Les histoires d’amour d’Adopte un mec

Grâce à un positionnement décalé et une communication libérée, Adopte un mec est devenu en moins de cinq ans un phénomène sociétal. En fidélisant sa clientèle, le site de rencontres est devenu une véritable « cash machine ».
Sur le site, le champ lexical utilisé est celui  de l’e-commerce : on fait la promotion sur des  abonnements et on parle  de « livraisons rapides  et frais de port offerts »,  de « déstockages de barbus » et de « réassort de métalleux ».

Grâce à un positionnement décalé et une communication libérée, Adopte un mec est devenu en moins de cinq ans un phénomène sociétal. En fidélisant sa clientèle, le site de rencontres est devenu une véritable « cash machine ».

Dans le marché disputé des sites de rencontres, Adopte un mec a réussi à séduire les jeunes. Une cible difficile à atteindre car réfractaire à la notion d’abonnement, élément clé dans le modèle économique desce secteur. Pour s’imposer, la société a adopté un positionnement décalé?: comparer la recherche d’un partenaire à un supermarché dans lequel les femmes font leurs courses. Sur leur liste?? Des bruns, des bricolos, des pompiers ou encore des intellos.

 

Communication

 

Sur le site, le champ lexical utilisé est ainsi celui du e-commerce. Adopte un mec fait de la promotion sur des abonnements et parle de « livraisons rapides et frais de port offerts », de « déstockages de barbus », de « réassort de métalleux » ou encore d’« arrivages massifs de tatoués ». Une autodérision qui plaît aux jeunes. Lancé fin 2007, le site déclarait avoir engrangé 250?000 abonnés en moins d’un an. Tous pays confondus, Adopte un mec revendique 15,5 millions d'inscrits.

 

Si son positionnement est original, sa stratégie pour attirer les femmes l’est moins. Adopte un mec reprend simplement un concept prisé des boîtes de nuit?: entrée gratuite pour la gent féminine et payante pour les hommes. L’abonnement mensuel s’élève ainsi de 19,90 euros à 29,90 euros en fonction du nombre de mensualités choisies. Pour faire passer la pilule, Adopte un mec revendique autant d’hommes que de femmes parmi ses abonnés. Grâce à ce modèle économique, le site est devenu une « cash machine ». En 2015, son chiffre d’affaires s’élevait à trente millions d’euros, soit une croissance de près de 100 % en deux ans. Selon l’institut d’analyse App Annie, Adopteunmec.com est l’application, hors jeux vidéo, la plus rentable en France.

 

La troisième clé du succès est sa stratégie de communication. Bien que maintenu secret, son budget publication s’élèverait à cinq millions d’euros par an. Grâce à un ton décalé où il parle de ses « produits » plus que de rencontres, le site est rapidement devenu un phénomène de société. En 2012, des spots publicitaires mettent en avant des « barbus », des « geeks » et des « roux ». Du jamais vu. Le 11 septembre de la même année, le site ouvre une boutique éphémère à Paris où l’on trouve de vrais utilisateurs du site attendant d’être choisis par des clientes. Le résultat est là : sur les quatre jours qu’a duré l’opération, la campagne a généré plus de 1?300 retombées presse dans cinquante pays. Désormais, Adopte un mec mise sur l’international. En 2016, le concept est déjà implanté dans neuf pays.

 

Vincent Paes

Vous avez apprécié cet article ? Likez Magazine Décideurs sur Facebook !

retrouvez l'intégralité du dossier Les conseils de cinq dirigeants pour réussir

Selon l'Insee, la croissance du PIB français devrait s'élever à seulement 1,3 % en 2016. Dans cet environnement morose, des entreprises hexagonales réussisent pourtant à prospérer : recrutant, innovant, investissant à l'international ou dans le digital...
Sommaire Le monde des possibles Nicolas Pelletier (Decathlon) : « Rendre le sport plus facile » Nature & Découvertes : du produit à l’expérience « Le nouveau bien que les gens veulent acquérir c’est la connaissance » La Redoute, sûre de ses atouts « Une refonte totale de notre offre commerciale » « Nous adapter aux tendances et aux particularités régionales » Nuxeo rêve en américain « Une division sépare la France des États-Unis »
P.-O. Bernard et A. Chartier (Opleo Avocats) : "Le digital est une invitation à franchir la porte du marché de l’art"

P.-O. Bernard et A. Chartier (Opleo Avocats) : "Le digital est une invitation à franchir la porte du...

Si le digital ne peut remplacer les liens indéfiniment, c'est un moyen efficace pour démocratiser l’art et inciter les collectionneurs dans l’âme à pa...

Teleperformance renforce sa présence aux États-Unis

Teleperformance renforce sa présence aux États-Unis

Teleperformance, un des leaders mondiaux de la gestion de l'expérience client externalisée décide d’acquérir Health Advocate pour un montant de 690 mi...

P. Ganansia (Herez) : "Le monde de l’art bascule un peu plus dans le digital"

P. Ganansia (Herez) : "Le monde de l’art bascule un peu plus dans le digital"

Le confinement s’annonçait critique pour le marché de l’art. Il en fut tout autrement grâce aux initiatives digitales de ces derniers mois. Entretien...

Marc Bertrand nommé directeur général d’Amundi immobilier

Marc Bertrand nommé directeur général d’Amundi immobilier

Amundi a annoncé ce lundi l’arrivée de Marc Bertrand en qualité de directeur général d’Amundi immobilier, succédant à Jean-Marc Coly.

N. Duneau (Volvo) : "La digitalisation a un impact sur tout le parcours du consommateur"

N. Duneau (Volvo) : "La digitalisation a un impact sur tout le parcours du consommateur"

Après une quinzaine d’années en agence de publicité en charge de divers secteurs, Nathalie Duneau change de cap et s’oriente vers les deux domaines qu...

Fraikin reprend Via Location

Fraikin reprend Via Location

Le groupe français Fraikin, leader européen de la location longue durée de véhicules industriels et commerciaux, vient d’annoncer, le 21 octobre, l’ac...

C. Heydemann (Schneider Electric) : "Nous avons réalisé que ce qui n’était pas encore digitalisé pouvait devenir une faiblesse"

C. Heydemann (Schneider Electric) : "Nous avons réalisé que ce qui n’était pas encore digitalisé pou...

Accélération digitale, 5G, effets de la crise sanitaire ou encore place de la data dans l’industrie, la présidente de Schneider Electric pour la Franc...

J-P. Sbraire (Total) : "Notre ambition est d’atteindre la neutralité carbone en 2050"

J-P. Sbraire (Total) : "Notre ambition est d’atteindre la neutralité carbone en 2050"

Les groupes pétroliers ont dû affronter à la fois la crise sanitaire de Covid-19 et la crise des marchés pétroliers. Jean-Pierre Sbraire, directeur fi...

Lire plus d'actualités

Newsletter savoir pour agir

N'avancez plus à l'aveugle

Ne plus afficher ce message

Ce site utilise des cookies. En continuant la navigation, vous acceptez nos conditions d'utilisation des cookies.
Plus d'informations

J'accepte