Libération de Carlos Ghosn : le système judiciaire japonais accusé

Mercredi 6 mars, Carlos Ghosn a été libéré sous caution après 108 jours de prison. Une détention qui jette une lumière crue sur le fonctionnement du système judicaire.

Mercredi 6 mars, Carlos Ghosn a été libéré sous caution après 108 jours de prison. Une détention qui jette une lumière crue sur le fonctionnement du système judicaire.

Après trois mois au centre de détention de Kosuge, Carlos Ghosn a été libéré le 6 mars. Ses avocats ont versé la caution d’un milliard de yens (7,9 millions d’euros) exigée par le tribunal du district de Tokyo pour cette libération.

Liberté sous caution et sous conditions

C’est la troisième demande de libération déposée par l’ancien dirigeant de Renault et Nissan depuis son arrestation le 19 novembre dernier à son arrivée au Japon. Carlos Ghosn a été mis en examen pour trois chefs d’inculpation ; il est accusé d’avoir minoré ses revenus entre 2011 et 2015 puis entre 2015 et 2018 et d’« abus de confiance aggravés » pour des faits remontant à 2008. Trois accusations pour lesquelles il risque quinze ans de prison alors qu’il clame son innocence.

Pour obtenir cette libération – contre laquelle le parquet avait fait appel –, les avocats de Carlos Ghosn se sont engagés à ce que leur client reste au Japon et que ses moyens de communication soient limités. L’homme d’affaires, qui a dû rendre ses trois passeports (brésilien, français et libanais) est assigné à résidence, ses visites contrôlées et n’aura pas accès à Internet.

La Justice sur le banc des accusés

Selon le Financial Times, la saisie, le 4 mars, des Nations unies par la famille de l’ex-dirigeant de Renault et Nissan pour non-respect de ses « droits fondamentaux » aurait influencé la décision du tribunal de Tokyo. Dans une lettre adressée mi-janvier à l’ONG Human Rights Watch, l’épouse de l’homme d’affaires dénonçait déjà un « système draconien de détention et d’interrogatoire », une cellule éclairée jour et nuit, l’absence de soin et des interrogatoires incessants.

Le système judiciaire japonais, dans lequel près de 99 % des accusés sont jugés coupables, est sous le feu des critiques des conseillers légaux de Carlos Ghosn mais aussi d’associations de défense des droits de l’Homme. Il prévoit par exemple la prolongation de la garde à vue des accusés qui maintiennent leur innocence.

Deux ONG, la Fédération internationale des droits de l'Homme (FIDH) et le Centre pour les droits des prisonniers ont, dans un communiqué, appelé le gouvernement japonais à réformer cet appareil : « Le refus du droit à l'assistance d'un avocat pendant les interrogatoires, sa détention prolongée avant inculpation et les conditions d'emprisonnement exposent certaines défaillances graves qui caractérisent le système judiciaire japonais depuis trop longtemps. »

Cécile Chevré

Vous avez apprécié cet article ? Likez Magazine Décideurs sur Facebook !

Super League : l’heure du putsch a sonné

Super League : l’heure du putsch a sonné

Coup de tonnerre sur le monde du foot, les "riches" font sécession. Plusieurs grands clubs veulent créer leur propre compétition quasi fermée. À la cl...

Alan, la nouvelle licorne française dans le domaine de la santé

Alan, la nouvelle licorne française dans le domaine de la santé

L’ascension fulgurante d’Alan se poursuit par un nouveau tour de table de 185 millions d’euros, mené par Coatue Management, Dragoneer et Exor aux côté...

Brut poursuit sa révolution médiatique avec BrutX

Brut poursuit sa révolution médiatique avec BrutX

Véritable phénomène de société, le média Brut diffusé sur les réseaux sociaux, qui totalise près de 20 milliards de vues en 2020, débarque à présent s...

L. Soubeyrand (Swile) : "Depuis 2018, nous avons conquis 10 % du marché français"

L. Soubeyrand (Swile) : "Depuis 2018, nous avons conquis 10 % du marché français"

La start-up spécialisée dans les titres restaurants étend son offre. Elle vise désormais les comités d’entreprise en proposant des chèques cadeaux et...

Hausse spectaculaire des liquidations judicaires au mois de mars, du jamais vu depuis 20 ans

Hausse spectaculaire des liquidations judicaires au mois de mars, du jamais vu depuis 20 ans

Alors que 2020 avait vu les défaillances d’entreprises reculer de près de 40 % malgré la crise sanitaire, le premier trimestre annonce un revirement d...

Warren Buffett : l'alchimiste

Warren Buffett : l'alchimiste

Maître à penser de nombreux gérants d’actifs, Warren Buffett a élaboré une méthodologie d’investissement d’une grande efficacité. À tel point qu’il es...

J. Revault (Factofrance) : "Si nous n’avions qu’un seul conseil à donner aux décideurs, ce serait celui d’anticiper"

J. Revault (Factofrance) : "Si nous n’avions qu’un seul conseil à donner aux décideurs, ce serait ce...

L’affacturage fait office de véritable bulle d’oxygène pour les entreprises, particulièrement en période de crise. Acteur de référence en France, Fact...

F. Coirier (Meti) : "Le portefeuille de possibilités de financements est inédit"

F. Coirier (Meti) : "Le portefeuille de possibilités de financements est inédit"

La France compte 5 400 entreprises de taille intermédiaire. Le co-président du Mouvement des ETI, Frédéric Coirier, dresse le bilan de la situation de...

Lire plus d'actualités

Newsletter savoir pour agir

N'avancez plus à l'aveugle

Ne plus afficher ce message

Ce site utilise des cookies. En continuant la navigation, vous acceptez nos conditions d'utilisation des cookies.
Plus d'informations

J'accepte