Les marchés parient sur un report du Brexit

L’annonce du rejet par le Parlement britannique de l’accord négocié par Theresa May a fait rebondir la livre sterling et rassuré les marchés financiers. Un paradoxe alors que le Brexit entre dans une nouvelle phase d’incertitudes ? Éléments de réponse.

L’annonce du rejet par le Parlement britannique de l’accord négocié par Theresa May a fait rebondir la livre sterling et rassuré les marchés financiers. Un paradoxe alors que le Brexit entre dans une nouvelle phase d’incertitudes ? Éléments de réponse.

Le rejet massif par le Parlement britannique de l’accord de sortie de l’Union européenne négocié par Theresa May a permis à la livre sterling de rebondir fortement. La devise britannique avait plongé au cours de la journée du 15 janvier, passant d’un peu plus de 1,29 contre le dollar à 1,26. Un recul qui reflétait non pas l’inquiétude des marchés sur l’issue du vote – le rejet était largement anticipé – mais les incertitudes post-défaite.

La livre, le baromètre des marchés

À l’annonce des résultats du vote, la livre est repassée à 1,285 face au dollar, signe d’un apaisement sur le front du marché des devises, le Forex. La devise britannique sert de baromètre des inquiétudes des investisseurs depuis le vote en faveur du Brexit en 2016 et, alors que le Royaume-Uni s’enfonce dans la crise du Brexit et que le principal parti d’opposition, le Labour, a déposé une motion de défiance envers Theresa May, cette reprise de la confiance peut étonner.

Le Forex a cependant ses propres règles. Il reflète très largement l’opinion et les doutes des milieux d’affaires anglo-saxons qui, dans leur majorité, se sont prononcés en faveur du maintien du Royaume-Uni au sein de l’Union européenne et craingnent par-dessus tout un Brexit « no deal », à savoir sans accord commercial et réglementaire. Les conséquences économiques d’une telle perspective ont été chiffrées, par la banque d’Angleterre, à une baisse de 8 % du PIB dans l’année suivant le « hard-Brexit », assortie d’un dévissage de la livre et d’une hausse du chômage ainsi que de l’inflation.

La plupart des pays européens, de la France à l’Irlande, ont annoncé se préparer à un Brexit « no deal » après le rejet de l’accord négocié par Theresa May. Ce scénario, volontiers décrit comme catastrophique par les partisans d’une sortie ordonnée de l’UE, est cependant pour l’instant écarté par les marchés financiers qui parient sur une probable reprise des négociations entre les Européens et Theresa May et/ou un report de la date de sortie du Royaume-Uni, prévue le 29 mars prochain. Certains se prennent même à rêver à l’organisation d’un second référendum voire un abandon pur et simple de la procédure de Brexit.

L’hypothèse d’un report de la date du Brexit au-delà du 29 mars prochain, plus probable qu’un second référendum, est régulièrement évoquée à Bruxelles, sans pour autant faire l’unanimité. Ce report est « juridiquement et techniquement possible », a déclaré la ministre française chargée des affaires européennes, Nathalie Loiseau, sur France Inter au lendemain de la décision du Parlement britannique. Et ce, même si « au moment où on en parle, ce n'est qu'une hypothèse, puisque madame May ne l'a jamais demandé, ni personne de son entourage ».

Indéboulonnable Theresa May

Quant à la mention de défiance lancée par l’opposition, la réaction de la livre sterling est sans appel : les marchés n’y croient pas. Le leader du Labour Jeremy Corbin n’a que peu de chances de convaincre les conservateurs et le Parti démocratique unioniste (DUP) d’Irlande du Nord de soutenir son attaque contre le gouvernement de Theresa May.

La – relative – tranquillité affichée par le Forex s’est répercutée mercredi 15 janvier sur les marchés boursiers. Les principaux indices européens et le FTSE britannique ont ouvert en hausse, manifestement plus sensibles à l’annonce par Pékin d’un plan de 84 milliards de dollars pour relancer de l’économie chinoise.

Cécile Chevré

Vous avez apprécié cet article ? Likez Magazine Décideurs sur Facebook !

UE : superpuissance ou puissance entravée ?

UE : superpuissance ou puissance entravée ?

L’UE avance pas à pas. Un travail de fond qui mérite d'être mis en lumière. Il permet au Vieux-Continent de rivaliser avec les États-Unis et la Chine...

Défense : l’Union fait la force

Défense : l’Union fait la force

L’Union européenne est déjà active en matière militaire. Et le contexte international lui permet d’aller de plus en plus loin. Même si la construction...

Que reste-t-il de la gauche ?

Que reste-t-il de la gauche ?

La déliquescence du PS porte un coup très dur à la gauche qui n’a jamais été aussi faible et divisée qu’en 2019. Pourtant, des proximités idéologiques...

Colloque Fidroit 2019 : rendez-vous le 6 juin

Colloque Fidroit 2019 : rendez-vous le 6 juin

Le 22e colloque Fidroit aura lieu le 6 juin prochain à Boulogne-Billancourt. Ouvert à tous les professionnels du patrimoine, le fil rouge de la journé...

Fabien Benoit : "La Silicon Valley n'aime pas la démocratie"

Fabien Benoit : "La Silicon Valley n'aime pas la démocratie"

Autrefois terre de création et de contre-culture, la Silicon Valley a muté. Au point de devenir plus menaçante que fascinante. Entretien avec le journ...

Cédric O, au cœur des réseaux

Cédric O, au cœur des réseaux

Pour succéder à Mounir Mahjoubi à la tête du secrétariat d’État au numérique, le président de la République a fait appel à un proche conseiller, march...

Julian Assange : wanted

Julian Assange : wanted

Figure controversée du paysage médiatique depuis près de dix ans, Julian Assange se trouve depuis le 11 avril dernier au cœur d’une nouvelle lutte jur...

Benoît Tiers (e.SNCF) : "Devenir Data scientist à 55 ans, c’est possible à la SNCF !"

Benoît Tiers (e.SNCF) : "Devenir Data scientist à 55 ans, c’est possible à la SNCF !"

Benoît Tiers, directeur général de e.SNCF, dirige les activités numériques, au sens large, au sein du groupe SNCF. Cette entité créée en 2016 a pour m...

Lire plus d'actualités

Newsletter savoir pour agir

N'avancez plus à l'aveugle

Ne plus afficher ce message