Le studio EuropaCorp placé en procédure de sauvegarde

Après cette annonce, le cours d’EuropaCorp, la société de production de films et de séries fondée par Luc Besson, s’est effondré de 32 %.

Après cette annonce, le cours d’EuropaCorp, la société de production de films et de séries fondée par Luc Besson, s’est effondré de 32 %.

Afin d’assainir sa situation financière, EuropaCorp a été placé en procédure de sauvegarde par le tribunal de commerce de Bobigny pour une durée initiale de six mois. Bien avant la procédure, le studio avait annoncé à ses investisseurs que l’exercice serait déficitaire. Force est de constater que ces prévisions pessimistes étaient correctes. Durant les six premiers mois de l’exercice décalé 2018-2019, EuropaCorp accuse une perte nette de 88,9 millions d’euros. Il s’agira pour l’ensemble des acteurs, débiteurs comme créditeurs, de s’accorder pour restructurer l’ensemble du passif du groupe. La procédure portera donc à la fois sur la dette mais aussi sur le capital. En outre, les prêteurs senior (JP Morgan pour plusieurs banques) et junior (le groupe financier Vine) accordent un waiver à EuropaCorp ; un fait rare, selon la société dans son communiqué. Concrètement, cela signifie l’abandon volontaire d’un droit légal, en l’occurrence les termes du contrat, précédemment établi. Cela montre aussi la volonté des créanciers de ne pas vendre les actifs restants afin d’éviter de provoquer des pertes encore plus importantes et cette fois-ci irrécupérables. Du côté du marché, l’action de la société du compartiment C d’Euronext a été suspendue du 6 mai au 14 mai. À sa reprise, le cours a dégringolé de 32 %.

Depuis trois ans, la société, fondée en 1999 par le réalisateur Luc Besson, traverse une période difficile. L’échec cuisant de la superproduction, Valérian et la Cité des mille planètes, au box-office américain a sûrement été le point d’orgue de l’enchaînement de mésaventures d’EuropaCorp. Pourtant, Le studio n’avait pas lésiné sur les moyens pour un film qui aurait dû être à l’origine d’une succes story commerciale à la manière d’un Star Wars ou d’un Avengers. L’expérience d’avoir porté huit des vingt plus grands succès français au box-office mondial, un budget record de 197 millions d’euros (le plus élevé de toute l’histoire du cinéma français), un casting de stars (Dane Dehaan, Cara Delevingne, Rihanna) n’ont pas été suffisants pour séduire les Américains. À L4époque, le film avait enregistré moins de 40 millions de dollars de recettes, bien loin des 126 millions de dollars récoltés par Lucy, véritable figure de proue de la société de Luc Besson. Outre la déconvenue de Valérian, EuropaCorp a vendu 80 % de son activité télévisuelle au groupe Mediawan et cédé un catalogue de 300 titres à Gaumont dont les Ripoux ou les Vieux de la vieille.

Sandy Andrianabiby      

Vous avez apprécié cet article ? Likez Magazine Décideurs sur Facebook !

E.Stofer (CRPN) : "La qualité de la croissance dépend du commerce mondial"

E.Stofer (CRPN) : "La qualité de la croissance dépend du commerce mondial"

Le directeur de la Caisse de retraite complémentaire du personnel navigant professionnel de l’aéronautique civile, Étienne Stofer, s’exprime sur la co...

Hélène Bourbouloux : la référence

Hélène Bourbouloux : la référence

Rallye, la maison mère de Casino a été placée en sauvegarde. Deux administrateurs ont été nommés. Dont Hélène Bourbouloux. Portrait de l’administratri...

Priorité 2019 du directeur financier : optimisation des processus (4/6)

Priorité 2019 du directeur financier : optimisation des processus (4/6)

À l’issue de l’étude de PwC « Priorité 2019 du directeur financier », nous vous proposons chaque semaine un retour sur l’un des six sujets qui cristal...

Philippe Rey (UMR) : "La croissance mondiale est entrée dans une phase de ralentissement"

Philippe Rey (UMR) : "La croissance mondiale est entrée dans une phase de ralentissement"

Créée en 2002, L'Union Mutualiste Retraite (UMR) est une union de mutuelles spécialisées dans l'épargne retraite. Elle gère près de 9,1 milliards d’eu...

Amazon mène la "série G" de Deliveroo à 575 millions de dollars

Amazon mène la "série G" de Deliveroo à 575 millions de dollars

Avec ce nouveau tour de table, l’entreprise de livraison de repas, a levé au total 1,53 milliard de dollars.

TransferWise, la fintech qui valait 3,5 milliards de dollars

TransferWise, la fintech qui valait 3,5 milliards de dollars

Les cofondateurs de TransferWise ainsi que certains investisseurs historiques cèdent une partie de leurs titres sur la base d’une valorisation qui att...

P. Cénac (C&C Notaires) : "Céder les rênes de son entreprise n’est pas qu’une affaire de fiscalité"

P. Cénac (C&C Notaires) : "Céder les rênes de son entreprise n’est pas qu’une affaire de fiscalité"

Adepte de l’interprofessionnalité, Pierre Cénac est un véritable spécialiste de la transmission d’entreprise. Il nous fait part de son expérience sur...

Alix Bolle (Energy Cities) :  "L’énergie est bien plus qu’une marchandise"

Alix Bolle (Energy Cities) : "L’énergie est bien plus qu’une marchandise"

Créée en 1990, l'association Energy Cities déploie ses actions dans plus de mille villes de trente pays européens par le transfert de savoir-faire et...

Lire plus d'actualités

Newsletter savoir pour agir

N'avancez plus à l'aveugle

Ne plus afficher ce message