Li Wenliang, le lanceur d’alerte réhabilité

Accusé de répandre des fausses rumeurs, arrêté et contraint de revenir sur ses déclarations, le docteur Li Wenliang fut le premier, fin 2019, à donner l’alerte sur l’épidémie du Coronavirus. Le 7 février, le lanceur d’alerte succombait au virus dont il avait prédit la dangerosité et Pékin s’empressait d’organiser sa réhabilitation…
Anthony Kwan - Getty

Accusé de répandre des fausses rumeurs, arrêté et contraint de revenir sur ses déclarations, le docteur Li Wenliang fut le premier, fin 2019, à donner l’alerte sur l’épidémie du Coronavirus. Le 7 février, le lanceur d’alerte succombait au virus dont il avait prédit la dangerosité et Pékin s’empressait d’organiser sa réhabilitation…

30 décembre 2019. Personne, pas plus en Chine qu’ailleurs, n’a entendu parler du Covid-19 ; personne n’a la moindre idée de l’épidémie sans précédent qui, dans quelques semaines, éclatera à la face du monde, prenant par surprise sociétés modernes et organisations bien huilées. Pourtant, quelque part dans le centre de la Chine, dans la ville de 11 millions d’habitants de Wuhan, un jeune médecin s’inquiète. Li Wenliang est ophtalmologiste à l’hôpital central. Il a 34 ans et bientôt un deuxième enfant. Et depuis quelques jours il constate parmi les patients qu’il côtoie l’apparition d’un nouveau virus, une forme de pneumonie virale résistante aux traitements habituels qui lui rappelle celui du SRAS (Syndrome respiratoire aigu sévère). D’ailleurs, la cheffe des urgences, Ai Fen, qui partage les mêmes soupçons, vient de lui envoyer – à lui et à d’autres médecins mais aussi au département de contrôle des maladies infectieuses – les photos de résultats d’analyse qui renforcent ses soupçons.

Troubles à « l’ordre social »

Le 30 décembre, le docteur Wenliang décide de lancer l’alerte en s’ouvrant de la situation à sept confrères via le réseau WeChat. Deux jours plus tard, en pleine nuit, tous sont arrêtés par la police, accusés d’avoir « répandu des rumeurs » et « perturbé gravement l’ordre social ». Longuement interrogé, menacé, le docteur Wenliang ne devra sa libération qu’à la signature d’un document aux allures de confession publique dans lequel il devra s’engager à ne plus commettre « d’actes contraires à la loi… ». Libre de retourner travailler, il reprend ses consultations à l’hôpital où, quelques jours plus tard, il est à son tour contaminé par une patiente. Rapidement, son état s’aggrave. Hospitalisé début février puis transféré en soins intensifs quarante-huit heures plus tard, il succombe le 7 février au virus dont il avait cherché à révéler l’existence. En Chine, c’est l’embrasement. Les révélations sur sa tentative de donner l’alerte, celles sur les pressions dont il aura fait l’objet, sa contamination et sa disparition à seulement quelques jours d’intervalle… Tout concorde pour transformer le jeune médecin en figure doublement emblématique : à la fois martyr du virus dont il avait si bien décelé la dangerosité et défenseur d’une liberté d’expression que le Parti s’efforce de museler. Pour l’opinion, c’est la colère et l’indignation. Pour Pékin, désormais ouvertement attaqué pour son absence de transparence et sa gestion plus que discutable de la crise, c’est l’embarras.

Récupération…

Car, en matière de maladie infectieuse et de risque pandémique, la Chine ne peut prétendre à l’ignorance. La crise du SRAS, survenue dix-sept ans plus tôt, a suffisamment marqué les esprit et traumatisé citoyens et gouvernement pour que ce dernier se soit doté d’un système de surveillance des maladies contagieuses permettant à chaque hôpital d’alerter le Parti à la moindre apparition de cas suspect et d’organiser son expertise dans un temps record afin de circonscrire tout risque de dérive pandémique. Techniquement, donc, rien à redire. Et pourtant, lorsque les autorités sanitaires découvrent sur les réseaux sociaux les échanges de huit médecins évoquant un virus non identifié, elles décident de ne pas diffuser l’information. Mieux, elles s’emploient, des jours durant, à étouffer l’affaire et à minimiser le risque pandémique, attisant les critiques et suscitant les interrogations. Au point que, face au déferlement de colère suscité par la mort du jeune médecin, Pékin se voit dans l’obligation d’opérer un rétropédalage en règle, missionnant une enquête au sein de la commission de discipline du Parti qui décrétera « inapproprié » le traitement dont celui-ci avait fait l’objet, désavouant la police qui présentera ses excuses à la famille, faisant tomber quelques têtes et, même, requalifiant Li Wenliang de perturbateur public en héros national.

Les autorités font passer le médecin de perturbateur public à héros national

De la tentation du déni à l'excès de zèle

Pourtant, le mea culpa restera trop tardif et l’entreprise de récupération trop grossière pour parvenir à calmer la vague d’indignation suscitée par la disparition du médecin, certes, mais aussi par les arrestations de toute personne - journaliste, internaute… – critiquant trop ouvertement la stratégie de gestion de crise du Parti, ainsi que par la censure des mots clés liés au virus que celui-ci aurait pratiqué des semaines durant sur les réseaux sociaux… Avec pour effet de retarder au 20 janvier l’annonce officielle de la crise sanitaire et la confirmation que le virus se transmettait par contacts entre personnes et, au 23 du même mois, la décision de placer Wuhan et sa région en quarantaine. Wuhan où, quelques jours plus tôt, se tenait pourtant un banquet géant organisé pour 40 000 familles à l’occasion des festivités du Nouvel An chinois…

Mais, force est de le reconnaître, après s’être un temps attachées à nier la réalité du virus puis à minimiser sa portée, les autorités chinoises ont fait volte-face. Et ceci avec tant de zèle que, pour nombre d’observateurs avisés, elles pourraient bien y avoir trouvé l’alibi idéal pour accentuer leur politique de contrôle social, justifiant le durcissement de mesures de surveillance de la population – recours à des drones pour garantir que l’obligation du port du masque est respectée, reconnaissance faciale accrue visant à identifier les contrevenants,  géolocalisation des personnes à risque… – par l’impératif de circonscrire la crise sanitaire. Car, dans ce domaine, la créativité du Parti semble sans limite. Et d’autant plus efficace que celle-ci s’accompagne, pour tout citoyen non respectueux des nouvelles règles, du risque accru de voir perdre en « crédit social », cette forme de certificat de bonne conduite sans lequel on ne saurait prétendre à l’obtention d’un prêt bancaire ou même, pour les récidivistes, à l’achat d’un billet de train… De l’art de transformer les crises en opportunité.

Caroline Castets

Vous avez apprécié cet article ? Likez Magazine Décideurs sur Facebook !

retrouvez l'intégralité du dossier Héros & zéros

Il y a quelques semaines, le Coronavirus prenait le monde par surprise, d’abord dans sa dimension de crise sanitaire sans précédent, ensuite dans le tsunami économique et politique qu’il allait susciter. De ce chaos historique, plusieurs noms, déjà, émergent. Certains sont des personnalités de premier plan, d’autres étaient inconnus du grand public il y a encore quelques mois. Leur point commun ? Avoir marqué la période, en bien ou en mal. Soit parce que la crise les aura révélés, soit parce qu’elle aura démontré leur incapacité à se hisser à la hauteur de ses enjeux. Galerie de portraits et effets de contraste.
Sommaire Boris Johnson, le prix de la légèreté Ursula von der Leyen, le temps des défis Angela Merkel, la force tranquille Donald Trump. La crise ? Quelle crise ? Docteur Tedros, le politique Christian Drosten, le guide Personnel soignant : les combattants Bill Gates : le visionnaire Moon Jae-in et Park Neung-hoo : action... réaction.
Pour qui votent les catholiques ?

Pour qui votent les catholiques ?

De moins en moins nombreux, historiquement à droite, convertis au macronisme mais allergiques à Marine Le Pen. Alors que l'Ascension et les régionales...

Exclu Décideurs. Entreprises en difficulté, ce qui se prépare

Exclu Décideurs. Entreprises en difficulté, ce qui se prépare

Oui, l’État est bel et bien adepte du "quoi qu’il en coûte". Mais les prêts qu’il a garantis s’arrêteront bien un jour. Avec à la clé une hausse inévi...

O.Nasrou : "Valérie Pécresse incarne le vote utile"

O.Nasrou : "Valérie Pécresse incarne le vote utile"

Lycées, sécurité, transports, dette… Selon le premier vice-président du conseil régional d’Ile-de-France, Valérie Pécresse peut se reposer sur un bila...

Sophie Cluzel : "La France consacre 2,2% de son PIB aux personnes en situation de handicap"

Sophie Cluzel : "La France consacre 2,2% de son PIB aux personnes en situation de handicap"

Aides aux entreprises, baromètre, mentorat… Sophie Cluzel, secrétaire d’État chargée des Personnes handicapées revient sur les initiatives destinées à...

Édito. Haro sur les déviants

Édito. Haro sur les déviants

De nombreuses personnalités "issues de la diversité" prennent position pour défendre l’universalisme, combattre le communautarisme et l’essentialisati...

T.Lentz (Fondation Napoléon) : "L'UE ne bâtit pas son unité autour de personnages historiques"

T.Lentz (Fondation Napoléon) : "L'UE ne bâtit pas son unité autour de personnages historiques"

Historien et directeur de la Fondation Napoléon, Thierry Lentz revient sur les célébrations du bicentenaire de la mort de l’Empereur à l’échelle europ...

Quand l’UE enterre Napoléon

Quand l’UE enterre Napoléon

Le bicentenaire de la mort de l’Empereur ne sera pas célébré par l’Union européenne malgré une vraie popularité du personnage dans de nombreux États m...

UE vs Astra Zeneca : tout savoir sur les enjeux juridiques

UE vs Astra Zeneca : tout savoir sur les enjeux juridiques

La Commission européenne a saisi la justice belge vendredi 23 avril dans le cadre de son contrat conclu avec Astra Zeneca. L’Europe proteste contre le...

Lire plus d'actualités

Newsletter savoir pour agir

N'avancez plus à l'aveugle

Ne plus afficher ce message

Ce site utilise des cookies. En continuant la navigation, vous acceptez nos conditions d'utilisation des cookies.
Plus d'informations

J'accepte