Lexavoué : "Mettre la technologie au service du droit et de l'intérêt du justiciable"

Lexavoué fête cette année ses 10 ans. "Dix années d’une aventure
professionnelle exceptionnelle", s’enthousiasme Pierre-Yves Imperatore, président de Lexavoué depuis le 1er janvier 2021. Il revient avec Nicolas Mourot, directeur de la stratégie et du développement, sur les réussites et les ambitions de ce cabinet à l’ADN entrepreneurial chevillé au corps, et qui s’affirme aujourd’hui comme un acteur engagé de l’innovation technologique au service du droit.
Pierre-Yves Imperatore, président, et Nicolas Mourot, directeur de la stratégie et du développement de Lexavoué

Lexavoué fête cette année ses 10 ans. "Dix années d’une aventure professionnelle exceptionnelle", s’enthousiasme Pierre-Yves Imperatore, président de Lexavoué depuis le 1er janvier 2021. Il revient avec Nicolas Mourot, directeur de la stratégie et du développement, sur les réussites et les ambitions de ce cabinet à l’ADN entrepreneurial chevillé au corps, et qui s’affirme aujourd’hui comme un acteur engagé de l’innovation technologique au service du droit.

Décideurs. Pierre-Yves Imperatore, vous avez été élu par vos associés président de Lexavoué en janvier 2021. Quel bilan tirez-vous de cette première année à la tête du groupe ?

Pierre-Yves Imperatore. Ce fut une première année très riche et très dense ! Certains projets de développement avaient été mis en pause pendant quelques mois en 2020 : nous avions pu ainsi mobiliser toute notre énergie pour armer le groupe face aux conséquences de la crise sanitaire sur notre activité, et accompagner nos clients, qui étaient également durement impactés, en mettant notamment à leur disposition des outils visant à faciliter leur quotidien. Notre "calculette délais Covid" en est d’ailleurs la parfaite illustration : pour répondre aux besoins des avocats d’être accompagnés au sein d’un cadre procédural "exceptionnel (induit par l’état d’urgence sanitaire et la période juridiquement protégée), nous avons développé et mis à disposition gratuitement cet outil ; utilisé près de 50 000 fois depuis son lancement (dont près de 10 000 fois la première semaine), il a permis à de nombreux avocats de suivre leurs délais et ainsi de sécuriser leurs dossiers.

Une fois ces éléments conjoncturels sécurisés, nos projets "structurels" ont pu reprendre leur cours, et l’année 2021 nous a permis à la fois de les affiner et d’accélérer leur développement et leur mise en oeuvre.

Nous avons tout d’abord lancé en début d’année notre application mobile "Compétences du Tribunal Judiciaire", permettant de déterminer en quelques minutes la juridiction compétente pour une matière et un lieu donnés : développée en quelques mois par une équipe interne d’avocats pilotés par Nicolas, avec l’aide du professeur Hervé Croze et d’une agence de développement, elle accompagne aujourd’hui plusieurs milliers de professionnels du droit dans leur quotidien procédural. Forts de ce succès, nous avons décidé d’ancrer notre engagement au coeur de l’écosystème legaltech en travaillant sur de nouvelles initiatives technologiques visant à la fois à simplifier le fonctionnement quotidien de nos bureaux et à apporter de nouvelles réponses aux problématiques rencontrées par nos clients.

Et nous avons la chance de pouvoir d’abord tester en interne nos innovations ! Nos avocats sont en effet nos meilleurs bêta-testeurs. Avant le déploiement de chaque outil, nous avons mené une phase très poussée de tests, qui nous a permis d’envisager la quasi-totalité des cas d’usages possibles, d’apporter des correctifs ou des améliorations, et ainsi de proposer aux utilisateurs finaux externes à Lexavoué des applicatifs totalement sécurisés. 

En deux mots, l’année 2021 nous a permis d’ancrer définitivement l’innovation digitale au coeur de nos projets de développement à court, moyen et long terme.

"L'année 2021 nous a permis d'ancrer définitivement l'innovation digitale au coeur de nos projets de développement". 

L’innovation digitale semble en effet être la pierre angulaire de vos projets "Groupe". Nicolas Mourot, vous êtes depuis bientôt trois ans directeur de la stratégie et du développement du groupe et portez cette "ambition technologique" : quelle est l’origine de ce positionnement ?

Nicolas Mourot. Nous le voyons tous aujourd’hui : la technologie amplifie la mutation du marché du droit. Et Lexavoué, s’il veut continuer à servir ses clients et à inscrire sa croissance dans la durée, se doit d’être un acteur de ce changement. Bien entendu, le digital n’est pas une fin en soi pour le cabinet : en revanche, c’est plus que jamais un puissant outil de développement de notre offre de services et de notre proposition de valeur.

Et l’innovation est en outre au coeur de l’ADN de Lexavoué depuis sa création. La réussite de ce projet entrepreneurial, qui s’est construit il y a dix ans sur la disparition de la profession d’avoué, a appris une chose aux associés fondateurs : derrière tout événement pouvant être perçu comme une menace se cache une opportunité d’évolution et de développement, pourvu que l’on accepte de se remettre en question et donc d’innover !

P.-Y. I. Et l’arrivée de Nicolas à nos côtés il y a maintenant bientôt trois ans n’a fait que renforcer cette approche en lui adjoignant des méthodes de travail issues du monde du conseil en stratégie d’entreprise.

Au-delà de cet ADN de cabinet entrepreneurial et innovant, qu’est-ce qui vous distingue aujourd’hui des autres cabinets dans l’approche du métier d’avocat ?

P.-Y. I. Nous avons aujourd’hui un positionnement unique sur le marché, en lien avec notre expertise procédurale poussée et notre maillage territorial très dense : bien plus qu’un postulant, l’avocat Lexavoué coconstruit avec ses clients de véritables stratégies procédurales. L’actualité législative est d’ailleurs venue renforcer la pertinence de ce modèle. En effet, avec la réforme de la procédure civile induite par la création des tribunaux judiciaires et leur spécialisation au 1er janvier 2020, le besoin de recourir à un "sherpa de la procédure" devient d’autant plus prégnant, et ce, dès la première instance.

N. M. Cette double singularité nous permet aujourd’hui de proposer à nos clients un accompagnement unique en son genre. En conjuguant présence régionale et force de frappe nationale, nous avons la capacité de faire ce que l’on appelle du glocal. Cette contraction du mot "global" et du mot "local" illustre parfaitement la valeur ajoutée de Lexavoué : être en mesure de mobiliser des expertises juridiques et technologiques de pointe pour apporter des réponses qualitatives aux enjeux complexes de nos clients et confrères, tout en étant au plus près du terrain, avec des interlocuteurs locaux ayant une parfaite connaissance des jurisprudences et des usages de la cour d’appel de leur lieu d’implantation.

"Nous apprenons chaque jour un peu plus à mettre la technologie au service du justiciable"

Cette approche semble vous réussir, car vous avez remporté le Trophée d’or de la meilleure firme régionale pour la deuxième année consécutive au Sommet du Droit 2021. Qu’est-ce que cela vous inspire ?

P.-Y. I. C’est toujours une fierté de voir notre travail et notre approche reconnus et récompensés par une distinction, qui plus est lorsqu’elle est octroyée par des professionnels qui ne nous connaissent pas forcément avant de nous rencontrer lors des oraux. Mais recevoir le même trophée deux années de suite, c’est également un symbole très fort : cela prouve que le modèle inventé par Lexavoué il y a maintenant dix ans est pérenne et répond à un besoin sur le marché. Ce doublé vient donc concrétiser une décennie de travail au plus près de nos clients et confrères.

N. M. Et ces deux "statuettes" viennent rejoindre nos deux Trophées d’or de meilleure firme entrepreneuriale obtenus en 2013 (cabinet de moins de 5 ans) et en 2018 (cabinet de plus de 5 ans). En parvenant à faire un doublé dans deux catégories totalement différentes, nous prouvons que la singularité de Lexavoué est une force, et nous allons continuer à l’entretenir et à la faire évoluer pour toujours mieux coller aux attentes de ceux que nous accompagnons au quotidien.

Et comptez-vous ouvrir de nouveaux bureaux ?

P.-Y. I. Bien entendu, nous serions ravis d’élargir encore plus notre maillage. Mais nous ne le ferons pas à n’importe quel prix. La réussite de Lexavoué est en grande partie due à l’affectio societatis qui lie fortement l’ensemble des associés du groupe. Nous avons la chance d’avoir une équipe d’associés soudés, qui partagent des valeurs humaines et professionnelles fortes, et qui regardent tous dans la même direction. Cette harmonie et cette force du collectif priment aujourd’hui sur une expansion géographique à tout prix. À l’heure actuelle, nous échangeons avec un certain nombre de confrères qui souhaitent rejoindre l’aventure, mais nous prenons notre temps : il est essentiel de murir les projets afin de nous assurer mutuellement que nous partageons une vision commune du présent et du futur de Lexavoué.

Revenons un instant sur la première filiale que le groupe Lexavoué a lancée il y a maintenant cinq ans, à savoir son centre de formation continue à destination des avocats. À quoi ressemble-t-il aujourd’hui ?

P.-Y. I. Lexavoué Formation a été la première incursion du groupe hors de son coeur de métier, et son succès est en grande partie liée au travail de mon associée Emmanuelle Vajou qui a piloté son lancement et qui en assure aujourd’hui la direction avec le concours de Nicolas. Derrière cette aventure entrepreneuriale, il y a toujours cette même volonté qui irrigue toutes les décisions que nous prenons : décliner notre offre d’accompagnement afin de l’adapter en permanence aux besoins de nos clients.

N. M. Rapidement, Lexavoué Formation a élargi son audience en adaptant son offre à l’actualité législative et jurisprudentielle, et notamment en consacrant des cycles de formation aux différentes réformes de la procédure civile. À la fin de cette année, nous aurons formé près de 2 000 avocats. Et la crise sanitaire n’a pas empêché Lexavoué Formation de poursuivre son développement : dès le mois de mars 2020, l’équipe s’est mobilisée pour décliner son catalogue afin qu’il puisse être suivi à distance. C’est ainsi que de nombreux webinaires et un parcours e-learning dédié à la nouvelle procédure civile ont vu le jour en quelques semaines. 

Aujourd’hui, l’enrichissement du catalogue se poursuit en continu, avec le concours précieux de professeurs agrégés de droit privé. Nous avons d’ailleurs la chance de pouvoir compter sur la présence à nos côtés de madame Soraya Amrani-Mekki, professeure agrégée des facultés de droit et spécialiste de la procédure. La complémentarité de son expertise reconnue de tous et l’approche pratique des avocats Lexavoué nous permettent de proposer un contenu d’excellence et toujours d’actualité aux participants. Grâce à ce dispositif humain unique, nous jouons à plein le rôle "d’amortisseur de réformes" qu’entend incarner le groupe Lexavoué dans son ensemble.

Et pour 2022, les projets ne manquent pas : nous allons notamment proposer de nouveaux formats, et adapter nos contenus pour les rendre accessibles à de nouveaux profils non avocats. D’ailleurs l’équipe Lexavoué Formation s’agrandit en ce moment même, pour pouvoir mener à bien ces chantiers.

"Lexavoué Formation a élargi son audience en adaptant en permanence son offre à l'actualité législative et jurisprudentielle"

Lexavoué va fêter ses 10 ans à la fin de l’année. Que peut-on vous souhaiter pour les dix prochaines années ?

P.-Y. I. Tout d’abord, notons que cette première décennie a été une aventure professionnelle exceptionnelle pour nous tous. Nous sommes parvenus à transformer la disparition de notre profession d’origine en une opportunité de réinventer l’accompagnement procédural à destination de nos confrères, puis à diversifier les activités du cabinet pour aujourd’hui proposer à nos clients, qu’ils soient avocats, institutionnels, entreprises ou particuliers, un large éventail de services à haute valeur ajoutée.

Pour les dix ans à venir, je fais le voeu que la dynamique entrepreneuriale qui anime le cabinet se poursuive pour nous permettre de défricher de nouveaux "terrains" et continuer à toujours mieux accompagner nos clients. Aujourd’hui, tout est en place pour que ce voeu se réalise : nous avons l’envie, la détermination, l’expertise juridique, les compétences "business", et nous apprenons chaque jour un peu plus à mettre la technologie au service du justiciable. Ces dix prochaines années devraient donc être particulièrement riches et stimulantes.

N. M. Lexavoué va en effet continuer à se nourrir des mutations du marché du droit et des perspectives qu’apportent les nouvelles technologies pour enrichir et réinventer notre approche du métier d’avocats. Si de nombreux projets sont encore en phase de cadrage, les principes directeurs qui les soustendent sont très clairs : coordonner les interventions des différentes professions juridiques pour mieux servir le justiciable, offrir un accompagnement sans couture de l’assignation à l’exécution des décisions, ou encore proposer aux avocats de nouvelles approches pour sécuriser et simplifier leur gestion du contentieux. Cette "liste" n’est pas exhaustive et à vocation à s’adapter aux évolutions du marché du droit et des besoins qui en découleront. Ce qui restera intangible en revanche, c’est notre volonté : celle d’être un acteur engagé dans la transformation de la pratique du droit, au service de ses clients et confrères.

 

Vous avez apprécié cet article ? Likez Magazine Décideurs sur Facebook !

T.Philipponnat (Finance Watch) : "Réglementer la finance durable au niveau européen"

T.Philipponnat (Finance Watch) : "Réglementer la finance durable au niveau européen"

Les normes foisonnent toujours plus autour du sujet de la finance verte. Thierry Philipponnat, directeur de la recherche et du plaidoyer chez Finance...

Marché du M&A : bilan d'une année folle

Marché du M&A : bilan d'une année folle

Le marché des fusions-acquisitions n’a jamais été aussi florissant que depuis le deuxième semestre 2020. Même si ce dynamisme peut paraître incongru d...

Paris Legal Makers  : le nouveau rendez-vous des décideurs

Paris Legal Makers : le nouveau rendez-vous des décideurs

Événement dédié au développement économique par le droit, le Paris Legal Makers 2021 se tiendra le lundi 6 décembre prochain, en présentiel au palais...

Promotions chez Mayer Brown à Paris

Promotions chez Mayer Brown à Paris

Dans une série de 65 nominations sur le plan mondial, Mayer Brown promeut quatre avocats au sein de son bureau parisien : Jean-Maxime Blutel et Nicola...

Procès Fillon : un an de prison ferme requis en appel

Procès Fillon : un an de prison ferme requis en appel

En appel, le parquet général a requis cinq ans d’emprisonnement dont quatre avec sursis, 375 000 euros d’amende et une peine de dix ans d’inéligibilit...

Data Legal Drive et Vigo créent un logiciel de conformité anticorruption

Data Legal Drive et Vigo créent un logiciel de conformité anticorruption

Afin de guider les entreprises dans la mise en place d’une gouvernance conforme aux exigences de la loi Sapin 2, Data Legal Drive et Vigo lancent un l...

Le médiateur de l’AMF reconduit pour trois ans

Le médiateur de l’AMF reconduit pour trois ans

Marielle Cohen-Branche, le médiateur de l’AMF, est reconduite dans ses fonctions pour un nouveau mandat de trois ans.

Willkie Farr & Gallagher renforce son équipe private equity

Willkie Farr & Gallagher renforce son équipe private equity

Willkie Farr & Gallagher nomme deux nouveaux associés au sein de son bureau parisien, Gil Kiener et Hugo Nocerino. Ces cooptations prendront effet...

Lire plus d'actualités

Newsletter savoir pour agir

N'avancez plus à l'aveugle

Ne plus afficher ce message

Ce site utilise des cookies. En continuant la navigation, vous acceptez nos conditions d'utilisation des cookies.
Plus d'informations

J'accepte