Le gouvernement abandonne les péages urbains

L’un des amendements de la future loi sur les mobilités, devant autoriser les grandes agglomérations à installer un péage urbain, a été retiré. L’exécutif jugeant l'idée dangereuse au vu du climat politique actuel.
Exemple de bornes électroniques de péage automatique à Singapour

L’un des amendements de la future loi sur les mobilités, devant autoriser les grandes agglomérations à installer un péage urbain, a été retiré. L’exécutif jugeant l'idée dangereuse au vu du climat politique actuel.

Lors de la consultation sur les mobilités menée en automne 2017 pour la loi L.O.M (loi d'orientation sur les mobilités), les collectivités locales avaient demandé au gouvernement un outil concret pour combattre la pollution et limiter la circulation des véhicules. D’abord intégré au texte, le « tarif de congestion » incluant un péage urbain a été abandonné par l'exécutif. Le dispositif en question était censé permettre aux grandes agglomérations de réduire le trafic automobile en plus de constituer une nouvelle source de revenu. Plafonné à 2,50 euros pour un véhicule léger, ce nouveau prélèvement menaçait « d'accentuer les fractures entre territoires », selon un porte parole ministériel. 

Bien que le gouvernement impute cet abandon au manque de villes s’étant déclarées favorables, l’agitation actuelle autour des taxes sur le carburant a potentiellement joué un rôle. Le gouvernement a également décidé d’ajourner l'instauration d'une vignette sur les poids lourds, une autre mesure de nature impopulaire et susceptible d’envenimer le climat de tension et l'hostilité aux politiques écologiques du gouvernement. Une tendance qui ne semble pas prête de s'inverser vu l'ampleur des mouvements de contestation. 
 

Jérémie Amsallem 

Vous avez apprécié cet article ? Likez Magazine Décideurs sur Facebook !

Fabien Roussel : le programmateur du PC

Fabien Roussel : le programmateur du PC

Changement de tête au PCF. Son nouveau secrétaire national, élu de terrain, souhaite préserver l’indépendance de son parti face aux insoumis. Et le re...

Un vote sur le Brexit sous le sapin ?

Un vote sur le Brexit sous le sapin ?

Le Parti travailliste espère, avant noël, un vote par le Parlement britannique de l’accord de sortie de l’Union européenne négocié par Theresa May. Da...

Île-de-France Mobilités s’oppose au CDG Express

Île-de-France Mobilités s’oppose au CDG Express

Île-de-France Mobilités a demandé mercredi à l'État de suspendre les travaux du futur train rapide CDG Express censé relier Paris à l'aéroport de Rois...

Gilets jaunes, fin de partis ?

Gilets jaunes, fin de partis ?

Le mouvement des Gilets jaunes marque une rupture dans l’histoire de la Ve République. Ne s’estimant plus représentés par les partis politiques et les...

Vers un nouveau contrat social ?

Vers un nouveau contrat social ?

Pour atténuer la colère des Gilets jaunes, le Président a dévoilé plusieurs mesures à l'attention des travailleurs. Et annoncé une vaste consultation...

Mesures de Macron : ce que pense l’opposition

Mesures de Macron : ce que pense l’opposition

Hausse du Smic, exonération de la CSG pour une partie des retraités, prime de fin d’année, statu quo sur l’ISF… Le président de la République a annonc...

Meneurs derrière les Gilets jaunes, qui sont-ils vraiment ?

Meneurs derrière les Gilets jaunes, qui sont-ils vraiment ?

Qui sont les leaders ? Quels sont leurs convictions, leurs objectifs réels ? Synthèse.

Smic, CSG, ISF : entre concessions et confirmation

Smic, CSG, ISF : entre concessions et confirmation

En réponse aux revendications des Gilets jaunes, Emmanuel Macron a formulé plusieurs annonces. Sans pour autant changer de cap.

Lire plus d'actualités

Newsletter savoir pour agir

N'avancez plus à l'aveugle

Ne plus afficher ce message