Les cryptomonnaies désormais admises dans les fonds institutionnels allemands

En acceptant que les « Spezialfonds » détiennent jusqu’à 20 % de cryptomonnaies dans leurs portefeuilles, l’Allemagne prend les devants sur leur régulation. La loi passée en juillet et mise en application le 2 août 2021 ouvre la voie à une adoption institutionnelle du Bitcoin et autres actifs numériques.

En acceptant que les « Spezialfonds » détiennent jusqu’à 20 % de cryptomonnaies dans leurs portefeuilles, l’Allemagne prend les devants sur leur régulation. La loi passée en juillet et mise en application le 2 août 2021 ouvre la voie à une adoption institutionnelle du Bitcoin et autres actifs numériques.

Cette décision réjouira les « crypto-enthousiastes ». Dorénavant, en Allemagne, les 4 000 « Spezialfonds », ces fonds accessibles aux investisseurs institutionnels (pensions de retraite, assureurs) qui gèrent à ce jour 1,8 milliard d’euros d’encours, pourront intégrer les cryptomonnaies dans leurs allocations, à hauteur de 20 % maximum.

L’Allemagne poursuit donc dans son ouverture à cette classe d’actifs. Depuis 2020, la législation allemande autorise déjà les banques à détenir et vendre des cryptomonnaies, après avoir obtenu une licence de la BaFin, l’autorité fédérale de supervision financière. Une quarantaine d’établissements ont d’ailleurs exprimé un fort intérêt.

Un flop annoncé ?

Si cette possibilité est bienvenue pour le secteur, son implantation concrète semble loin d’être acquise. Ces fonds sont par nature conservateurs, répondant à une demande au profil défensif. L’aspect spéculatif des cryptomonnaies ainsi que leur volatilité risquent de ne pas faire bon ménage avec les contraintes et les règles strictes de gestion des « Spezialfonds ».

Au-delà de ces considérations opérationnelles et de conformité, il faudrait aussi que les gérants expriment le souhait d’investir dans ce domaine, ce qui pour l’instant paraît ambitieux. Tout cela indiquerait que les 20 % autorisés soient une limite lointaine. Les uns se mouilleront à petite dose quand d’autres n’y toucheront pas.

Marc Munier

Vous avez apprécié cet article ? Likez Magazine Décideurs sur Facebook !

Gouvernement Borne : Éric Dupond-Moretti conserve le ministère de la Justice

Gouvernement Borne : Éric Dupond-Moretti conserve le ministère de la Justice

De la salle des pas perdus à l’hôtel de Bourvallais, il n’y avait, pour Éric Dupond-Moretti, qu’un pas à sauter. L’ex-pénaliste, entré au gouvernement...

L’AFA annonce une enquête sur l’état des dispositifs anticorruption en entreprise

L’AFA annonce une enquête sur l’état des dispositifs anticorruption en entreprise

L’Agence française anticorruption a annoncé le lancement d’une nouvelle enquête. L’objectif de ce diagnostic : faire un état des lieux des dispositifs...

Marc Mossé retrouve August Debouzy

Marc Mossé retrouve August Debouzy

Il y a deux décennies, Marc Mossé commençait sa carrière d’avocat chez August Debouzy. Un passage par le monde de l’entreprise et par l’AFJE plus tard...

Edgar Avocats : un an d’existence, des recrutements externes et de beaux dossiers

Edgar Avocats : un an d’existence, des recrutements externes et de beaux dossiers

En décembre 2020, Guillaume Bredon quittait brl avocats, qu’il avait ouvert vingt ans plus tôt, pour fonder Edgar Avocats. Après une première année dy...

Simon Associés se renforce en contentieux des affaires

Simon Associés se renforce en contentieux des affaires

Vanessa Ruffa rejoint Simon Associés. Elle intègre le département contentieux et arbitrage du cabinet d’affaires en qualité d’associée.

Squair crée un département droit public

Squair crée un département droit public

Quentin Maujeul s’associe au cabinet Squair. Il y animera le nouveau département consacré au droit public.

The Line, nouvelle boutique de droit des sociétés et fiscalité

The Line, nouvelle boutique de droit des sociétés et fiscalité

Caroline Zimbris-Golleau et Alexandra Ménard s’associent et lancent The Line, un cabinet spécialisé en droit des sociétés et fiscalité, mais aussi com...

Lafarge en Syrie : la mise en examen pour complicité de crimes contre l’humanité confirmée

Lafarge en Syrie : la mise en examen pour complicité de crimes contre l’humanité confirmée

La cour d’appel de Paris, qui avait annulé la mise en examen du cimentier pour complicité de crimes contre l’humanité, a opéré hier un revirement. Laf...

Lire plus d'actualités

Newsletter savoir pour agir

N'avancez plus à l'aveugle

Ne plus afficher ce message