Tracer les cas contacts : l'apport "indispensable" des applications numériques de tracing

Afin d’ajouter une arme face à l’épidémie, l’application de tracing StopCovid fait son chemin. À travers l’Europe, des chercheurs travaillent à fournir une solution clé en main. Si elle voit le jour, elle rejoindrait les dizaines déjà lancées à travers le monde.

Afin d’ajouter une arme face à l’épidémie, l’application de tracing StopCovid fait son chemin. À travers l’Europe, des chercheurs travaillent à fournir une solution clé en main. Si elle voit le jour, elle rejoindrait les dizaines déjà lancées à travers le monde.

Les Français pourront-ils un jour télécharger l’application de tracing StopCovid ? Le plan de déconfinement, adopté à l’Assemblée nationale le mardi 28 avril, devait inclure l’autorisation de lancer une application de ce type, du moins en principe. Le débat a cependant été reporté. Mais les intentions sont claires. Lorsqu’il sera définitivement mis sur pied, le projet sera présenté aux députés et un vote spécifique aura lieu.

Il est d’ailleurs ardemment soutenu par le conseil scientifique pour qui "l’application n’est pas seulement utile, elle est indispensable en complément de toutes les autres mesures", a déclaré Aymeril Hoang, son représentant numérique.

"L’application n’est pas seulement utile, elle est indispensable"

Ce projet porte un nom : le PEPP-PT, Pan-European Privacy-Preserving Proximity. Il s’agit d’un consortium de chercheurs de huit pays européens qui a pour but de fournir aux États un protocole prêt à l’utilisation. Chaque pays dans le monde pourra s’en servir. L’équipe française est composée de membres de l’Institut national de recherche en sciences et technologies du numérique (Inria) situé à Grenoble. Ils travaillent en collaboration avec plusieurs entreprises dont Dassault Systèmes, Capgemini, Orange et des start-up.

Plus de 50 applications déjà existantes

Le PEPP-PT met un point d’honneur à ce que l’application garantisse le droit à la vie privée. Elle fonctionnera via le Bluetooth et assurera l’anonymat. Le code source sera publié et pourra être vérifié par des développeurs. Concrètement, l’utilisateur qui aura été testé positif au Covid-19 devra de lui-même intégrer cette information sur son appli. La base de données sera mise à jour quotidiennement.

L’utilisateur qui aura été testé positif au Covid-19 devra de lui-même intégrer cette information sur son appli

Tous les États européens n’ont pas attendu cette solution clé en main. Au total, 53 applications dans 29 pays ont déjà vu le jour d’après un décompte réalisé par 10VPN, un groupe de défense des droits numériques. Vingt-neuf d’entre elles utilisent les données de géolocalisation (GPS) et 9 le Bluetooth, les 15 dernières combinent les deux.

D’autres solutions numériques ne relèvent pas du tracing. Au Pays basque par exemple, les habitants ont pu télécharger une application leur demandant d’inscrire des informations sur leur santé et les personnes qu’ils ont côtoyées.

Le cas sud-coréen

La crise sanitaire révèle plus distinctement les différences culturelles. Si certains États autoritaires comme la Chine n’ont pas attendu pour mettre en place ce traçage, toutes les démocraties n’ont pas agi de la même manière que les pays occidentaux. C’est le cas pour la Corée du Sud qui fait figure d’exemple dans sa gestion de la crise.

Il faut dire que la péninsule a appris de l’épidémie du MERS (Middle East Respiratory Syndrome) qui avait provoqué la mort de 36 personnes en 2015. La gestion gouvernementale avait alors été vivement critiquée. Après cet épisode, les autorités ont assoupli la gestion et le partage des données sur les dossiers médicaux. C’est pourquoi elles peuvent aujourd’hui suivre à la trace les personnes testées positives au Covid-19. Une panoplie de moyens est utilisée : les données GPS, les transactions dans les magasins mais aussi les caméras de surveillance. Les personnes résidant près des lieux où s’est déplacé le malade reçoivent une notification seulement quelques minutes après son passage.

Une panoplie de moyens est utilisée : les données GPS, les transactions dans les magasins mais aussi les caméras de surveillance

La France ne devrait donc pas suivre le modèle coréen mais plutôt celui de Singapour. La Cité-État a été la première a lancé une application se fondant sur le Bluetooth à l’instar de StopCovid. Lancé le 20 mars, le programme stocke les données de déplacements de l’utilisateur pendant 21 jours. Elle identifie en particulier les personnes avec lesquelles il a été à moins de 2 mètres pendant au moins 30 minutes.

C’est également ce modèle sur lequel travaillent en collaboration Apple et Google. Les deux géants ont lancé mercredi 29 avril la première version de leur application de tracing. Les pays qui le souhaitent peuvent s’en emparer gratuitement dans le but de proposer à leurs citoyens cet outil numérique.

Victor Noiret

Retrouvez ici notre dossier spécial "Gagner la guerre sanitaire"

Vous avez apprécié cet article ? Likez Magazine Décideurs sur Facebook !

retrouvez l'intégralité du dossier Gagner la guerre sanitaire : cas pratiques, armes et boucliers

La guerre sanitaire contre le Covid-19 se joue sur de très nombreux terrains. Déclarations politiques, plans d'action, stratégies de déconfinement, cas pratiques pays, mais aussi armes sanitaires pour remporter la bataille contre le virus, telles que les masques, respirateurs et vaccins, Décideurs fait le point sur cette pandémie inédite en ampleur.
Sommaire La bataille du vaccin est lancée A.Calvo (NG Biotech) : "Nous pourrons produire un million de tests par mois en juillet" Essais cliniques. Où en est la recherche ? Contrôles de température : indispensable plan B contre les clusters de Covid-19 Demain, ouvrez une porte avec le pied ! L'immunité, clé d'une guerre d'usure contre le Covid-19 Coronavirus au Brésil, le fiasco Bolsonaro Isolement des malades, le casse-tête français Stop Covid, double feu vert !
Les recettes du succès de ManoMano

Les recettes du succès de ManoMano

Après une levée de fonds de 110 millions d’euros en 2019 puis de 125 millions l’année suivante, la start-up ManoMano, une marketplace spécialisée dans...

Alan, une nouvelle licorne française est née

Alan, une nouvelle licorne française est née

L’ascension fulgurante d’Alan se poursuit par un nouveau tour de table de 185 millions d’euros, mené par Coatue Management, Dragoneer et Exor aux côté...

Brut poursuit sa révolution médiatique avec BrutX

Brut poursuit sa révolution médiatique avec BrutX

Véritable phénomène de société, le média Brut diffusé sur les réseaux sociaux, qui totalise près de 20 milliards de vues en 2020, débarque à présent s...

Au travail, attention à l’effet Big Brother

Au travail, attention à l’effet Big Brother

Si de nombreux outils permettent de travailler de chez soi ou de gagner du temps, d’autres peuvent servir à espionner les salariés en toute discrétion...

Marketing de crise : les marques s’adaptent

Marketing de crise : les marques s’adaptent

Avec la crise sanitaire, exceptionnelle et imprévue, les grandes marques ont dû réinventer leurs stratégies marketing.

Pour Deliveroo, la crise sanitaire est un jackpot

Pour Deliveroo, la crise sanitaire est un jackpot

Entre les confinements et le télétravail, la livraison de repas à domicile connaît un succès sans précédent depuis maintenant un an. Melvina Sarfati e...

Les ERP, la Covid-19 et le futur vus par Claude-Emmanuel Chapelan

Les ERP, la Covid-19 et le futur vus par Claude-Emmanuel Chapelan

Directeur avant-vente du marché ERP chez Cegid, Claude-Emmanuel Chapelan revient sur les grands enjeux de son secteur d’activité.

Vaccin Covid-19 : le Leem publie une série de vidéos explicatives

Vaccin Covid-19 : le Leem publie une série de vidéos explicatives

Afin de répondre aux incertitudes des Français, le Leem, l’organisation professionnelle des entreprises du médicament en France, publie sur les réseau...

Lire plus d'actualités

Newsletter savoir pour agir

N'avancez plus à l'aveugle

Ne plus afficher ce message

Ce site utilise des cookies. En continuant la navigation, vous acceptez nos conditions d'utilisation des cookies.
Plus d'informations

J'accepte