Les professionnels de la gestion de patrimoine face à la réforme du label ISR

Les professionnels de la gestion de patrimoine face à la réforme du label ISR
Sylvain Theux, François-Xavier Soeur, Aurélien Guichard, Aurélien Florin

Le nouveau comité du label investissement socialement responsable (ISR), présidé par Michèle Pappalardo, travaille à sa modernisation. Les grandes lignes de cette réforme devraient ainsi être présentées avant l’été. Mais qu’en pensent les professionnels de la gestion de patrimoine ? Quelles sont leurs ambitions pour ce label ? Plusieurs d’entre eux nous dévoilent leur conviction.

Aurélien Guichard. Le futur label devra créer un cadre normatif, plus clair et transparent. C’est, en effet, l’opacité et le mélange des genres qui a introduit de la confusion auprès du grand public. Le cahier des charges du label ISR actuel encadre le processus d’investissement du gérant, mais n’émet pas de jugement sur ses choix. C’est, à mon sens, une démarche très intéressante pour démocratiser et sensibiliser le grand public sur le thème de l’investissement responsable. Depuis quelques années, le label a cependant pris de l’ampleur. Nous sommes tous d’accord pour dire qu’une réforme est aujourd’hui nécessaire. Son avenir doit s’écrire au niveau européen. Il serait, par exemple, pertinent de s’inspirer du label allemand FNG. Celui-ci est composé de plusieurs étoiles. Le label doté d’une étoile correspondrait à notre actuel label ISR.  Composé de deux étoiles, celui-ci appliquerait des exclusions sectorielles très marquées tandis que la troisième étoile valoriserait les fonds à impact.  

François Xavier Sœur. Le label ISR est avant tout une marque de transparence. Il agit comme un panneau indicateur pour le grand public. Il convient toutefois de ne pas rester trop fermé sur ses positions. Les épargnants ne doivent pas uniquement se positionner sur des fonds à impact (SFDR 9),  le risque étant que les portefeuilles demeurent trop concentrés, sur un nombre restreint de valeurs. La diversification ne serait alors plus assurée. En parallèle, nous conseillons d’appliquer un filtre ESG plus traditionnel, permettant également de gérer le risque du portefeuille financier.

"Il est essentiel d’analyser la politique d’engagement actionnarial d'une entreprise"

Prendre en compte les impacts de l’environnement sur les investissements et des investissements sur l’environnement permet d’apporter une analyse complémentaire aux critères ESG selon le principe de double matérialité. Enfin, pour s’assurer du caractère responsable de la stratégie d’investissement d’une société de gestion, il est essentiel d’analyser sa politique d’engagement actionnarial. C’est un levier d’action très important. La résolution déposée par plusieurs sociétés de gestion, dont Meeschaert Amilton et La Financière de l’Échiquier, demandant au groupe Total de se conformer à l'accord de Paris sur le climat en est la parfaite illustration. 

Aurélien Florin. Plus de 950 fonds sont aujourd’hui labellisés ISR, chiffre qui soulève bien entendu la question de la crédibilité du label. Une réforme me semble donc nécessaire. Mais doit-il rester un label d’inclusion, autrement dit favoriser la transformation des entreprises émettant le plus de CO2 ? Ou doit-il devenir un label d’exclusion, en écartant systématiquement les sociétés issues des secteurs les plus polluants ? Convaincre les émetteurs qui émettent le plus de CO2 de faire évoluer leur modèle peut constituer un levier d’action très important. Imposer de trop nombreuses exclusions pourrait dans certains cas s’avérer contre-productif. La proposition de la présidente du nouveau comité du label ISR, Michèle Pappalardo, de créer un "label à un label à niveaux", avec un socle de base et plusieurs niveaux d’exigence optionnels serait un bon compromis. Je suis cependant beaucoup plus sceptique sur la proposition d’Yves Perrier de créer un nouveau label sur la transition carbone. Cela ne ferait que rajouter encore plus de confusion dans l’esprit des épargnants. 

Sylvain Theux. J’accompagne une famille dans le cadre d’un projet viticole ambitieux, en matière de protection de l’environnement. La première étape a consisté à acquérir une propriété présentant certaines caractéristiques pouvant accueillir des pratiques visant à développer la biodiversité comme l’agroforesterie.

"Certains clients ont des doutes sur la pertinence des labels"

Ces clients y sont sensibles d’autant plus que cette sauvegarde fait partie intégrante de la valorisation du projet. Toutefois, malgré leur engagement et l’adhésion naturelle à ces sujets, ils ont des doutes sur la pertinence des labels. La multiplication des sigles a pu semer la confusion chez eux et d’une façon plus générale chez tous les consommateurs. Il y a encore peu de temps, un vin pouvait s’afficher "nature", c’est-à-dire sans intrants dans la phase de vinification, et provenir de raisins cultivés à l’aide de produits toxiques. La réforme en cours devra apporter davantage de clarté. Il faudra tendre vers une harmonisation des labels de sorte qu’ils ne coexistent pas mais se complètent. Entre le label Agriculture biologique, le label Biodynamie ou le label Vin méthode nature, les consommateurs ont toutes les raisons d’être perdus alors qu’il serait tellement plus simple et concret d’utiliser les labels pour qualifier le niveau d’engagement des producteurs. 

Aurélien Guichard, directeur associé, Agora Finance, Sylvain Theux, président, Holding Fortune, François-Xavier Sœur, dirigeant-fondateur, Terrae Patrimoine et Aurélien Florin, directeur éditorial et communication, Scala Patrimoine 

Vous avez apprécié cet article ? Likez Magazine Décideurs sur Facebook !

retrouvez l'intégralité du dossier ISR, de la prise de conscience à l'impact

Investissement durable, à impact, socialement responsable... Autant de termes qui définissent une transformation de la finance pour construire une économie plus durable.
Sommaire S. Fasolo (ELEVA Capital) : "Le client se tourne de plus en plus vers les fonds à impact" P. Chabrol (Trésor): "On est passé d’un label de niche à un label central pour la gestion ESG " Marchés émergents : des green bonds pour financer la reprise ? Atos et DreamQuark misent sur l’IA pour faire progresser l’investissement responsable L. Florez et J.-M. Péan (OFI AM): "l'avenir sera marqué par la finance à impact et les sujets de la biodiversité et du social" N. Parsons (ThomasLloyd) : "L'impact est ce qui importe vraiment en fin de compte" K. Carmoun (Robeco) : "Repenser la place de la banque privée dans la société" P. de Gouville (Ismo) : "Notre credo est d’amener les jeunes à épargner autrement" Le climat, nouvel enjeu sur la place financière
Un petit quiz avant l'été ?

Un petit quiz avant l'été ?

Le conseil de la rédaction pour des vacances sereines et reposantes ? Vérifier que l'actualité des six derniers mois est bien maîtrisée. À vous de jou...

Lanceurs d’alerte : 9 États européens sur 27 sont en règle

Lanceurs d’alerte : 9 États européens sur 27 sont en règle

La directive sur la protection des lanceurs d'alerte imposait comme date butoir de transposition par les États de l’Union européenne le 17 décembre 20...

Quels sont les sujets incontournables de l’été pour les DPO ?

Quels sont les sujets incontournables de l’été pour les DPO ?

Jérôme Deroulez, associé fondateur du cabinet Deroulez Avocats, revient pour Décideurs Juridiques sur les thèmes qui devraient occuper les délégués à...

Le réseau d’audit GMBA se dote d’un cabinet d’avocats

Le réseau d’audit GMBA se dote d’un cabinet d’avocats

Les six professionnels du cabinet Nosten Avocats ont rejoint en mai dernier le cabinet d’experts comptables GMBA, formalisant ainsi une collaboration...

Une gouvernance paritaire pour l’AFJE

Une gouvernance paritaire pour l’AFJE

Incarner la diversité des juristes d’entreprise pour mieux répondre aux défis du métier. C’est l’objectif que l’Association française des juristes d’e...

Oui, investir dans le Bitcoin peut être une bonne idée

Oui, investir dans le Bitcoin peut être une bonne idée

Longtemps mal vues des régulateurs car jugées trop volatiles, les monnaies virtuelles convainquent de plus en plus largement les investisseurs en quêt...

Brune Poirson (Accor) : "Le dialogue avec les gestionnaires d’actifs est crucial"

Brune Poirson (Accor) : "Le dialogue avec les gestionnaires d’actifs est crucial"

Directrice du développement durable au sein du groupe hôtelier Accor et présidente du jury du Prix de la Finance verte 2022, Brune Poirson évoque la m...

Le nouveau managing partner de Herbert Smith Freehills est Régis Oréal

Le nouveau managing partner de Herbert Smith Freehills est Régis Oréal

Régis Oréal, associé du département banque et finance, succède à Frédéric Bouvet qui passe le flambeau après cinq ans à la tête du bureau de Paris.

Lire plus d'actualités

Newsletter savoir pour agir

N'avancez plus à l'aveugle

Ne plus afficher ce message