Libération de Carlos Ghosn : le système judiciaire japonais accusé

Mercredi 6 mars, Carlos Ghosn a été libéré sous caution après 108 jours de prison. Une détention qui jette une lumière crue sur le fonctionnement du système judicaire.

Mercredi 6 mars, Carlos Ghosn a été libéré sous caution après 108 jours de prison. Une détention qui jette une lumière crue sur le fonctionnement du système judicaire.

Après trois mois au centre de détention de Kosuge, Carlos Ghosn a été libéré le 6 mars. Ses avocats ont versé la caution d’un milliard de yens (7,9 millions d’euros) exigée par le tribunal du district de Tokyo pour cette libération.

Liberté sous caution et sous conditions

C’est la troisième demande de libération déposée par l’ancien dirigeant de Renault et Nissan depuis son arrestation le 19 novembre dernier à son arrivée au Japon. Carlos Ghosn a été mis en examen pour trois chefs d’inculpation ; il est accusé d’avoir minoré ses revenus entre 2011 et 2015 puis entre 2015 et 2018 et d’« abus de confiance aggravés » pour des faits remontant à 2008. Trois accusations pour lesquelles il risque quinze ans de prison alors qu’il clame son innocence.

Pour obtenir cette libération – contre laquelle le parquet avait fait appel –, les avocats de Carlos Ghosn se sont engagés à ce que leur client reste au Japon et que ses moyens de communication soient limités. L’homme d’affaires, qui a dû rendre ses trois passeports (brésilien, français et libanais) est assigné à résidence, ses visites contrôlées et n’aura pas accès à Internet.

La Justice sur le banc des accusés

Selon le Financial Times, la saisie, le 4 mars, des Nations unies par la famille de l’ex-dirigeant de Renault et Nissan pour non-respect de ses « droits fondamentaux » aurait influencé la décision du tribunal de Tokyo. Dans une lettre adressée mi-janvier à l’ONG Human Rights Watch, l’épouse de l’homme d’affaires dénonçait déjà un « système draconien de détention et d’interrogatoire », une cellule éclairée jour et nuit, l’absence de soin et des interrogatoires incessants.

Le système judiciaire japonais, dans lequel près de 99 % des accusés sont jugés coupables, est sous le feu des critiques des conseillers légaux de Carlos Ghosn mais aussi d’associations de défense des droits de l’Homme. Il prévoit par exemple la prolongation de la garde à vue des accusés qui maintiennent leur innocence.

Deux ONG, la Fédération internationale des droits de l'Homme (FIDH) et le Centre pour les droits des prisonniers ont, dans un communiqué, appelé le gouvernement japonais à réformer cet appareil : « Le refus du droit à l'assistance d'un avocat pendant les interrogatoires, sa détention prolongée avant inculpation et les conditions d'emprisonnement exposent certaines défaillances graves qui caractérisent le système judiciaire japonais depuis trop longtemps. »

Cécile Chevré

Vous avez apprécié cet article ? Likez Magazine Décideurs sur Facebook !

Infineon ouvre l'une des plus grandes usines d'Europe

Infineon ouvre l'une des plus grandes usines d'Europe

Voitures électriques, trains, éoliennes sont en demande de puces. Les investissements du groupe bavarois devraient rassasier les plus gourmands. Pour...

Levée de fonds record de 680 millions de dollars pour Sorare, la start-up française de football virtuel

Levée de fonds record de 680 millions de dollars pour Sorare, la start-up française de football virt...

La jeune pousse Sorare vient d’annoncer une levée de fonds de 680 millions de dollars qui porte sa valorisation à 4,3 milliards de dollars. Il s’agit...

Deux nouvelles nominations chez IQ-EQ

Deux nouvelles nominations chez IQ-EQ

Le groupe IQ-EQ annonce les nominations d’Anne-Marie Costet et Romain Riegert, respectivement aux postes de CEO et Managing director, Head of Funds s...

C. Bourgeois (H.I.G. WhiteHorse) : "La demande pour nos financements alternatifs est très forte"

C. Bourgeois (H.I.G. WhiteHorse) : "La demande pour nos financements alternatifs est très forte"

H.I.G WhiteHorse, le fonds de dette primaire de H.I.G. Capital, l'un des leaders mondiaux de la gestion alternative d'actifs, propose des financements...

Bernd Stangl (Alcatel-Lucent Enterprise) : "Le transfert vers les cloud publics s’accélère"

Bernd Stangl (Alcatel-Lucent Enterprise) : "Le transfert vers les cloud publics s’accélère"

La télécommunication et la data sont aujourd’hui au cœur des enjeux, bien plus encore après l’année 2020 marquée par la crise sanitaire. Alcatel-Lucen...

Vincent Le Roux rejoint Vae Solis Communications pour renforcer l'activité "Affaires publiques"

Vincent Le Roux rejoint Vae Solis Communications pour renforcer l'activité "Affaires publiques"

Le cabinet de conseil en stratégie de communication et gestion du capital réputation, Vae Solis Communications, accueille Vincent Le Roux au sein de s...

Processus d’introduction en Bourse officiellement lancé pour le français OVHcloud

Processus d’introduction en Bourse officiellement lancé pour le français OVHcloud

Le groupe français OVHcloud, premier fournisseur européen dans le secteur des services informatiques dématérialisés (communément appelés "cloud"), vie...

Pieter van der Does, l’amiral de la Fintech

Pieter van der Does, l’amiral de la Fintech

Atteint du "virus de l’entrepreneuriat", le Néerlandais est devenu milliardaire en moins de quinze ans grâce à sa dernière création : Adyen.

Lire plus d'actualités

Newsletter savoir pour agir

N'avancez plus à l'aveugle

Ne plus afficher ce message

Ce site utilise des cookies. En continuant la navigation, vous acceptez nos conditions d'utilisation des cookies.
Plus d'informations

J'accepte