Leonard Paris. Des coussins pour amortir le choc de la crise sanitaire

Leonard Paris. Des coussins pour amortir le choc de la crise sanitaire

La marque de vêtements de luxe aux célèbres imprimés floraux se lance dans des collaborations pour la maison et propose depuis quelques mois des tabourets et des coussins. Zoom sur stratégie de diversification qui permet de rajeunir la clientèle.

Avec les confinements, les très chics boutiques Leonard Paris ont dû fermer les portes à leurs clients de la rue du Faubourg Saint-Honoré dans la capitale ou encore sur La Croisette à Cannes. Difficile pourtant quand on vend des vêtements haut de gamme de maintenir son activité uniquement avec un service web. Alors, la marque née en 1958 a décidé de lancer des collaborations dans le domaine de la maison, un segment qui fonctionne bien avec le développement du télétravail. Elle propose des tabourets et coussins habillés d’imprimés fleuris qui ont fait sa réputation. L’objectif de ce développement est double : se diversifier et rajeunir sa clientèle.

Impressions au soleil levant

Une petite révolution pour cette maison – dont l’emblème est une orchidée, la cattleya unique « une fleur fragile et sauvage, sans limites géométriques » – qui a toujours cherché à se différencier. À sa création, l’entreprise emmenée par Daniel Tribouillard et Jacques Leonard met au point avec un fabricant lyonnais un procédé révolutionnaire qui permet d’imprimer des tissages réputés « inimprimables ». Le succès est au rendez-vous. Parmi les premiers clients de Leonard Fashion ? Christian Dior et Hermès. Toujours dans l’optique de se différencier à travers les matières qu’il utilise et ses imprimés, Daniel Tribouillard présente, pour sa première collection en 1968, des robes en jersey de soie. Son slogan : « La robe Leonard, 150 grammes de bonheur. » Avant de se lancer dans la décoration, la société s’était déjà diversifiée dans la production de parfums, de cravates ou encore de carrés et elle a traversé les frontières pour se développer à l’international, notamment au Japon. L’entreprise partage une histoire singulière avec le pays du soleil levant, son gouvernement ayant demandé en 1983 au fondateur du groupe de remettre le kimono au goût du jour.

Le but de la collection est de s'adapter à la croissance du e-commerce tout en fusionnant la mode et les arts décoratifs.

Nouvelle cible

Pour la fabrication de ses tabourets, Leonard Paris s’associe à l’architecte d’intérieur et styliste Maryam Mahdavi. « Le but de cette collaboration est de faire fusionner la mode avec les arts décoratifs, où imagination et illusion deviennent réels et dans laquelle les fabuleux imprimés Leonard Paris sont up-cyclés pour trouver une nouvelle vie, dans un monde où l’écologie est au centre de tout », explique la société. Quant à la confection de ses coussins, Leonard fait appel à la jeune marque Oli Paris, laquelle utilise les panneaux de soie qui dorment dans ses placards. Les résultats de cette initiative se font déjà sentir : au premier trimestre de cette année, la marque double ses ventes en ligne en France, selon Les Échos. Elle espère qu’en 2022 l’e-commerce représentera l’équivalent des ventes d’une petite boutique. Leonard Paris souhaite aussi rajeunir sa clientèle (ses consommatrices ont entre 35 et 60 ans en Europe et 50 à 70 ans en Asie) grâce à une présence plus forte sur les réseaux sociaux mais aussi avec le lancement d’une collection capsule à l’été 2022. L’esprit entrepreneurial des fondateurs n’a pas quitté cette maison, qui a acquis le label d’Entreprise du patrimoine vivant et est dorénavant dirigée par Nathalie Tribouillard Chassaing, fille du créateur de la maison

Olivia Vignaud

Vous avez apprécié cet article ? Likez Magazine Décideurs sur Facebook !

retrouvez l'intégralité du dossier Agilité et résilience : ils performent malgré la crise

Bien qu’issues de secteurs durement touchés par la crise, certaines entreprises réussissent à maintenir leur business, voire à croître, que ce soit grâce au lancement d’une nouvelle activité ou encore à une gestion stratégique des stocks…Retour sur de véritables tours de force opérés ces derniers mois.
Sommaire VallJet, la bonne altitude Chargeurs, des masques pour faire front K. Kébaïli (BBL Groupe) : "Le choc de la crise a été momentané mais salutaire" Tronico, la santé comme remède NGE, le ciment du collectif GYS, anticiper c’est gagner Démarrage réussi pour Stellantis Distillerie des Moisans : mariage de raisin STMicroelectronics, c'est l'heure des semi-conducteurs
B. Stangl (Alcatel-Lucent Enterprise) : "Dans un contexte mondial tendu, nos équipes doivent travailler main dans la main"

B. Stangl (Alcatel-Lucent Enterprise) : "Dans un contexte mondial tendu, nos équipes doivent travail...

En tant que directeur financier d'Alcatel-Lucent Enterprise, Bernd Stangl est responsable des finances, de la fiscalité, de la comptabilité, de l'audi...

Dossier spécial : Le private equity de demain

Dossier spécial : Le private equity de demain

La rédaction de Décideurs Corporate Finance a sélectionné les étoiles montantes de l'univers du capital-investissement ainsi que la nouvelle génératio...

Virginie Morgon, globe-trotteuse performante et engagée

Virginie Morgon, globe-trotteuse performante et engagée

Figure incontournable parmi les grands influenceurs économiques de la planète, Virginie Morgon se démarque autant par ses résultats probants à la tête...

Oui, investir dans le Bitcoin peut être une bonne idée

Oui, investir dans le Bitcoin peut être une bonne idée

Longtemps mal vues des régulateurs car jugées trop volatiles, les monnaies virtuelles convainquent de plus en plus largement les investisseurs en quêt...

Brune Poirson (Accor) : "Le dialogue avec les gestionnaires d’actifs est crucial"

Brune Poirson (Accor) : "Le dialogue avec les gestionnaires d’actifs est crucial"

Directrice du développement durable au sein du groupe hôtelier Accor et présidente du jury du Prix de la Finance verte 2022, Brune Poirson évoque la m...

Comment améliorer le recouvrement au niveau de son entreprise ?

Comment améliorer le recouvrement au niveau de son entreprise ?

En entreprise, les impayés sont plutôt courants et il n’est pas toujours facile d’encaisser 100% de son chiffre d’affaires. Or, les retards de paiemen...

E. de Bettignies (Advancy) : "Pour survivre, il est essentiel que les entreprises se transforment"

E. de Bettignies (Advancy) : "Pour survivre, il est essentiel que les entreprises se transforment"

Avec 230 consultants, 25 associés et dix bureaux dans le monde, Advancy a réalisé, en 2021, 55% de croissance. Quelle est la recette de ce pure player...

Dans la finance, l’inégalité salariale femmes-hommes ne s’efface pas

Dans la finance, l’inégalité salariale femmes-hommes ne s’efface pas

Pour les femmes, le secteur de la finance est plus inégalitaire que la moyenne française en termes de rémunération. Des inégalités particulièrement vi...

Lire plus d'actualités

Newsletter savoir pour agir

N'avancez plus à l'aveugle

Ne plus afficher ce message