Leonardo Del Vecchio, le visionnaire

Fondateur et président exécutif de Luxottica mais aussi, depuis peu, P-DG du tout nouveau leader mondial de l’optique né de sa fusion avec Essilor, Leonardo Del Vecchio, self-made-man de talent et manager visionnaire, sera passé des bancs de l’orphelinat au rang de deuxième fortune d’Italie. Retour sur une ascension spectaculaire.

Fondateur et président exécutif de Luxottica mais aussi, depuis peu, P-DG du tout nouveau leader mondial de l’optique né de sa fusion avec Essilor, Leonardo Del Vecchio, self-made-man de talent et manager visionnaire, sera passé des bancs de l’orphelinat au rang de deuxième fortune d’Italie. Retour sur une ascension spectaculaire.

On le dit visionnaire et intuitif, généreux avec ses employés – à qui il offrira 9 millions d’euros en actions à l’occasion de ses 80 ans –, intraitable avec ses bras droits, mais aussi discret, voire mystérieux…  À 83 ans, Leonardo Del Vecchio, milanais de naissance et monégasque de résidence, n’en est pas moins, selon Forbes, le deuxième homme le plus riche d’Italie et le trente-septième du monde avec une fortune estimée à près de 19 milliards de dollars. Entrepreneur de talent parti de rien, fondateur et président exécutif de Luxottica - champion de la monture de lunettes coté à la Bourse de Milan et à celle de New York, propriétaire de category killers comme Ray Ban et Oakley et fournisseur de marques telles que Chanel, Armani et Versace – l’homme est également depuis peu le P-DG  d’EssilorLuxottica, le tout nouveau leader mondial de l’optique (verres correcteurs, montures et lunettes de soleil) né de la fusion avec le Français Essilor. Le tout, sans diplôme ni réseau.

Success story à l’italienne

De quoi transformer le parcours de  Leonardo Del Vecchio en authentique success story à l’italienne, et lui-même en parfait symbole de revanche sociale. Dernier6né d’une fratrie de quatre garçons, orphelin de père et confié à un orphelinat dès son plus jeune âge, il commence à travailler à quatorze ans dans une petite fabrique de montures, tout en suivant des cours du soir pour s’initier au  design. En 1958, il ouvre son propre atelier de montures de lunettes à Agordo, en Vénétie. Trois ans plus tard, celui-ci compte une dizaine d’employés et devient Luxottica. Leonardo Del Vecchio a vingt-cinq ans. Il faudra une décennie à la toute jeune entreprise pour commencer à produire pour son propre compte et dix de plus pour qu’elle prenne pied sur le marché américain et, de là, connaisse une croissance fulgurante à l’international, portée par la volonté d’un fondateur reconnaissant lui-même avoir toujours « détesté dépendre des autres ». D’où sa stratégie d’intégration verticale qui, au fils des ans, le conduira à multiplier les rachats autant que les ouvertures de filiales, et à faire de son groupe un géant de 82 000 salariés et 7 000 points de ventes dans le monde.

« Empire de l’optique »

Jusqu’au coup de théâtre : le rapprochement annoncé l’an dernier et rendu effectif il y a un mois avec le français Essilor, numéro un mondial du verre correcteur et pionnier dans le domaine des technologies appliquées à l’optique. Une opération présentée comme une  « fusion entre égaux » qui avait suffisamment inquiété les autorités de la concurrence pour que celles-ci mettent des mois à donner leur accord, permettant ainsi la création d’un véritable empire de l’optique. Une multinationale de 150 000 salariés et de 16 milliards d’euros de chiffre d’affaires qui, à elle seule, contrôlerait désormais 15 % du marché mondial de l’optique et dont Leonardo Del Vecchio est désormais le P-DG et Hubert Sagnières, patron d’Essilor, le vice-P-DG.

Turnover…

Voilà pour le côté exemplaire. Côté obscur, il y aura bien sûr les démêlés avec le fisc, comme ceux qui, en 2009, lui vaudront une amende de 300 millions d’euros pour évasion fiscale et une instabilité remarquée, ces dernières années, à la tête du groupe dont démissionneront pas moins de trois directeurs généraux en dix-sept mois pour cause de de désaccord avec le fondateur. Un turnover qui conduira ce dernier à reprendre les rênes du groupe en janvier 2016 sans pour autant désigner l’un de ses six enfants - nés de trois unions différentes - à la tête de l’entreprise. Motif invoqué : il ne les « condamnerait jamais à diriger une société aussi grande ». Dont acte.

Son fait d’arme : Avoir réussi à créer son propre réseau de distribution aux États-Unis, alors que ses concurrents jugeaient l’idée trop risquée

Son atout : La vision. Comme celle qui le conduira, très tôt, à développer à la fois des usines, des réseaux de distribution et des chaînes de magasins

Son flop : À 83 ans, il reste le seul et unique dirigeant de son empire, sans aucun plan de succession

Son point faible : on lui prête une vie privée tumultueuse, notamment en ce qui concerne sa relation avec Nicoletta Zampillo, qu’il épouse pour la 2nde fois en 2010, neuf ans après en avoir divorcé, et qui ne serait pas étrangère à la valse des directeurs à la tête de Luxottica

Caroline Castets

Vous avez apprécié cet article ? Likez Magazine Décideurs sur Facebook !

retrouvez l'intégralité du dossier Fortunes 100 : Les secrets de la réussite

Les 100 premières fortunes : France - Europe - International
Sommaire Alain Taravella : Le précurseur Issad Rebrab : focus sur ce milliardaire algérien qui a rencontré Emmanuel Macron Bernard Liautaud, le précurseur Pâris Mouratoglou et David Corchia : les géants verts Jeff Bezos : l'aventurier Mark Zuckerberg, l’insoutenable légèreté du geek Amancio Ortega, le roi d'Espagne Jim Ratcliffe, qui est le discret milliardaire qui veut racheter l'OGC Nice ? Jusqu'où ira Oliver Samwer, le fondateur de Rocket Internet ?
Paul Boudre, le fil conducteur de Soitec

Paul Boudre, le fil conducteur de Soitec

Directeur général de Soitec depuis 2015, il a remis le fabricant de semi-conducteurs sur les rails et compte tripler le chiffre d’affaires du groupe d...

J.-E. Daubresse (DS France) : "En 2024, DS ne produira que des modèles électriques"

J.-E. Daubresse (DS France) : "En 2024, DS ne produira que des modèles électriques"

La présentation de la nouvelle DS4 début septembre s’est accompagnée de l’annonce d’un passage au 100 % électrique à partir de 2024 de la marque DS. J...

Anne Méaux, la femme qui murmure à l'oreille des puissants

Anne Méaux, la femme qui murmure à l'oreille des puissants

Le plafond de verre ? Anne Méaux l’a crevé dès l’âge de 20 ans à une époque où les femmes influentes se comptaient pratiquement sur les doigts d’une m...

Gilles et Yves-Loïc Martin. Qui sont les rois des Labos ?

Gilles et Yves-Loïc Martin. Qui sont les rois des Labos ?

Depuis 1997, les frères Martin développent un groupe de laboratoires d’analyse et de biologie médicale née d’une technologie découverte par leurs pare...

Jean-Louis Bouchard (Econocom) : "La RSE est la partie obligatoire de la liberté d’entreprendre"

Jean-Louis Bouchard (Econocom) : "La RSE est la partie obligatoire de la liberté d’entreprendre"

L’économie circulaire est au cœur de l’activité d’Econocom, groupe spécialisé depuis 1973 dans les services liés à la transformation digitale. Son fon...

Équipementiers télécoms : la guerre des trônes

Équipementiers télécoms : la guerre des trônes

Avec le déploiement de la 5G, la bataille pour la souveraineté s’est accentuée entre Européens, Américains et Chinois autour de Nokia, Ericsson et Hua...

Oliver Bäte (Allianz), la prime à la conversion

Oliver Bäte (Allianz), la prime à la conversion

PDG d’Allianz depuis 2014, Oliver Bäte poursuit l’expansion de son groupe d’assurance en Europe et en Afrique de l’Est. Très impliqué sur les sujets...

Adyen, la mondialisation réussie

Adyen, la mondialisation réussie

La fintech dirigée par Pieter van der Does s’adresse aussi bien aux petits commerces qu’aux multinationales. Une stratégie couronnée de succès puisque...

Lire plus d'actualités

Newsletter savoir pour agir

N'avancez plus à l'aveugle

Ne plus afficher ce message

Ce site utilise des cookies. En continuant la navigation, vous acceptez nos conditions d'utilisation des cookies.
Plus d'informations

J'accepte