Les banques américaines provisionnent pour le pire

Craignant une flambée des impayés, les établissements de crédit américains prennent les devants. Les montants provisionnés pour tenter d’y faire face atteignent des sommes colossales.

Craignant une flambée des impayés, les établissements de crédit américains prennent les devants. Les montants provisionnés pour tenter d’y faire face atteignent des sommes colossales.

Dans la tourmente de la crise du coronavirus, une chose est certaine : établir des prévisions fiables relève de l’utopie. Un contexte qui pousse les banques américaines à prévoir le pire, ou presque. Pour palier le risque de défaillances en cascade et de remboursements impossibles à honorer, elles n’ont pas hésité à provisionner des montants énormes de liquidités. Dans le détail, la litanie des sommes concernées est impressionnante : 8,3 milliards de dollars pour JP Morgan Chase, 4,8 milliards de dollars pour Bank of America, près de 4 milliards de dollars pour Wells Fargo, 7 milliards de dollars pour Citigroup ou encore 937 millions de dollars pour Goldman Sachs.

Résultats trimestriels en chute libre

C’est à l’occasion de la publication hier et avant-hier de leurs résultats trimestriels que ces chiffres ont été rendus publics, démontrant, s’il en était encore besoin, l’ampleur d’une crise qui ne fait que commencer. « Étant donnée la forte probabilité d'une sévère récession, il était nécessaire de constituer des réserves de crédit », a expliqué Jamie Dimon, PDG de la première banque américaine en termes d’actifs JP Morgan Chase. Et, si les résultats publiés pour le premier trimestre 2020 ne sont pas bons – c'est la première fois depuis la fin de l'année 2017 que les profits n'augmentent pas sur le trimestre, comme le précise Les Échos – ceux du semestre prochain pourraient être bien pires étant donné que le confinement pourrait avoir un impact bien plus prononcé. Une situation transposable à l’ensemble des organismes bancaires du pays. En effet, Wells Fargo doit encaisser une baisse de 89 % de son bénéfice et de 18 % de son chiffre d’affaires qui s’établit à 17,7 milliards de dollars. Citigroup, de son côté, a vu son profit plonger de 46,6 % à 2,5 milliards de dollars.  

Le plus dur reste à venir

Alors que les signaux économiques et financiers ne sont guère encourageants notamment avec l’inscription au chômage de quelque seize millions d’Américains entre la fin du mois de mars et début avril, les banques ont déjà fait montre de souplesse. Ainsi, Bank of America permet-elle le report à trois mois des mensualités de la plupart des prêts de ses clients. JP Moragn Chase a, quant à elle, prolongé de 90 jours les crédits octroyés à ses clients. Toutes les banques ont également commencé à octroyer des prêts dans le cadre du plan de soutien fédéral aux PME annoncé par le gouvernement. Malgré la conjoncture et même si le plus dur reste à venir, les banques ont tenu à rassurer. Elles affirment en effet être suffisamment solides et disposer d’assez de liquidités pour traverser la crise. Morgan Stanley, autre poids lourd de l’industrie bancaire américaine dont la publication des résultats est attendue aujourd’hui, devrait reprendre à son compte ce message.

S.V.

Vous avez apprécié cet article ? Likez Magazine Décideurs sur Facebook !

Les recettes du succès de ManoMano

Les recettes du succès de ManoMano

Après une levée de fonds de 110 millions d’euros en 2019 puis de 125 millions l’année suivante, la start-up ManoMano, une marketplace spécialisée dans...

L. Soubeyrand (Swile) : "Depuis 2018, nous avons conquis 10 % du marché français"

L. Soubeyrand (Swile) : "Depuis 2018, nous avons conquis 10 % du marché français"

La start-up spécialisée dans les titres restaurants étend son offre. Elle vise désormais les comités d’entreprise en proposant des chèques cadeaux et...

Pour Deliveroo, la crise sanitaire est un jackpot

Pour Deliveroo, la crise sanitaire est un jackpot

Entre les confinements et le télétravail, la livraison de repas à domicile connaît un succès sans précédent depuis maintenant un an. Melvina Sarfati e...

M. Trabbia (Orange) : "Consommateurs et entreprises doivent se saisir de la 5G"

M. Trabbia (Orange) : "Consommateurs et entreprises doivent se saisir de la 5G"

Alors que la 5G se déploie en France, Orange lance des laboratoires où les entreprises peuvent expérimenter et s’approprier cette nouvelle technologie...

Méka Brunel, la bâtisseuse

Méka Brunel, la bâtisseuse

Depuis sa nomination à la tête de Gecina en 2017, Méka Brunel ne cesse de transformer la foncière aux 20 milliards d’euros de patrimoine. L’Iranienne...

Accord de principe pour Veolia et Suez en vue d'un rapprochement

Accord de principe pour Veolia et Suez en vue d'un rapprochement

Les deux géants français, Veolia et Suez, en pourparlers depuis de nombreux mois, sont arrivés à un accord de principe sur le projet de fusion des deu...

Eurofins Scientific acquiert le français IESPM

Eurofins Scientific acquiert le français IESPM

Eurofins Scientific, un des leaders mondiaux de services bio-analytiques, a annoncé ce jeudi l’acquisition du groupe IESPM, acteur majeur de l’analyse...

P. Soullier (Valtus) : "Nous sommes devenus des acteurs de missions à impact"

P. Soullier (Valtus) : "Nous sommes devenus des acteurs de missions à impact"

Spécialiste du management de transition Valtus accompagne des entreprises en pleine croissance ou lorsque celles-ci font face à une problématique spéc...

Lire plus d'actualités

Newsletter savoir pour agir

N'avancez plus à l'aveugle

Ne plus afficher ce message

Ce site utilise des cookies. En continuant la navigation, vous acceptez nos conditions d'utilisation des cookies.
Plus d'informations

J'accepte