Les prix de l’immobilier parisien baissent. Au secours ?

Les prix de l’immobilier parisien baissent. Au secours ?

Alors que les observateurs se réjouissaient du franchissement du seuil de 11 000 euros par mètre carré, les prix de l’immobilier parisien ont légèrement décru en ce mois de juillet, de quoi combler les acquéreurs, mais pas que. Décryptage des mécanismes qui engagent ces variations et retour sur l’emballement que génèrent les hausses.

À la faveur de la prolongation du déséquilibre entre l'offre et la demande, et en dépit des pulsions rurales des citadins français, les prix de l’immobilier des métropoles françaises, Paris en tête, ont poursuivi leur progression au gré des confinements successifs, dans un enthousiasme presque général. Selon Meilleurs Agents, les prix de l’immobilier parisien ont finalement accusé une légère baisse le mois dernier (-0,3 %) quand tout le monde s’inquiétait le trimestre précédent de la seule décélération de sa progression (+0,3 % sur les trois mois précédents) après une augmentation de 27,8 % sur les cinq dernières années.

Pourquoi les prix flambent ?

L’accès à la propriété, facilité par des taux d’emprunt ridiculement bas et une demande largement supérieure à l’offre, est devenu un acte dans lequel le vendeur perpétue l’arnaque à laquelle il a été confrontée à l’acquisition. Schématiquement, le propriétaire, avec le concours calculé de son agent, sélectionné sur sa seule approbation d’un prix de vente qu’il juge lui-même délirant, met son bien sur le marché moyennant le prix auquel il l’avait acquis ainsi qu’une plus-value généreuse et spéculative basée sur les prix des appartements vendus alentours. Généralement, son propre appartement est un peu mieux que les autres, donc le prix est instinctivement gonflé de cette appréciation forcément subjective. Les sites recensant les dernières ventes immobilières par quartier finissent de conforter le propriétaire dans son rôle d’estimateur de son propre bien. La forte demande rend le vendeur puissant et la négociation dérisoire. L’appartement aura donc été cédé à un montant supérieur à sa valeur théorique de marché, dans une compétition stimulée par des taux d’emprunt historiquement bas. La hausse des prix de l’immobilier se retrouve engoncée dans la dynamique inconsciente qu’elle crée : comme les prix augmentent, les propriétaires en déduisent que la valeur de leur bien augmente, et s’attachent fermement à la plus-value qu’ils ont eux-mêmes concédée au vendeur lors de leur achat.

La hausse de la valeur vénale du mètre carré produit, nécessairement, la hausse des valeurs locatives, et, immanquablement, la hausse des produits de consommation

Pourquoi s’en réjouir ?

À y réfléchir raisonnablement, rien n’appelle quiconque à se réjouir de la hausse des prix de l’immobilier. Cet appartement vendu trop cher ne devrait pas, théoriquement, constituer un motif de fierté, de satisfaction ou une prétention prophétique de son propriétaire, du simple fait qu’il va s’exposer à un achat plus cher, selon les mêmes mécanismes ineptes qui l’ont conduit à vendre son appartement trop cher. De surcroît, cette vente participe à la dynamique inflationniste du marché de l’immobilier, qui déclenche, fatalement, une hausse des valeurs locatives du quartier et, par effet boule de neige, la hausse du coût de la vie. En d’autres termes, l'augmentation de la valeur vénale du mètre carré produit, nécessairement, celle des valeurs locatives, et, immanquablement, la hausse des produits de consommation, car, de manière systémique, les commerces requièrent un business model bénéficiaire. En outre, le pouvoir d’achat n’accompagne, en aucun cas, ces surévaluations immobilières.

Si l’exode urbain attendu n’aura vraisemblablement pas lieu, ou en tout cas, pas dans les proportions promises, les quelques mouvements consécutifs de la crise sanitaire auront finalement eu raison de l’ascension débridée des prix de l’immobilier parisien. Il faudra néanmoins un peu plus de temps et de désir d'ailleurs pour retrouver des prix déjà considérés comme indécents dix ans en arrière.

Alban Castres

Vous avez apprécié cet article ? Likez Magazine Décideurs sur Facebook !

Emmanuelle Wargon à la CRE, une nomination controversée

Emmanuelle Wargon à la CRE, une nomination controversée

Mercredi, les parlementaires se sont exprimés majoritairement contre l’arrivée d'Emmanuelle Wargon à la tête de la Commission de régulation de l'énerg...

Climatisation, jusqu'où baisser le thermostat ?

Climatisation, jusqu'où baisser le thermostat ?

La conséquence des fortes chaleurs sur les centres-villes des mégapoles aux quatre coins du globe est systématiquement la même : rappeler à chacun que...

Sobriété énergétique : Pedro Sánchez, Premier ministre espagnol, propose de quitter la cravate

Sobriété énergétique : Pedro Sánchez, Premier ministre espagnol, propose de quitter la cravate

Le Premier ministre espagnol Pedro Sánchez a exhorté pouvoirs publics et secteur privé à se libérer de leur cravate pour contribuer aux économies d’én...

Préservation du patrimoine : une tâche monumentale aux allures de chantier pharaonique

Préservation du patrimoine : une tâche monumentale aux allures de chantier pharaonique

Avec plus de 80 millions de touristes par an, la France est la première destination touristique mondiale. Au-delà d’une riche diversité de territoires...

Transition écologique : soutien public, abysse politique

Transition écologique : soutien public, abysse politique

Un sondage "OpinionWay – Square pour Les Echos et Radio Classique", explore le soutien des Français aux quelques mesures ou incantations environnement...

Brune Poirson (Accor) : "Le dialogue avec les gestionnaires d’actifs est crucial"

Brune Poirson (Accor) : "Le dialogue avec les gestionnaires d’actifs est crucial"

Directrice du développement durable au sein du groupe hôtelier Accor et présidente du jury du Prix de la Finance verte 2022, Brune Poirson évoque la m...

Urban Canopee : végétaliser la jungle urbaine

Urban Canopee : végétaliser la jungle urbaine

Chaque semaine, Décideurs vous propose un focus sur une start-up prometteuse ou un acteur incontournable de la tech française. Aujourd’hui : Urban Can...

Bertrand Hoornaert devient directeur de l’Asset Management de Foncière Magellan

Bertrand Hoornaert devient directeur de l’Asset Management de Foncière Magellan

Désireuse de poursuivre la structuration de ses activités, Foncière Magellan annonce la nomination, effective le 30 juin, de Bertrand Hoornaert, 38 an...

Lire plus d'actualités

Newsletter savoir pour agir

N'avancez plus à l'aveugle

Ne plus afficher ce message