Lexclair : percer les secrets du legal design

Lancé en plein confinement par l’avocate Sophie Lapisardi et l’expert en design thinking Fabrice Mauléon, Lexclair dispense aux juristes des formations en legal design. Une démarche qui vise non seulement à faciliter l’accès à ses méthodes de travail, mais aussi à mieux intégrer le droit en entreprise.
Sophie Lapisardi et Fabrice Mauléon

Lancé en plein confinement par l’avocate Sophie Lapisardi et l’expert en design thinking Fabrice Mauléon, Lexclair dispense aux juristes des formations en legal design. Une démarche qui vise non seulement à faciliter l’accès à ses méthodes de travail, mais aussi à mieux intégrer le droit en entreprise.

L’essayer c’est l’adopter. La formule s’adapte particulièrement bien au langage juridique clair : ceux qui ont connu une expérience de legal design ont pu en percevoir les bénéfices. Ils sont nombreux à vouloir être initiés. C’est pour répondre aux sollicitations de ses confrères, des directeurs et directrices juridiques, que l’avocate Sophie Lapisardi a créé son centre de formation : Lexclair. Celle qui a élaboré sa propre méthode de langage clair en cinq ans au sein de son cabinet de spécialistes du droit public des affaires, Lapisardi Avocats, s’est associée avec celui qu’elle a rencontré tout au début de son apprentissage : le spécialiste du design thinking Fabrice Mauléon. Ensemble, ils ont conçu pour les juristes des modules de formation (quelle que soit leur structure d’exercice) à la pratique du langage juridique clair. La première édition s’est déroulée durant le confinement sous forme de webinar.

Réalisation d’une carte de l’empathie

La méthode agit un peu comme par magie : « Mon directeur général m'a indiqué qu'il avait parfaitement mémorisé notre dossier juridique sans aucun effort, puisqu'il n'avait passé que quelques minutes, la veille, à lire mon infographie », témoigne une nouvelle convertie. Sauf qu’en réalité, adapter les outils de travail au quotidien nécessite un effort intellectuel important. Travailler le texte en utilisant des mots justes, en supprimant les vocables à double ou triple sens, éviter les terminologies juridiques obscures, choisir de placer l’information principale en début de phrase, supprimer les références juridiques qui ne servent souvent que de béquilles… Les juristes rodés à ces techniques parviennent même à visualiser le travail de mise en image qui sera produit à partir du texte lors de sa rédaction. Sophie Lapisardi rappelle ses quatre objectifs : « Il faut que le lecteur trouve facilement l’information, qu’il ne relise aucune phrase, qu’il comprenne l’information et qu’il mémorise les messages clés. » Ambitieux, surtout lorsqu’on vise les consultations juridiques, les contrats ou les notes d’information relatives à une réglementation.

L’atelier découverte de trois heures est composé de 80 % de pratique. Il comprend la réalisation d’une carte de l’empathie « pour remettre l’interlocuteur au cœur du projet » et d’un test à partir d’un cas d’espèce. « La dernière étape est souvent violente pour le juriste habitué à avoir raison sans remise en cuase de son travail », avoue Sophie Lapisardi. Vient ensuite la réalisation d’infographies, d’images, de schémas à partir du texte adapté, le droit ne pouvant être délesté des mots, comme aime à le rappeler l’avocate. Et pour cela, l’intervention de Fabrice Mauléon est précieuse. L’ancien professeur de droit est un expert de la pensée design, de l’expérience utilisateur, de l’innovation digitale, de la « cartorisation » et… de la matière juridique.

Ensemble, le duo travaille à appliquer la raison d’être de Lexclair : la transmission des méthodes de travail à la communauté de juristes. Car, aux plus avancés, il dispense des ateliers immersion. L’utilisation de ce langage doit être accessible au plus grand nombre : « C’est le cours naturel des choses, le sens de l’histoire », réagit l’avocate déjà engagée auprès de ses confrères à travers l’ACE (le syndicat Avocats conseils d’entreprise). « Je ne vais plus pouvoir présenter de notes juridiques de 10 ou 20 pages sous peine de décevoir mes interlocuteurs, résume une directrice juridique convaincue lors d’une initiation par Lexclair. Adieu mes formules habituelles, "conformément à la loi...", "en application de...", les formules latines et les phrases à rallonge. Je les remplace par : empathie, canevas, langage clair et visualisation. » Une révolution !

Pascale D'Amore

Vous avez apprécié cet article ? Likez Magazine Décideurs sur Facebook !

Exclusif. Parité : les 30 meilleurs cabinets d’avocats

Exclusif. Parité : les 30 meilleurs cabinets d’avocats

Si la parité hommes-femmes est loin d'être atteinte chez les associés du barreau d’affaires, les femmes restant minoritaires, elle existe dans certain...

Natasha Tardif : un profil encore singulier parmi les avocats

Natasha Tardif : un profil encore singulier parmi les avocats

Natasha Tardif est une des rares jeunes avocates à occuper plusieurs fonctions de prestige. Managing partner de Reed Smith Paris, à la tête du départe...

Arbitrage : Brown Rudnick promeut une avocate

Arbitrage : Brown Rudnick promeut une avocate

Le département consacré à l'arbitrage international de Brown Rudnick élève Sabrina Touchard au rang de counsel.

La Cour de cassation donne raison au fisc dans l’affaire Finaréa

La Cour de cassation donne raison au fisc dans l’affaire Finaréa

La plus haute juridiction de l’ordre judiciaire français a finalement donné tort aux contribuables dans l’affaire Finaréa, un important redressement f...

Une réforme de la justice pénale sans coup d’éclat

Une réforme de la justice pénale sans coup d’éclat

Le projet de réforme de la justice, encore en attente de validation finale, a pour objectif d’améliorer la confiance entre les justiciables et l’insti...

Philippe Sarrailhé crée sa propre boutique

Philippe Sarrailhé crée sa propre boutique

Parfois arbitre mais surtout conseil dans des arbitrages internationaux et chef d’orchestre de la résolution judiciaire et extrajudiciaire des litiges...

Emmanuel Gaillard et son équipe fondent Gaillard Banifatemi Shelbaya Disputes

Emmanuel Gaillard et son équipe fondent Gaillard Banifatemi Shelbaya Disputes

L’avocat de référence en arbitrage international Emmanuel Gaillard et son équipe quittent Shearman & Sterling pour fonder le cabinet Gaillard Bani...

F. Perbost (Harlay Avocats) : "Le Far West des données génétiques"

F. Perbost (Harlay Avocats) : "Le Far West des données génétiques"

Il peut sembler paradoxal d’envisager les données génétiques comme une zone de non-droit où règnerait la loi du plus fort alors qu’elles bénéficient e...

Lire plus d'actualités

Newsletter savoir pour agir

N'avancez plus à l'aveugle

Ne plus afficher ce message

Ce site utilise des cookies. En continuant la navigation, vous acceptez nos conditions d'utilisation des cookies.
Plus d'informations

J'accepte