L.Schwirtz (Legal Suite) : "Avec un chatbot, la direction juridique valorise son image et gagne du temps"

Les directions juridiques ont besoin de solutions technologiques pour répondre à un impératif de technicité et de rapidité au sein des entreprises de toute taille. Depuis 2013 et le lancement de la gamme GaLexy, Legal Suite met à leur disposition des solutions à la hauteur des enjeux qu’elles rencontrent. La recherche et le développement sont au cœur de l’action de la société qui fête bientôt ses vingt ans d’existence sur le marché.

Les directions juridiques ont besoin de solutions technologiques pour répondre à un impératif de technicité et de rapidité au sein des entreprises de toute taille. Depuis 2013 et le lancement de la gamme GaLexy, Legal Suite met à leur disposition des solutions à la hauteur des enjeux qu’elles rencontrent. La recherche et le développement sont au cœur de l’action de la société qui fête bientôt ses vingt ans d’existence sur le marché.

Décideurs Juridiques. Les outils technologiques au service des directions juridiques sont déjà nombreux en France. Qu’est-ce qui distingue Legal Suite des autres?

Lionel Schwirtz. En premier lieu, notre couverture métier. Legal Suite offre une large gamme de solutions répondant aux différents métiers des juristes d’entreprise. Ensuite, nous sommes orientés vers le client, ce qui signifie que nous le mettons au centre de nos actions. Enfin, nous portons des projets innovants intégrant les nouvelles technologies, dont l’intelligence artificielle et sommes soutenus dans cette initiative par le groupe Septeo nous positionnant en tant que leader européen des legal technologies. Depuis 2018, nous nous développons dans un environnement porté par un chiffre ­d’affaires de 150 millions d’euros et 1 250 salariés dans le monde.

Cela signifie que vous mettez en commun vos besoins et vos équipes ?

Surtout la recherche et le développement. Plus de 120 personnes sont dédiées aux projets technologiques du groupe et travaillent sur des sujets transverses. L’IA et la blockchain sont au cœur de nos nouveaux produits.

Lesquels sont-ils ?

Le premier est notre chatbot GalexyBot, développé en partenariat avec IBM Watson. Il permet à nos clients de proposer à leurs collaborateurs une plateforme de questions/réponses juridiques 7j/7 et 24h/24. En cas de réponse insatisfaisante, le service juridique prend le relais. La direction juridique valorise son image et gagne du temps.

La seconde solution développée grâce à l’IA sert à l’analyse des contrats. La machine va les numériser au format convenable à leur exploitation, extraire les informations et identifier les clauses. Tous les utilisateurs peuvent avoir accès aux données (dates, identité des cocontractants, délais, responsabilités, éléments de propriété ­intellectuelle…).

"Depuis 2018, nous nous développons dans un environnement porté par un chiffre ­d’affaires de 150 millions d’euros et 1 250 salariés dans le monde."

Enfin, GaLexyDoc est un générateur de documents qui s’applique à toutes les matières juridiques et qui permet de garantir la sécurité juridique de chacun d’eux par une gestion automatisée (historique des modifications, identification des éléments touchés par un changement réglementaire…)

Pourquoi développer particulièrement les outils de traitement des contrats ?

Selon une étude de l’Association française des juristes d’entreprise (AFJE), 73 % des juristes d’entreprise travaillent sur des contrats. C’est donc non seulement le plus grand nombre d’entre eux mais aussi la part la plus importante de leur activité. C’est aussi la matière qui s’insère dans une organisation plus large que la direction juridique, avec la direction commerciale notamment. Les juristes doivent être réactifs pour ne pas bloquer la contractualisation de leur entreprise avec des clients, des partenaires…

Vous vous adressez donc à des grandes entreprises ?

Oui mais pas seulement. Les plus petites organisations, parfois avec deux juristes, sélectionnent les solutions dont elles ont besoin. Même les plus petites entreprises ont un volume important de contrats. Celles du retail par exemple ont de nombreux baux. Mais nous allons bien au-delà de la gestion des contrats.

C’est-à-dire ?

Legal Suite c’est aussi le portail collaboratif Openlaw permettant à la direction juridique de travailler avec ses interlocuteurs internes ainsi que ses conseils et partenaires externes. En matière de contentieux, nous assurons l’ensemble de la description des litiges, le suivi des procédures et aspects financiers (relatifs aux provisions et comptes externes d’avocats, d’huissiers, d’experts…), cette solution est reliée à une solution de dématérialisation des factures. Et, bien sûr, nos outils permettent la dématérialisation des contrats, de leur création à leur évolution, du suivi de la négociation à la signature. Ces solutions seront renforcées avec les développements de l’IA évoqués plus haut.

Propos recueillis par Pascale D'Amore

Vous avez apprécié cet article ? Likez Magazine Décideurs sur Facebook !

retrouvez l'intégralité du dossier Legaltech 2020 : quelles sont les meilleures pour se digitaliser ?

Outils collaboratifs, propriété intellectuelle, droit des contrats, audit d'acquisition, contentieux et arbitrage, droit notarial : à chaque spécialité juridique sa palette d'outils numériques qui lui est consacré. Les clés pour bien choisir : les solutions existantes, les technologies disponibles sur le marché, les éléments comparatifs entre elles, des entretiens avec quelques acteurs majeurs...
Sommaire Première étape de la digitalisation du droit : les outils collaboratifs A.Sauzé (avocat-youtubeur) : "La legaltech sera le quotidien des juristes de demain" De la standardisation au smart contract P.Ginestié (Gino LegalTech) : "Les juristes veulent être libérés des tâches répétitives" Fusions-acquisitions : assurer la sécurité de l’audit Propriété intellectuelle et legaltech : le code au service du code Résolution des litiges : anticiper la justice Digital compliance : quand la technologie devient indispensable Droit notarial : une mine de solutions numériques
L’AFA met à jour ses recommandations anticorruption

L’AFA met à jour ses recommandations anticorruption

Trois ans après la publication de ses premières recommandations pour prévenir la corruption, l’Agence française anticorruption ouvre une consultation...

Affaire Veolia : l’avocat des salariés de Suez prend la parole

Affaire Veolia : l’avocat des salariés de Suez prend la parole

Il est celui qui a obtenu la suspension du projet de rachat par Veolia de la participation d’Engie dans Suez. Pour Décideurs Magazine, Zoran Ilic revi...

Une fiscaliste chez M&B Avocats

Une fiscaliste chez M&B Avocats

Catherine Hilgers rejoint le cabinet franco-espagnol M&B Avocats en qualité d’associée et aura la charge de la pratique fiscale en France.

J. Le Louët (Fonds de Garantie des Victimes) : "Les obligations convertibles jouent un rôle d’amortisseur"

J. Le Louët (Fonds de Garantie des Victimes) : "Les obligations convertibles jouent un rôle d’amorti...

Exerçant des missions d'intérêt général, le fonds couvre des risques lourds et relativement longs et peut donc se permettre des pondérations en action...

Conformité : de nouveaux visages chez Gras Savoye et Société générale

Conformité : de nouveaux visages chez Gras Savoye et Société générale

Gras Savoye Willis Watson Towers et la Société générale nomment respectivement Isabelle Mury et Grégoire Simon-Barboux au poste de responsable de la c...

GuardCap prend ses quartiers à Paris

GuardCap prend ses quartiers à Paris

La société de gestion spécialisée annonce l’ouverture d’un bureau à Paris et l’arrivée de Philippe Leroy pour en prendre la tête.

Reed Smith renforce son pôle immobilier

Reed Smith renforce son pôle immobilier

L’avocate Carole Steimlé rejoint Reed Smith comme associée. Son arrivée poursuit la vague de recrutements opérée par le cabinet depuis le début d’anné...

Thomas Amico (Delsol Avocats) : "Je cherchais un cabinet à la fois multi-service et de culture de palais »

Thomas Amico (Delsol Avocats) : "Je cherchais un cabinet à la fois multi-service et de culture de pa...

Thomas Amico quitte Linklaters dont il dirigeait la pratique pénale pour rejoindre Delsol Avocats. À 38 ans, le pénaliste va ainsi pouvoir développer...

Lire plus d'actualités

Newsletter savoir pour agir

N'avancez plus à l'aveugle

Ne plus afficher ce message

Ce site utilise des cookies. En continuant la navigation, vous acceptez nos conditions d'utilisation des cookies.
Plus d'informations

J'accepte