P.Ginestié (Gino LegalTech) : "Les juristes veulent être libérés des tâches répétitives"

Fondé par l’avocat Philippe Ginestié, Gino LegalTech fait régulièrement évoluer son offre pour s’adapter aux besoins de ses clients en matière de gestion et de robotisation des contrats. Aux côtés d’Audrey Ellis, directrice générale, le fondateur a déjà un planning bien établi pour les prochains mois.

Fondé par l’avocat Philippe Ginestié, Gino LegalTech fait régulièrement évoluer son offre pour s’adapter aux besoins de ses clients en matière de gestion et de robotisation des contrats. Aux côtés d’Audrey Ellis, directrice générale, le fondateur a déjà un planning bien établi pour les prochains mois.

Décideurs Juridiques. Comment les besoins des juristes ont-ils évolué ces dernières années ?

Philippe Ginestié. Les professionnels du droit ont des besoins très sophistiqués et deviennent de plus en plus exigeants. Nos clients souhaitent bénéficier de produits intégrés leur permettant d’être assistés durant tout le processus contractuel : depuis la production d’un contrat jusqu’au suivi de la négociation, en passant par la signature électronique, l’archivage, le traitement d’analytics et l’exploitation par l’intelligence digitale. Des solutions de contract lifecycle management ou CLM comme Gino LegalTech permettent de répondre à ce besoin. Le milieu juridique a pris le temps de la réflexion pour optimiser l’utilisation des technologies et aujourd’hui l’adoption de nos solutions devient naturelle dans les cabinets d’avocats et les directions juridiques. Nos outils aident ces professionnels à valoriser leur travail en réduisant leurs tâches répétitives à faible valeur ajoutée et en leur permettant de se concentrer sur la réflexion juridique. Les juristes ne veulent plus faire deux fois la même chose, ils veulent capitaliser leur expertise. Ils veulent bénéficier de la robotisation : apprendre à faire à un robot qui fait pour vous.

Audrey Ellis. Les juristes en entreprise recherchent des outils qui leur permettent d’être connectés efficacement aux autres départements de la société, département commercial, financier ou comptable par exemple. L’activité juridique est de plus en plus au cœur de la vie de l’entreprise, ce qui implique qu’un contrat doit pouvoir être transmis de manière sécurisée en interne et ses données exploitées de manière immédiate par tous les intervenants habilités. Grâce au module robot de Gino LegalTech, la direction juridique de l’entreprise pourra par exemple déléguer la génération d’un contrat de vente à des commerciaux, tout en vérifiant qu’il est bien conforme grâce à notre module de workflow de validation.

Comment Gino LegalTech se distingue-t-elle des autres start-up du droit ?

P. G. Notre différenciation est multiple, mais notre atout principal repose sur l’intuitivité des solutions que nous proposons : nos clients n’ont aucun code à apprendre pour les utiliser, aucune manipulation complexe à réaliser. Gino est aussi simple à utiliser que Word. La mutation numérique chez les juristes ne s’opère que si les produits sont intuitifs, notamment en matière de rédaction de contrats.

A. E. Nous veillons à accompagner nos clients de façon personnalisée en nous rendant disponibles en permanence, particulièrement pendant la phase pilote initiale de trois mois. Nous pouvons notamment compter sur les compétences de nos juristes, formés pour devenir des experts en solutions de contract lifecyle management et en robotisation. Gino LegalTech dispose par ailleurs d’une capacité de développement informatique exceptionnelle grâce à son équipe d’une vingtaine de développeurs à Shenzhen. C’est le nexus de l’informatique et, en particulier, de l’intelligence artificielle. Une ville spécialisée dans l’intelligence artificielle appliquée aux robots est d’ailleurs en construction au nord de Shenzhen.

Quels projets innovants comptez-vous développer au sein de Gino LegalTech ?

P. G. Prochainement, nous allons lancer un desk nouvelle génération qui permettra de rechercher en mode full texte « à la google » ou par arborescence personnalisée par des tags. Cette dernière fonctionnalité permettra aux juristes de personnaliser le classement de tous les contrats d’une entreprise, chacun organisant sa propre arborescence en fonction de ses besoins propres. Notre deuxième projet concerne l’exploitation de la mine de données présentes dans les contrats conclus par une entreprise, et pour laquelle nous prévoyons de développer des techniques permettant d’extraire des analytics détaillés. La roadmap de Gino LegalTech est déjà bien arrêtée pour quinze mois, nos clients nous font évoluer en permanence en sollicitant de nouveaux outils. Le terrain ouvre des voies sans fin aux développements. Gino est en mesure de relever le défi pour prendre une part importante du marché du contract lifecycle management, qui devient considérable.

Propos recueillis par Marine Calvo

Vous avez apprécié cet article ? Likez Magazine Décideurs sur Facebook !

retrouvez l'intégralité du dossier Legaltech 2020 : quelles sont les meilleures pour se digitaliser ?

Outils collaboratifs, propriété intellectuelle, droit des contrats, audit d'acquisition, contentieux et arbitrage, droit notarial : à chaque spécialité juridique sa palette d'outils numériques qui lui est consacré. Les clés pour bien choisir : les solutions existantes, les technologies disponibles sur le marché, les éléments comparatifs entre elles, des entretiens avec quelques acteurs majeurs...
Sommaire Première étape de la digitalisation du droit : les outils collaboratifs L.Schwirtz (Legal Suite) : "Avec un chatbot, la direction juridique valorise son image et gagne du temps" A.Sauzé (avocat-youtubeur) : "La legaltech sera le quotidien des juristes de demain" De la standardisation au smart contract Fusions-acquisitions : assurer la sécurité de l’audit Propriété intellectuelle et legaltech : le code au service du code Résolution des litiges : anticiper la justice Digital compliance : quand la technologie devient indispensable Droit notarial : une mine de solutions numériques
L’AFA met à jour ses recommandations anticorruption

L’AFA met à jour ses recommandations anticorruption

Trois ans après la publication de ses premières recommandations pour prévenir la corruption, l’Agence française anticorruption ouvre une consultation...

Affaire Veolia : l’avocat des salariés de Suez prend la parole

Affaire Veolia : l’avocat des salariés de Suez prend la parole

Il est celui qui a obtenu la suspension du projet de rachat par Veolia de la participation d’Engie dans Suez. Pour Décideurs Magazine, Zoran Ilic revi...

Une fiscaliste chez M&B Avocats

Une fiscaliste chez M&B Avocats

Catherine Hilgers rejoint le cabinet franco-espagnol M&B Avocats en qualité d’associée et aura la charge de la pratique fiscale en France.

J. Le Louët (Fonds de Garantie des Victimes) : "Les obligations convertibles jouent un rôle d’amortisseur"

J. Le Louët (Fonds de Garantie des Victimes) : "Les obligations convertibles jouent un rôle d’amorti...

Exerçant des missions d'intérêt général, le fonds couvre des risques lourds et relativement longs et peut donc se permettre des pondérations en action...

Conformité : de nouveaux visages chez Gras Savoye et Société générale

Conformité : de nouveaux visages chez Gras Savoye et Société générale

Gras Savoye Willis Watson Towers et la Société générale nomment respectivement Isabelle Mury et Grégoire Simon-Barboux au poste de responsable de la c...

GuardCap prend ses quartiers à Paris

GuardCap prend ses quartiers à Paris

La société de gestion spécialisée annonce l’ouverture d’un bureau à Paris et l’arrivée de Philippe Leroy pour en prendre la tête.

Reed Smith renforce son pôle immobilier

Reed Smith renforce son pôle immobilier

L’avocate Carole Steimlé rejoint Reed Smith comme associée. Son arrivée poursuit la vague de recrutements opérée par le cabinet depuis le début d’anné...

Thomas Amico (Delsol Avocats) : "Je cherchais un cabinet à la fois multi-service et de culture de palais »

Thomas Amico (Delsol Avocats) : "Je cherchais un cabinet à la fois multi-service et de culture de pa...

Thomas Amico quitte Linklaters dont il dirigeait la pratique pénale pour rejoindre Delsol Avocats. À 38 ans, le pénaliste va ainsi pouvoir développer...

Lire plus d'actualités

Newsletter savoir pour agir

N'avancez plus à l'aveugle

Ne plus afficher ce message

Ce site utilise des cookies. En continuant la navigation, vous acceptez nos conditions d'utilisation des cookies.
Plus d'informations

J'accepte