F.Kuntzmann : "Les soft skills sont les enjeux de demain"

Créée en 2014, My-Serious-Game a su se faire une place sur le marché de la formation digitale. En janvier dernier, l’entreprise tourangelle a bouclé un premier tour de table de trois millions d’euros. Frédéric Kuntzmann, cofondateur, revient sur ses ambitions.

© DR

Créée en 2014, My-Serious-Game a su se faire une place sur le marché de la formation digitale. En janvier dernier, l’entreprise tourangelle a bouclé un premier tour de table de trois millions d’euros. Frédéric Kuntzmann, cofondateur, revient sur ses ambitions.

Décideurs. Pouvez-vous nous présenter My-Serious-Game ?

Frédéric Kuntzmann. Nous concevons des formations digitales à distance. Depuis la création de la société il y a bientôt cinq ans, nous avons formé un million de personnes avec nos contenus. Nous avons commencé par du sur-mesure pour des grands groupes. Ces solutions pouvant intéresser d’autres entreprises, nous les adaptons peu à peu pour les commercialiser à plus grande échelle. Les innovations techniques devenant rapidement obsolètes, il faut conserver les deux, sur-mesure et produit, pour traverser les modes. Aujourd’hui nous sommes une soixantaine de collaborateurs avec des profils très variés et continuons de recruter pour atteindre une centaine de personnes dans moins d’un an.

Comment vous est venue l’idée de cette solution ?

La performance passe par les collaborateurs, leur recrutement, leur intégration et leur motivation. Je me suis formé à la psychologie du travail en parallèle de ma vie professionnelle. Cela m’a amené à faire du développement des compétences mon métier et à monter un cabinet de formation. J’ai commencé à approcher le e-learning, non pas en partant de ce qui se faisait, mais de ce que j’imaginais qu’il fallait faire, et j’ai cofondé My-Serious-Game.

Comment définissez vous le Serious game ?

Un serious game est une simulation de développement des compétences dans laquelle les participants peuvent, sous forme de réalité virtuelle, bande dessinée ou jeu vidéo, se confronter à des situations qu’ils rencontreront dans leur vie professionnelle. Le « jeu sérieux » représente 30 % de notre chiffre d’affaires.

Quelles sont vos autres activités ?

Nous proposons des solutions innovantes de digital learning, qui permettent de former des milliers de collaborateurs en quelques mois ; un modèle plus économique et réactif. Nous faisons également de l’adaptive learning. La machine s’adapte à l’apprenant, à son niveau ou à sa façon d’apprendre. Nos solutions sont principalement hybrides ; 70 % d’entre elles mélangent présentiel et modules à compléter en amont et en aval.

"Nous travaillons pour des grands groupes, mais aussi des ETI ou des start-up"

À qui s’adressent vos solutions ?

À tous ceux qui font face à un défi de recrutement. Les deux sujets phares que nous traitons sont l’on-boarding, l’engagement des nouveaux collaborateurs et leur parcours d’intégration, et le développement des soft skills, le savoir-être. Ce sont les enjeux de demain car les métiers se transforment. Les deux tiers de nos clients sont des grands groupes, mais nous travaillons aussi pour des ETI et parfois des start-up, dans l’IoT notamment.

En janvier dernier, vous avez réalisé un premier tour de table de trois millions d’euros. Dans quel but ?

Nous connaissons une forte croissance depuis la création, mais le secteur s’accélère et des acteurs étrangers essaient de pénétrer le marché français. Nous devons grandir plus vite, et avons pour ambition de devenir un acteur européen majeur à court terme. Les fonds d’investissement Loire Valley Invest, A Plus Finance et Galia Gestion – qui se partagent désormais 30 % du capital – nous aident ainsi à développer la commercialisation des produits en France et à l’international. En Europe, nous sommes dans une logique de partenariats, alors qu’aux États-Unis, nous procéderons par acquisitions, dont une est en cours à Boston, lieu privilégié de la Edtech dans le monde.

Propos recueillis par Anne-Gabrielle Mangeret

Vous avez apprécié cet article ? Likez Magazine Décideurs sur Facebook !

Dassault Systèmes, le français qui fait trembler IBM

Dassault Systèmes, le français qui fait trembler IBM

Le groupe dirigé par Bernard Charlès est le leader mondial des logiciels de simulation industrielle. Depuis quelques années, il se lance avec succès d...

Pieter van der Does, l’amiral de la Fintech

Pieter van der Does, l’amiral de la Fintech

Atteint du "virus de l’entrepreneuriat", le Néerlandais est devenu milliardaire en moins de quinze ans grâce à sa dernière création : Adyen.

Phebe Novakovic, la patriote

Phebe Novakovic, la patriote

Alors que NavalGroup est en difficulté après l'annulation du "contrat du siècle" australien, l'américain General Dynamics se porte bien. A sa tête dep...

La direction de Rimini Street change de dirigeante pour la région EMEA

La direction de Rimini Street change de dirigeante pour la région EMEA

Le fournisseur mondial de produits et services logiciels d’entreprises confie la direction de la région EMEA à Emmanuelle Hose, jusque-là directrice r...

ASML, l’entreprise la plus puissante (et méconnue) de l’UE

ASML, l’entreprise la plus puissante (et méconnue) de l’UE

Souverain sur un marché de niche à l’importance vitale, ASML est la plus belle réussite de la tech européenne. Des entreprises telles qu’Apple, Samsun...

L. Comte-Arassus (GE Healthcare) : "Il n’y a pas de citadelle imprenable"

L. Comte-Arassus (GE Healthcare) : "Il n’y a pas de citadelle imprenable"

Le 15 février 2021, Laurence Comte-Arassus a été nommée General Manager de GE Healthcare pour la zone France, Belgique, Luxembourg et Afrique francoph...

C&S Partners : Le leadership, tangible et concret

C&S Partners : Le leadership, tangible et concret

C&S Partners fête ses trois ans, l’occasion de revenir sur un modèle unique, à contre-courant de ce que propose la concurrence.

Obsession Client : une expérience client d’exception passe avant tout par une bonne expérience collaborateur

Obsession Client : une expérience client d’exception passe avant tout par une bonne expérience colla...

En adoptant l’Obsession Client, une entreprise qui investit dans l’expérience client ne doit pas négliger l’expérience collaborateur, au risque de pas...

Lire plus d'actualités

Newsletter savoir pour agir

N'avancez plus à l'aveugle

Ne plus afficher ce message

Ce site utilise des cookies. En continuant la navigation, vous acceptez nos conditions d'utilisation des cookies.
Plus d'informations

J'accepte