Le télétravail et ses implications macroéconomiques

Deux chercheurs de la Banque de France viennent de publier une étude sur les impacts d'un potentiel recours massif au télétravail en matière d'immobilier d'entreprise et de productivité

Deux chercheurs de la Banque de France viennent de publier une étude sur les impacts d'un potentiel recours massif au télétravail en matière d'immobilier d'entreprise et de productivité

Deux économistes de la Banque de France ont cherché à étudier et quantifier les impacts potentiels d’une généralisation du télétravail en matière d'immobilier d'entreprise et de productivité. Leurs conclusions tiennent dans un rapport de neuf pages « macro-économie du télétravail ». Element de base, le rapport met en avant un chiffre : chaque jour télétravaillé, c'est 20 % de personnes en moins dans les murs, et autant de mètres carrés de bureaux dont les entreprises pourraient dès lors faire l’économie. Une donnée tout sauf anodine, alors que les loyers représentent le deuxième poste de dépense des entreprises. « Le potentiel d'économies est substantiel, mais une part de ces économies de coûts immobiliers pour les entreprises devra probablement être reversée aux salariés, le télétravail entraînant des coûts pour eux, notamment parce que l'aménagement d'un espace de travail à leur domicile sera à leur charge », explique Simon Ray, l'un des auteurs de l'étude. Dans le même temps, « le gain de temps de transport pourrait tempérer les demandes de compensation de la part des employés », poursuit-il.

Les locaux, un frein au développement ?

La note cite également un article de Bergeaud et Ray (2020) qui analyse les effets exercés par les coûts d’ajustement de l’immobilier d’entreprise sur la dynamique du marché du travail. Selon cet article, les coûts d’ajustement des surfaces de bureau exercent des effets économiques défavorables sur la demande de travailleurs. Ainsi, le développement massif du télétravail et d’autres types d’organisation flexible du travail « pourraient atténuer ces contraintes, la complémentarité entre immobilier et travailleurs se réduisant considérablement ». Sur ce point, les auteurs concluent que « si le télétravail permettait d’assouplir certaines contraintes liées à l’immobilier, les effets en matière de dynamisme des affaires pourraient se révéler importants ».

Quels effets sur le bilan des entreprises ?

Dans la mesure où ils sont « faciles à redéployer et dotés d’une longue durée de vie, les actifs immobiliers constituent la majorité des actifs pouvant être mis en garantie », les auteurs adressent une autre mise en garde : « en réduisant la part d’actifs immobiliers dans les bilans des entreprises, le télétravail peut altérer la capacité d’emprunt de celles-ci et diminuer la proportion d’endettement financier sous forme de prêts bancaires ».

L’inconnue de la productivité

Peu d’études existent aujourd’hui permettent de quantifier les effets du télétravail en matière de productivité. En effet, si les entreprises de services pourront trouver plus facilement des compétences plus pointues en attirant des salariés localisés plus loin, personne ne sait ce que le télétravail peut changer en matière de diffusion des idées entre les salariés.

B.B.

Vous avez apprécié cet article ? Likez Magazine Décideurs sur Facebook !

La veille urbaine du 18 janvier 2021

La veille urbaine du 18 janvier 2021

EQT qui cède l’immeuble Trideca à Batipart, Amandine Dumont, Stéphanie Fauré et Catherine Rondot qui rejoignent Upside Partners, l'annonce des lauréat...

La veille urbaine du 15 janvier 2021

La veille urbaine du 15 janvier 2021

Real I.S. qui s’offre le Grand Large à Marseille pour 70 M€, Mata Capital qui signe quatre Monoprix en Île-de-France pour 117 M€, Réalités qui devient...

L’article R.442-1.a du Code de l’urbanisme a-t-il encore un avenir ?

L’article R.442-1.a du Code de l’urbanisme a-t-il encore un avenir ?

Peut-on encore se dispenser d’un permis d’aménager ou d’une déclaration préalable pour diviser un terrain en vue d’une opération immobilière important...

A. Blanc (Altarea Entreprise) : "Nous continuerons à lancer des opérations en privilégiant notre activité de MOD et les CPI"

A. Blanc (Altarea Entreprise) : "Nous continuerons à lancer des opérations en privilégiant notre act...

Alors qu’Altarea Entreprise se positionne comme le premier promoteur de bureaux en France, son président Adrien Blanc partage les premiers enseignemen...

La veille urbaine du 14 janvier 2021

La veille urbaine du 14 janvier 2021

Le dépôt du permis de construire modificatif de la future Gare du Nord, LBO France et CDC Investissement Immobilier qui acquièrent Network II à Bagneu...

La veille urbaine du 13 janvier 2021

La veille urbaine du 13 janvier 2021

Baytree qui va développer une plateforme logistique de 60 000 m² à Salbris, SFL qui cède le 112 Wagram à Aviva Investors pour 120 M€, la Banque des Te...

La veille urbaine du 12 janvier 2021

La veille urbaine du 12 janvier 2021

WeWork qui ouvre deux nouveaux espaces à Paris, Gautier Beurnier qui prend la présidence de CBRE Global Investors France, Rodolphe de Malet qui rejoin...

La veille urbaine du 11 janvier 2021

La veille urbaine du 11 janvier 2021

Icade qui réalise une émission obligataire de 600 M€, Etienne Wicker qui prend la direction générale de MyShareCompany, le nouveau projet de productio...

Lire plus d'actualités

Newsletter savoir pour agir

N'avancez plus à l'aveugle

Ne plus afficher ce message

Ce site utilise des cookies. En continuant la navigation, vous acceptez nos conditions d'utilisation des cookies.
Plus d'informations

J'accepte