Leonardo Del Vecchio, le visionnaire

Fondateur et président exécutif de Luxottica mais aussi, depuis peu, P-DG du tout nouveau leader mondial de l’optique né de sa fusion avec Essilor, Leonardo Del Vecchio, self-made-man de talent et manager visionnaire, sera passé des bancs de l’orphelinat au rang de deuxième fortune d’Italie. Retour sur une ascension spectaculaire.

Fondateur et président exécutif de Luxottica mais aussi, depuis peu, P-DG du tout nouveau leader mondial de l’optique né de sa fusion avec Essilor, Leonardo Del Vecchio, self-made-man de talent et manager visionnaire, sera passé des bancs de l’orphelinat au rang de deuxième fortune d’Italie. Retour sur une ascension spectaculaire.

On le dit visionnaire et intuitif, généreux avec ses employés – à qui il offrira 9 millions d’euros en actions à l’occasion de ses 80 ans –, intraitable avec ses bras droits, mais aussi discret, voire mystérieux…  À 83 ans, Leonardo Del Vecchio, milanais de naissance et monégasque de résidence, n’en est pas moins, selon Forbes, le deuxième homme le plus riche d’Italie et le trente-septième du monde avec une fortune estimée à près de 19 milliards de dollars. Entrepreneur de talent parti de rien, fondateur et président exécutif de Luxottica - champion de la monture de lunettes coté à la Bourse de Milan et à celle de New York, propriétaire de category killers comme Ray Ban et Oakley et fournisseur de marques telles que Chanel, Armani et Versace – l’homme est également depuis peu le P-DG  d’EssilorLuxottica, le tout nouveau leader mondial de l’optique (verres correcteurs, montures et lunettes de soleil) né de la fusion avec le Français Essilor. Le tout, sans diplôme ni réseau.

Success story à l’italienne

De quoi transformer le parcours de  Leonardo Del Vecchio en authentique success story à l’italienne, et lui-même en parfait symbole de revanche sociale. Dernier6né d’une fratrie de quatre garçons, orphelin de père et confié à un orphelinat dès son plus jeune âge, il commence à travailler à quatorze ans dans une petite fabrique de montures, tout en suivant des cours du soir pour s’initier au  design. En 1958, il ouvre son propre atelier de montures de lunettes à Agordo, en Vénétie. Trois ans plus tard, celui-ci compte une dizaine d’employés et devient Luxottica. Leonardo Del Vecchio a vingt-cinq ans. Il faudra une décennie à la toute jeune entreprise pour commencer à produire pour son propre compte et dix de plus pour qu’elle prenne pied sur le marché américain et, de là, connaisse une croissance fulgurante à l’international, portée par la volonté d’un fondateur reconnaissant lui-même avoir toujours « détesté dépendre des autres ». D’où sa stratégie d’intégration verticale qui, au fils des ans, le conduira à multiplier les rachats autant que les ouvertures de filiales, et à faire de son groupe un géant de 82 000 salariés et 7 000 points de ventes dans le monde.

« Empire de l’optique »

Jusqu’au coup de théâtre : le rapprochement annoncé l’an dernier et rendu effectif il y a un mois avec le français Essilor, numéro un mondial du verre correcteur et pionnier dans le domaine des technologies appliquées à l’optique. Une opération présentée comme une  « fusion entre égaux » qui avait suffisamment inquiété les autorités de la concurrence pour que celles-ci mettent des mois à donner leur accord, permettant ainsi la création d’un véritable empire de l’optique. Une multinationale de 150 000 salariés et de 16 milliards d’euros de chiffre d’affaires qui, à elle seule, contrôlerait désormais 15 % du marché mondial de l’optique et dont Leonardo Del Vecchio est désormais le P-DG et Hubert Sagnières, patron d’Essilor, le vice-P-DG.

Turnover…

Voilà pour le côté exemplaire. Côté obscur, il y aura bien sûr les démêlés avec le fisc, comme ceux qui, en 2009, lui vaudront une amende de 300 millions d’euros pour évasion fiscale et une instabilité remarquée, ces dernières années, à la tête du groupe dont démissionneront pas moins de trois directeurs généraux en dix-sept mois pour cause de de désaccord avec le fondateur. Un turnover qui conduira ce dernier à reprendre les rênes du groupe en janvier 2016 sans pour autant désigner l’un de ses six enfants - nés de trois unions différentes - à la tête de l’entreprise. Motif invoqué : il ne les « condamnerait jamais à diriger une société aussi grande ». Dont acte.

Son fait d’arme : Avoir réussi à créer son propre réseau de distribution aux États-Unis, alors que ses concurrents jugeaient l’idée trop risquée

Son atout : La vision. Comme celle qui le conduira, très tôt, à développer à la fois des usines, des réseaux de distribution et des chaînes de magasins

Son flop : À 83 ans, il reste le seul et unique dirigeant de son empire, sans aucun plan de succession

Son point faible : on lui prête une vie privée tumultueuse, notamment en ce qui concerne sa relation avec Nicoletta Zampillo, qu’il épouse pour la 2nde fois en 2010, neuf ans après en avoir divorcé, et qui ne serait pas étrangère à la valse des directeurs à la tête de Luxottica

Caroline Castets

Vous avez apprécié cet article ? Likez Magazine Décideurs sur Facebook !

retrouvez l'intégralité du dossier Fortunes 100 : Les secrets de la réussite

Les 100 premières fortunes : France - Europe - International
Sommaire Alain Taravella : Le précurseur Issad Rebrab : focus sur ce milliardaire algérien qui a rencontré Emmanuel Macron Bernard Liautaud, le précurseur Pâris Mouratoglou et David Corchia : les géants verts Jeff Bezos : l'aventurier Mark Zuckerberg, l’insoutenable légèreté du geek Amancio Ortega, le roi du prêt-à-porter Jim Ratcliffe : le roi du pétrole Jusqu'où ira Oliver Samwer, le fondateur de Rocket Internet ?
Le match : Paris vs Londres

Le match : Paris vs Londres

Brexit oblige, Paris et Londres sont plus que jamais en concurrence pour la place de première ville européenne,Tech, finance, fiscalité, immobilier…De...

Hollywood vs Bollywood : le match

Hollywood vs Bollywood : le match

Bollywood n'est plus destiné à jouer les seconds rôles et affiche ses ambitions. Jusqu'à faire peur à son grand frère américain ?

Hôtellerie : LVMH parie sur Belmond

Hôtellerie : LVMH parie sur Belmond

Le groupe français de luxe met la main sur la chaîne d’hôtels, de trains et de croisières d’exception pour près de 3 milliards d’euros.

Dominique de la Guigneraye (Rhum Clément & Spiribam) : « Le rhum vit sa révolution »

Dominique de la Guigneraye (Rhum Clément & Spiribam) : « Le rhum vit sa révolution »

Le directeur commercial de France Rhum Clément & Spiribam, anime un portefeuille de marques éclectiques, témoignant d’un secteur qui maintient s...

Se laisser surprendre par la croissance

Se laisser surprendre par la croissance

La troisième édition de notre classement est une nouvelle fois riche en surprises et enseignements.

Jean-Louis Mentior (M5) : « La stratégie de croissance externe est de plus en plus visible »

Jean-Louis Mentior (M5) : « La stratégie de croissance externe est de plus en plus visible »

Jean-Louis Mentior est responsable du classement INC 5000 qui existe en Europe depuis maintenant trois ans, ce qui fait de lui un excellent connaisseu...

Les 3Suisses dans le caddie de ShopInvest

Les 3Suisses dans le caddie de ShopInvest

Face à la concurrence d'Amazon, Zalando ou Asos, ShopInvest tente de réaliser un petit miracle : extraire des limbes les 3Suisses, le célèbre groupe f...

Cancer : Bristol-Myers rachète Celgene pour 74 milliards de dollars

Cancer : Bristol-Myers rachète Celgene pour 74 milliards de dollars

Les deux groupes pharmaceutiques américains joignent leurs forces pour prendre le leadership mondial des thérapies contre le cancer.

Lire plus d'actualités

Newsletter savoir pour agir

N'avancez plus à l'aveugle

Ne plus afficher ce message