Les marchés publics se mettent au BIM

Après avoir pris ses aises sur les grands chantiers privés, la maquette numérique du bâtiment, généralement connue sous le nom de BIM, fait son chemin dans la construction publique.

© Architecture-Studio

CHU de la Guadeloupe

Après avoir pris ses aises sur les grands chantiers privés, la maquette numérique du bâtiment, généralement connue sous le nom de BIM, fait son chemin dans la construction publique.

Le 25 mars 2016 est à marquer d'une pierre blanche en matière de marchés publics de construction. En effet, l'article 42 du décret relatif à la commande publique autorise la possibilité d’exiger l'utilisation d'outils économiques une opération de construction. Au premier rang de ces outils figure le fameux Building information model, plus connu sous l'acronyme BIM. Cette numérique permet d'aller plus loin que la simple modélisation d'un bâtiment en trois dimensions, car elle contient toutes les données techniques d'un ouvrage. Les informations peuvent être partagées et diffusées en temps réel à tous les intervenants. Ainsi, au fur et à mesure de l'avancement du projet, la maquette numérique évolue car elle s'enrichit des données que chaque acteur va remplir, modifier ou améliorer. De plus en plus utilisé pour la construction et la construction de l'ouvrage, le BIM tend également à être également utilisé pour son exploitation et sa maintenance, bien que cet usage reste pour l'instant embryonnaire. Mais cette demande BIM figure désormais dans les documents particuliers des marchés publics de travaux et il peut être un critère de sélection (tribunal administratif de Dijon 24 octobre 2019, n°1900511).

Et si les principaux maîtres d'ouvrage privé, bien encouragés par les majors de la construction, ont très largement mis en avant, voire exigé l'emploi du BIM sur leurs projets depuis plusieurs années, c'est maintenant au tour des maîtres d'ouvrage publics de s'y mettre. Et le moins que l'on puisse dire est que l'enthousiasme est de mise ! En effet, le Conseil national de l'ordre des architectes (CNOA), dans une étude parue en 2018, notait une "augmentation constante du BIM dans les concours depuis la réforme". Le niveau était de 0,49 % en 2013-2014, de 5,72 % lors de l'entrée de la réforme, et de 8,10 % en 2018. En comparaison avec le marché global de la construction, ces niveaux étaient respectivement de 5,39 %, 11,74 % et 15,34 %.

Illustration : le nouveau CHU de la Guadeloupe

Le chantier de construction du nouveau Centre Hospitalier Universitaire de la Guadeloupe situé à Perrin aux Abymes constitue un projet immobilier emblématique pour la Guadeloupe. Cette construction de 82 000 mètres carrés, sur un terrain de 19 hectares, représente un investissement de 590 millions d'euros qui va nécessiter environ 5 millions d’heures de travail. A terme, le futur hôpital emploiera environ 3 000 personnes, disposera d’une capacité d’accueil de 600 lits et 117 places d’hospitalisation répartis dans l’ensemble des spécialités médicales. Le CHU de la Guadeloupe est le maître d’ouvrage de ce chantier.

Ouvrage emblématique et complexe, à la fois de par sa dimension et les nombreuses contraintes telles que les protections sismique et cyclonique en milieu tropical humide, sa réalisation a fait la part belle à la maquette numérique dès sa conception. Compte tenu des contraintes de technicité et de délai, le maître d'ouvrage a privilégié l'attribution des marchés de travaux en macro-lots.

Jusqu'alors, le BIM en matière de travaux publics  avait été engagé dans les marchés globaux où maîtrise d'œuvre et entreprise sont liées en groupement, la cohésion se faisant dès la conception et se poursuivant au cours de la réalisation. Ici le maître d'œuvre Architecture-Studio a fait usage du BIM dès la conception, ce qui a permis de diffuser ce travail initial au moment de la sélection des entreprises de travaux : les offres ont ainsi pu être mieux analysées et plus performantes, plus adaptées au projet. Ce travail de collaboration a été imposé par le maitre de l’ouvrage, avec l’appui de son mandataire (groupement Icade et Semsamar)  exigeant la conduite d’un BIM  réalisation, qui devrait conduire à la définition d’un BIM exploitation, faisant de la maquette numérique un véritable outil au service de la maîtrise d'ouvrage dès la mise en service du CHU. Le chantier s'étalera maintenant sur 51 mois.

Vous avez apprécié cet article ? Likez Magazine Décideurs sur Facebook !

La veille urbaine du 31 juillet 2020

La veille urbaine du 31 juillet 2020

Tristan qui acquiert une cinquantaine de sites logistiques en France, LaSalle qui cède l’immeuble Sainte-Cécile à Paris 9e, Engie qui va se recentrer...

La ville du futur sera nature !

La ville du futur sera nature !

Alors candidate à la mairie de Paris, Anne Hidalgo s’est engagée à planter 170 000 arbres en six ans sur les 105 km carrés que couvrent la capitale....

La veille urbaine du 30 juillet 2020

La veille urbaine du 30 juillet 2020

In’li et Axa IM – Real Assets qui créent une foncière de développement, BNP Paribas REIM qui lève le voile sur sa feuille de route RSE pour 2024, Infr...

A. Liss (DTZ Investors) : "Nous allons privilégier une stratégie de haute couture qui nous permettra de créer de la valeur"

A. Liss (DTZ Investors) : "Nous allons privilégier une stratégie de haute couture qui nous permettra...

DTZ Investors France anime régulièrement le marché de l’investissement immobilier. Alban Liss, son président, partage ses convictions au regard de la...

La biomasse sur le fil, en plein débat européen

La biomasse sur le fil, en plein débat européen

La biomasse correspond à 60 % de la consommation d’EnR en Europe, soit plus que les énergies solaire et éolienne combinées, selon Eurostat. Pourtant,...

D. Maixandeau (Groupe Maixandeau) : "Nous espérons doubler la taille de notre patrimoine d’ici trois ans"

D. Maixandeau (Groupe Maixandeau) : "Nous espérons doubler la taille de notre patrimoine d’ici trois...

Le Groupe Maixandeau s’est distingué ces dernières semaines avec l’acquisition de quatre galeries commerciales avec De Watou et la signature d’un entr...

La veille urbaine du 29 juillet 2020

La veille urbaine du 29 juillet 2020

La Française REM qui acquiert un immeuble de 20 000 m² à Malakoff, STAM Europe qui lance la JV Highlands II, France Mobilités qui fait 7 propositions...

A. Thibord (OFI Pierre) : "Nous espérons déployer notre capacité d’investissement de 100 M€ au cours des 12 prochains mois"

A. Thibord (OFI Pierre) : "Nous espérons déployer notre capacité d’investissement de 100 M€ au cours...

Trois ans après sa création, OFI Pierre entame une nouvelle phase de développement avec l’arrivée d’Aymeric Thibord à sa tête. Ce dernier livre à Déci...

Lire plus d'actualités

Newsletter savoir pour agir

N'avancez plus à l'aveugle

Ne plus afficher ce message