis en place une équipe de travail solide, consacrée au secteur de l'immobilier comprenant plus de 20 avocats, inexistante auparavant. Nous serons rejoints par une poignée d’avocats dans les semaines à venir. Nous sommes heureux d'annoncer que le bureau de Paris atteindra très bientôt la taille requise pour offrir à nos clients un service efficace et appuyer notre notoriété. Nous bâtissons notre équipe sur une base d'avocats chevronnés dotés de solides expériences.

BCLP a lancé le projet Advance pour transformer sa stratégie commerciale ainsi que Cubed BCLP pour révolutionner ses services juridiques. Veuillez expliquer comment vous envisagez de poursuivre ce développement.

L. M. Le projet Advance se concentre sur trois moteurs de croissance : l'immobilier en tant que classe d'actifs, les transactions sur le marché intermédiaire et le contentieux. C'est de cette manière que nous prévoyons de faire évoluer notre cabinet d’un point de vue externe et de le propulser vers le haut. Ce carré, composé de quatre carrés, symbolise une maison et montre la façon dont nous apportons de la plus-value à nos clients. Nous attendons de nos avocats : un style de communication honnête, des compétences technologiques et un travail standardisé à destination de nos clients. Grâce aux nouveaux outils tels que notre application consacrée aux dawn raids, les clients peuvent réagir à nos conclusions, connaître leurs droits et contacter directement le cabinet. C'est une question d'état d'esprit car cela affecte la relation avec nos clients. Le contact humain est très important, les clients ont besoin de se sentir écoutés et compris à tout moment de la journée, où qu'ils soient dans le monde.

Lisa, en tant que femme et cogérante d'un cabinet international, quels défis avez-vous dû surmonter et quels conseils donneriez-vous aux avocates qui souhaitent devenir des leaders ? 

L. M. Je ne vais pas prétendre que je n'ai pas été victime de discrimination. Lorsque je suis devenue avocate, les femmes n'étaient pas autorisées à porter des pantalons. On attendait de moi que je mette du rouge à lèvres avant de rencontrer les clients. J'ai entendu de nombreuses remarques de professionnels sur mon apparence.

Ma carrière a connu de nombreux cycles. En tant qu'avocate spécialiste du droit du travail, j'ai travaillé avec des femmes car elles occupent la plupart des postes au sein des départements des ressources humaines. Au fur et à mesure que j'avançais dans la gestion du cabinet au fil des années, on appréciait le fait que je sois une femme. Dans un lieu de travail dominé par des hommes blancs, je n'aurais pas pu réussir sans le soutien de ma famille. J'ai maintenant une plateforme pour promouvoir la diversité et l'inclusion. Mon conseil est le suivant : que vous soyez homme ou femme, jeune ou vieux, quelle que soit votre genre ou votre origine ethnique, je vous encourage à saisir les occasions qui se présentent à vous, à créer votre propre chance puis à en tirer les bénéfices.

Avec plus de 1 400 avocats dans le monde, quelles sont votre politique et votre approche en matière de diversité ?

L. M. En tant que cabinet d’avocats, nous avons des objectifs globaux en matière de genre et d'ethnicité que nous espérons atteindre à une échéance proche. Ces objectifs sont énumérés dans les rapports semestriels que nous publions. Notre dernier rapport d’activité abordait la réponse de notre cabinet au mouvement Black Lives Matters et aux difficultés liées au Covid. Nous faisons également de nos programmes de culture et de talent une priorité. Cela inclut la communauté mondiale LGBTQ+ de BCLP et le programme Amplify visant à faire entendre la voix des femmes. C’est un sujet très important pour notre cabinet et nous avons encore de nombreux progrès à faire. Il en va de la responsabilité de chacun et nous devons nous l'approprier afin de former une habitude saine de diversité et d'inclusion.

Propos recueillis par Rachael Martin

Vous avez apprécié cet article ? Likez Magazine Décideurs sur Facebook !

V. Couroyer (Magnacarta) : "Notre maître-mot est de sécuriser l'activité des cabinets"

V. Couroyer (Magnacarta) : "Notre maître-mot est de sécuriser l'activité des cabinets"

Entretien croisé avec Vincent Couroyer, président du groupement de cabinets indépendants de gestion en patrimoine Magnacarta, et Julie Compagnon, prés...

Herbert Smith Freehills se renforce en financement de projets

Herbert Smith Freehills se renforce en financement de projets

Michaël Armandou rejoint Herbert Smith Freehills en qualité d’associé à Paris. Au sein du département finance de la firme, l’avocat travaillera sur le...

Fidal a définitivement tourné la page

Fidal a définitivement tourné la page

Le bouleversement des équipes parisiennes de Fidal provoqué par le départ d’une centaine d’avocats en janvier 2019 à destination de KPMG ne sera bient...

Ariane de Rothschild, de baronne à patronne

Ariane de Rothschild, de baronne à patronne

Avec une fortune avoisinant les 5 milliards d’euros, Ariane de Rothschild est désormais seule à la tête du groupe Edmond de Rothschild, après la mort...

Un nouvel associé rejoint Consigny Monclin Bellour

Un nouvel associé rejoint Consigny Monclin Bellour

Quelques mois seulement après sa création, le cabinet Consigny Monclin Bellour accueille un nouvel associé en droit pénal des affaires : Benjamin Bohb...

BCLP accueille deux associés en contentieux des affaires

BCLP accueille deux associés en contentieux des affaires

Philippe Métais et Élodie Valette intègrent le pôle contentieux et investigations de Bryan Cave Leighton Paisner (BCLP) en qualité d’associés. Dans ce...

P-A. Poussier (Financiale gestion privée) : "Nous exerçons un métier de généraliste en réunissant des experts thématiques"

P-A. Poussier (Financiale gestion privée) : "Nous exerçons un métier de généraliste en réunissant de...

Financiale fête ses 10 ans et Pierre-Antoine Poussier détaille l’impact de la crise sur l’activité du cabinet et ses ambitions pour les prochaines ann...

Le data protection officer : l’art de savoir négocier

Le data protection officer : l’art de savoir négocier

Associé fondateur du cabinet Deroulez Avocats, Jérôme Deroulez se consacre aux problématiques de protection des données personnelles en France et en E...

Lire plus d'actualités

Newsletter savoir pour agir

N'avancez plus à l'aveugle

Ne plus afficher ce message

Ce site utilise des cookies. En continuant la navigation, vous acceptez nos conditions d'utilisation des cookies.
Plus d'informations

J'accepte