Le studio Virtual Eyes cherche à lever 50M€

Avec pour ambition de contrer les mastodontes hollywoodiens et asiatiques, Yves Chevalier, figure respectée de l’industrie du cinéma depuis plus de 25 ans, a décidé de créer Virtual Eyes. Sa volonté est d’en faire le plus grand studio de production européen de réalité virtuelle.

Avec pour ambition de contrer les mastodontes hollywoodiens et asiatiques, Yves Chevalier, figure respectée de l’industrie du cinéma depuis plus de 25 ans, a décidé de créer Virtual Eyes. Sa volonté est d’en faire le plus grand studio de production européen de réalité virtuelle.


En créant Virtual Eyes, Yves Chevalier s’attaque aujourd’hui au marché de la réalité virtuelle avec détermination et une vision affirmée de l’évolution du grand écran. Après avoir dirigé les ventes et acquisitions internationales de MK2, UGC puis TF1, il a fondé sa propre société de distribution en 1997 avant de devenir, en 2004, consultant auprès des majors du secteur des deux côtés de l’Atlantique afin de développer les coproductions en langue anglaise et les acquisitions pour le marché français.

Pour atteindre ses objectifs ambitieux, après avoir levé un million et demi d'euros en août 2017, Virtual Eyes vient d’annoncer en avoir collecté trois et demi supplémentaires fin avril. La start-up vise d’ici à la fin 2018 ou début 2019 au plus tard à boucler un tour de table de quarante-cinq millions d’euros pour atteindre les cinquante millions d’euros de financements globaux. Son projet pour séduire les fonds et autres business angels consiste à investir dans les sociétés de création dont les œuvres sont les plus innovantes en réalité virtuelle. En entrant au capital de manière minoritaire, Yves Chevalier et sa société nourrissent l'ambition de laisser libre cours à la créativité des concepteurs des structures accompagnées tout en les épaulant dans leur production et leur distribution. Ainsi, Virtuel Eyes est déjà associé avec trois entreprises françaises du secteur.

Yves Chevalier est convaincu que l’immersion totale du spectateur dans un film tourné à 360° et l’interaction ainsi engendrée vont bouleverser l’industrie cinématographique et son mode de consommation. Au-delà du cinéma, Virtual Eyes imagine également de produire dès la fin de l’année 2018 un spectacle vivant réunissant spectateurs et acteurs dans un même environnement virtuel.

Les idées créatives et la volonté d’anticiper les bouleversements occasionnés par l’arrivée de la réalité virtuelle dans le septième art démontrent que Virtual Eyes cherche à se positionner d’ores et déjà en tant que référent en la matière sur le vieux continent et au-delà.

PL

Vous avez apprécié cet article ? Likez Magazine Décideurs sur Facebook !

Ces start-up françaises qui ont tout pour devenir (encore) plus grandes

Ces start-up françaises qui ont tout pour devenir (encore) plus grandes

Petit à petit, la France rattrape son retard en matière de licornes. La Javaness, Woonoz, e-attestations, laboutiqueofficielle.com : voici quatre star...

L'agence de communication Antigel sort du rang des entreprises engagées en Pays de Loire

L'agence de communication Antigel sort du rang des entreprises engagées en Pays de Loire

Basée à Nantes et Paris, Antigel, une agence de communication novatrice, qui s’appuie sur une culture collaborative de ses talents avec ses clients, a...

Tek Fog, l’appli indienne qui manipule l’opinion

Tek Fog, l’appli indienne qui manipule l’opinion

L’affaire Tek Fog est un scandale qui fait trembler le gouvernement de Narendra Modi et prouve à quel point, la tech peut servir à manipuler les foule...

Claire Calmejane : la figure de l’innovation de la Société générale

Claire Calmejane : la figure de l’innovation de la Société générale

Directrice de l'innovation de la Société générale, cette figure féminine de l’écosystème IT a développé une solide expérience dans les domaines des no...

P. Lemaire (Servier) : "La valorisation des actifs est particulièrement volatile dans l’univers pharmaceutique"

P. Lemaire (Servier) : "La valorisation des actifs est particulièrement volatile dans l’univers phar...

Le groupe Servier poursuit sa montée en puissance dans le cadre de la recherche contre le cancer. Après avoir acquis la branche oncologie du laboratoi...

Luc Barnaud (BPCE) : de la data à l'échelle industrielle

Luc Barnaud (BPCE) : de la data à l'échelle industrielle

CDO du groupe BPCE, ce polytechnicien passé par Telecom ParisTech, a occupé pendant 17 ans différents postes au sein du groupe Orange, avant de se lan...

Pejman Gohari (Bpifrance) : un animateur de la data au service de l'avenir

Pejman Gohari (Bpifrance) : un animateur de la data au service de l'avenir

Arrivé en 2018 au sein de la Banque publique d'investissement en tant que Chief Data & Analytics Officer, Pejman Gohari dispose d’une solide expér...

Robert Auffray (Schneider Digital) écrit le digital dans un langage unique

Robert Auffray (Schneider Digital) écrit le digital dans un langage unique

Senior Vice-président de Schneider Digital, entité transversale du groupe créée pour garantir des fondements digitaux communs à l’ensemble des métiers...

Lire plus d'actualités

Newsletter savoir pour agir

N'avancez plus à l'aveugle

Ne plus afficher ce message

Ce site utilise des cookies. En continuant la navigation, vous acceptez nos conditions d'utilisation des cookies.
Plus d'informations

J'accepte