Les cinq glorieuses du Private Equity

Selon la dernière étude annuelle du conseil Bain & Company, le marché mondial du capital-investissement vient de clore le quinquennat le plus fructueux de sa jeune histoire.

Selon la dernière étude annuelle du conseil Bain & Company, le marché mondial du capital-investissement vient de clore le quinquennat le plus fructueux de sa jeune histoire.

Intrinsèquement, le millésime 2018 du private equity est de bonne qualité puisque la valeur totale des acquisitions (add-on inclus) a progressé de 10 % pour atteindre 582 milliards de dollars ‒ seul bémol, le nombre d’opérations à l’achat a reculé de 13 % (2 936). Côté exit, les fonds de capital-investissement (General Partners ou GPs) ont connu une année remarquable, à la hauteur de 2017, en vendant 1 146 entreprises pour un montant de 378 milliards de dollars. Enfin, les levées de capitaux auprès des principaux souscripteurs ‒ fonds de pension, fonds souverains, assureurs, mutuelles ou family offices (Limited Partners ou LPs) ‒, n’ont certes pas égalé l’historique année 2017, mais se sont tout de même portées à 714 milliards de dollars ; le troisième plus gros chiffre jamais enregistré.

Un quinquennat impérial

S’il fallait ne retenir qu'une seule idée du millésime 2018, celle de conclure le quinquennat le plus fructueux de la jeune histoire du private equity s'impose. Depuis 2014, 2 000 milliards de dollars de cessions ont été déclarés. Un record sans précédent sur une période de cinq années consécutives. Même retentissement concernant les montants déployés par les GPs depuis 2014. Ils n’ont jamais été aussi importants. On comprend donc pourquoi la grande majorité des LPs (90 %) comptent maintenir, voire augmenter leur exposition à cette classe d’actifs.           

Dangers et opportunités

En 2019, les investisseurs n'auront pas le loisir de se reposer sur leurs lauriers, loin de là. L’augmentation progressive de la « poudre sèche » (l’argent disponible non investi) à 2 000 milliards de dollars fin 2018 devrait conduire les GPs à trouver un savant équilibre entre la nécessité de conclure des transactions et l’obligation de rester prudent au vu de l’envolée des multiples d’acquisition. Comme Jean-Marc Le Roux, responsable de l’activité Private Equity pour Bain & Company en France, le précise, « go big or go home ». De fait, les GPs pourraient conserver un haut niveau de sélectivité des sociétés à accompagner, et décider de parier « fort » sur les heureuses élues. Les due diligences seront  poussées plus que jamais, parfois entreprises bien en amont d’un deal, et guidées par une thèse d’investissement capable de challenger le management. Les stratégies de buy and build seront aussi de mise, à condition qu’elles ne pèsent pas trop sur les cashflows de l’entreprise et qu’elles apportent de la valeur assez vite. Par ailleurs, les GPs pourraient bénéficier de la hausse des retraits de cote qui s’est accélérée en 2018 et qui devrait se poursuivre en 2019.

 

Cliquez ici pour accéder au rapport complet de Bain. 

 

Firmin Sylla

Vous avez apprécié cet article ? Likez Magazine Décideurs sur Facebook !

Dominique Bernard prend la présidence de l’un des leaders européens de la distribution de fournitures de bureau, Adveo

Dominique Bernard prend la présidence de l’un des leaders européens de la distribution de fourniture...

Adveo, un des principaux grossistes européens de la distribution de fournitures de bureau, annonce la nomination de Dominique Bernard au poste de prés...

Microsoft met 69 milliards sur la table pour le rachat du géant des jeux vidéo, Activision Blizzard

Microsoft met 69 milliards sur la table pour le rachat du géant des jeux vidéo, Activision Blizzard

Coup de force dans l’univers du gaming ! Microsoft annonce le projet d’acquisition de l’éditeur de jeux vidéo Activision Blizzard pour 68,7 milliards...

Immobilier : où investissent les hauts revenus ?

Immobilier : où investissent les hauts revenus ?

Établi par Barnes sur la base de critères pratiques, émotionnels et financiers constatés chaque année, le Barnes City Index hiérarchise les villes du...

Comment cet ancien négociateur du Raid aide les dirigeants à gérer l'insécurité

Comment cet ancien négociateur du Raid aide les dirigeants à gérer l'insécurité

Fondateur de la branche négociation du Raid, Laurent Combalbert est négociateur de crise professionnel. Aujourd’hui, à travers son entreprise The Trus...

Ces start-up françaises qui ont tout pour devenir (encore) plus grandes

Ces start-up françaises qui ont tout pour devenir (encore) plus grandes

Petit à petit, la France rattrape son retard en matière de licornes. La Javaness, Woonoz, e-attestations, laboutiqueofficielle.com : voici quatre star...

Romain Moulin (Exotec) : "Pour l’instant, nous avons à peine égratigné le marché des entrepôts robotisés"

Romain Moulin (Exotec) : "Pour l’instant, nous avons à peine égratigné le marché des entrepôts robot...

En bouclant une levée de fonds de 335 millions d’euros, Exotec, concepteur de robots préparateurs de commandes depuis 2015, devient la 25e licorne fra...

Thibault Lanxade (Luminess) : "Nous basculons dans la modernité"

Thibault Lanxade (Luminess) : "Nous basculons dans la modernité"

Imprimerie fondée en Mayenne dans les années 1900, Jouve s’est transformé pour se spécialiser entièrement dès 2020 dans la dématérialisation des donné...

Alliance stratégique entre Montefiore Investment et Starquest Capital

Alliance stratégique entre Montefiore Investment et Starquest Capital

Bonne nouvelle pour le secteur de la greentech, ce lundi 17 janvier, Montefiore Investment spécialiste de l’investissement dans les PME de services en...

Lire plus d'actualités

Newsletter savoir pour agir

N'avancez plus à l'aveugle

Ne plus afficher ce message

Ce site utilise des cookies. En continuant la navigation, vous acceptez nos conditions d'utilisation des cookies.
Plus d'informations

J'accepte