Les deux axes du Cabinet Zaks

Stéphanie Zaks, qui a fondé son cabinet en 2011, exerce dans ses deux matières de prédilection, le droit social et celui de la presse, avec un point commun : la passion pour la plaidoirie. Son défi : être à la pointe de l'actualité dans les deux matières.

Stéphanie Zaks, qui a fondé son cabinet en 2011, exerce dans ses deux matières de prédilection, le droit social et celui de la presse, avec un point commun : la passion pour la plaidoirie. Son défi : être à la pointe de l'actualité dans les deux matières.

Rien n’altérera la détermination de Stéphanie Zaks. Aussi bien dans la défense de ses clients en droit social ou de la presse que dans l’exercice de son métier d’avocat au sein de son propre cabinet ouvert en 2011. Dès le premier contact, l’avocate fait preuve d’une énergie débordante. Et pour parler de son activité, elle se plonge dans la technicité des problématiques qu’elle traite avec passion. Du contentieux d’abord, notamment celui qui intervient post-PSE lorsque la maison mère d’une société est mise en cause sur le terrain du co-emploi. Plus largement, elle intervient sur l’ensemble du droit du travail individuel et collectif, du conseil au contentieux, particulièrement aux côtés des entreprises, des dirigeants et des associations. Grâce à sa maîtrise du droit pénal, elle poursuit son accompagnement en correctionnelle (harcèlement moral, discrimination, entrave, etc.).

 

Loi sur la presse de 1881

L’autre sujet de prédilection du Cabinet Zaks est la loi sur la presse de 1881. Proche des médias et des journalistes, Stéphanie Zaks est une spécialiste des questions de diffamation, injures et droit de réponse. Aux côtés du journaliste Frédéric Haziza et de La Chaîne parlementaire, elle obtient les condamnations successives d’Alain Bonnet dit Soral pour injure raciale et provocation publique à la discrimination en raison de la religion. Elle travaille plus largement en droit de la presse pour des médias, des élus, des entreprises et leurs dirigeants, des collectivités publiques ou des magistrats. Son intervention passe aussi par l’utilisation du nouveau droit à l’oubli, de la demande de déréférencement au référé devant le TGI. Pour Stéphanie Zaks, la protection des contenus publiés par les organes de presse doit passer par leur reconnaissance au titre des droits d’auteur. L’avocate soutien sa thèse : « Un article de presse doit être considéré comme une œuvre s’il est original, si le journaliste a choisi un angle de traitement particulier, qu’il est fouillé et rédigé avec style. Sa reproduction doit alors pouvoir être sanctionnée au titre de la contrefaçon. »

 

Aux côtés du journaliste Frédéric Haziza et de La Chaîne parlementaire, elle obtient les condamnations successives d’Alain Bonnet dit Soral

 

« Résister aux sirènes de l’hyperspécialisation »

Pour construire un cabinet fondé sur cette double compétence en droit social et de la presse, Stéphanie Zaks s’est entourée de deux collaborateurs. L’objectif : « Créer des départements spécialisés pour consolider chacune de ces deux pratiques », explique l’avocate qui a choisi durant toute sa carrière de ne pas négliger une spécialité au profit de l’autre. D’abord dans deux structures françaises, les cabinets Lysias et Dartevelle Benazeraf Merlet Dubest, puis à partir de 2009 chez Mayer Brown à Paris. « C’est difficile de résister aux sirènes de l’hyperspécialisation », confie-t-elle. Raison pour laquelle elle choisit l’indépendance dès 2011. Elle y développe alors sa propre clientèle et, habituée à travailler en équipe, construit des partenariats avec quelques confrères. Plongée dans les cultures anglophone et germanophone après des études à l’étranger, elle travaille sur des dossiers de contentieux social en France pour une clientèle internationale.

« J’ai deux spécialités et demie », plaisante-t-elle pour parachever l’exposé de son activité, en référence à la pratique plus large du droit pénal (abus de bien sociaux, escroqueries, dénonciations calomnieuses, etc.). Cette expertise l’amène à défendre des dirigeants, des personnes morales poursuivies et des victimes. « J’aime la diversité », poursuit-elle, comme pour insister sur la pertinence de son positionnement. L’avocate connue à la fois pour sa discrétion et sa fermeté ne laissera personne l’éloigner de la ligne de conduite qu’elle s’est fixée pour l’accompagnement, en toute discrétion, de ses clients.

 

Pascale D'Amore

Vous avez apprécié cet article ? Likez Magazine Décideurs sur Facebook !

Lecteurs de Décideurs Juridiques : construisons ensemble la nouvelle formule !

Lecteurs de Décideurs Juridiques : construisons ensemble la nouvelle formule !

Votre magazine Décideurs Juridiques évolue et va bientôt adopter une nouvelle formule. Chaque jour, vous recevrez de nos nouvelles si vous nous donnez...

WW Associés : l’alliance de l’IP et du pénal

WW Associés : l’alliance de l’IP et du pénal

En s’associant, la spécialiste de la propriété intellectuelle Isabelle Laratte et la pénaliste Jade Dousselin constituent une offre inédite sur le mar...

Delcade ouvre un nouveau bureau à Lille

Delcade ouvre un nouveau bureau à Lille

Dans le cadre de sa stratégie de développement, Delcade étend son offre à Lille en ouvrant un nouveau bureau sous la houlette de Frédérique Sallée et...

Bâtonnat 2022 : les projets du binôme Julie Couturier/Vincent Nioré

Bâtonnat 2022 : les projets du binôme Julie Couturier/Vincent Nioré

C’est un duo formé par une civiliste et un pénaliste qui se présente devant les avocats parisiens. Julie Couturier est avocate depuis 1995. Elle exerc...

Bâtonnat 2022 : les projets du binôme Xavier Autain/Clotilde Lepetit

Bâtonnat 2022 : les projets du binôme Xavier Autain/Clotilde Lepetit

Les deux pénalistes Xavier Autain et Clotilde Lepetit forment un des deux duos pour les élections au bâtonnat 2022 de Paris. Candidat au poste de bâto...

Les notaires ont désigné leur nouveau président

Les notaires ont désigné leur nouveau président

À 50 ans, David Ambrosiano prend la tête du Conseil supérieur du notariat. Il vient de dérouler sa feuille de route pour son mandat de deux ans.

A. de Braux (Cercle Montesquieu) : "Il ne s’agit pas d’aider que les grands groupes du CAC 40"

A. de Braux (Cercle Montesquieu) : "Il ne s’agit pas d’aider que les grands groupes du CAC 40"

Amélie de Braux, co-responsable de la Factory du Cercle Montesquieu a pris part, aux côtés de la grande famille du droit, à la mise en place d’un nouv...

Carbonnier Lamaze Rasle crée un pôle restructuring/distressed M&A

Carbonnier Lamaze Rasle crée un pôle restructuring/distressed M&A

Carbonnier Lamaze Rasle accueille deux anciens associés du cabinet Poulain : Amandine Rominskyj et Antoine Poulain. Ils auront la charge d’un nouveau...

Lire plus d'actualités

Newsletter savoir pour agir

N'avancez plus à l'aveugle

Ne plus afficher ce message

Ce site utilise des cookies. En continuant la navigation, vous acceptez nos conditions d'utilisation des cookies.
Plus d'informations

J'accepte