Le street art sort de la rue

En quelques décennies, le street art a opéré une mue spectaculaire, passant du statut d’art contestataire et antisystème à celui de coqueluche du marché de l’art. Encore très jeune sur le marché secondaire, il offre de vraies opportunités. À condition de ne pas se focaliser sur les stars internationales devenues inabordables.

© OBEY

Intitulé Liberté, Égalité, Fraternité, la fresque d’Obey orne la façade d’un du XIIIe arrondissement à Paris. Un visuel repris par Emmanuel Macron à l’Élysée.

En quelques décennies, le street art a opéré une mue spectaculaire, passant du statut d’art contestataire et antisystème à celui de coqueluche du marché de l’art. Encore très jeune sur le marché secondaire, il offre de vraies opportunités. À condition de ne pas se focaliser sur les stars internationales devenues inabordables.

C’est une Marianne un peu particulière que découvraient les téléspectateurs des traditionnels vœux du président de la République, prononcés par Emmanuel Macron le 31 décembre 2017. Signée du célébrissime street artiste américain Obey, l’œuvre était en fait une reproduction miniature de la version originale monumentale peinte sur une façade d’un immeuble du XIIIe arrondissement de Paris, en signe d’empathie avec le peuple français au lendemain des attentats de novembre 2015. Ce passage du monde de la rue dont il est issu aux cimaises de l’Élysée résume parfaitement la trajectoire opérée par le street art ces dernières années : son institutionnalisation. 

Les quatre fantastiques 

Un phénomène quasi contre-nature pour un courant né dans l’espace public, propriété de tous et de personne et contestataire par essence. Issu de la rencontre de deux mouvements nés dans les années 1960, l’art urbain et le writing, le street art brille par l’éclectisme de ses formes, de ses supports et des matériaux utilisés. Bien souvent revendicatif, il ne manque pas d’égratigner plus ou moins subtilement les dérives de notre société. Keith Haring, Jean-Michel Basquiat, Kaws et Banksy sont communément admis en être les premiers représentants. D’ailleurs, le cote sur le marché de l’art n’est plus à faire. En 2019 par exemple, Jean-Michel Basquiat rapportait 93,8 millions de dollars en ventes aux enchères, alors que Kaws, lui, ne totalisait "que" 90,3 millions de dollars. Une anomalie pour un courant qui entend dénoncer les dérives du système, capitalisme en tête. Mais, comme en convient sobrement Ophélie Guillerot, experte au sein de la maison de ventes Aguttes, en street art comme ailleurs, "les artistes ont besoin de vivre de leur art". 

Banksy, le porte-étendard… 

Qualifié de simple mode il y a encore quelques années, l’engouement pour le street art ne se dément pas, bien au contraire. Le succès de ces grands noms, ou d’artistes moins connus, témoigne de la volonté des amateurs et collectionneurs de se diversifier. Quitte à dévoyer quelque peu le projet artistique même du street art : contester et être accessible à tous gratuitement. Certains artistes s’en accommodent parfaitement, assumant de tirer les bénéfices de leur travail. D’autres s’offusquent des proportions incroyables que certaines ventes aux enchères peuvent prendre. Ou, à tout le moins, font mine de s’en offusquer. C’est notamment le cas de Banksy. Pour dénoncer les sommes astronomiques déboursées par les collectionneurs pour s’offrir l’une de ses œuvres, l’artiste a décidé d’orchestrer en direct la destruction de son œuvre quelques secondes après son adjudication chez Sotheby’s en 2018. Ironie de l’histoire, ce coup d’éclat n’a fait, selon les experts, que de faire grimper la valorisation de l’œuvre.  

… et arbre qui cache la forêt 

Si le plus célèbre des anonymes du monde du street art est désormais un habitué des records de vente, d’autres n’ont pas toujours cette chance. Du pain bénit pour les collectionneurs qui ne disposent pas de millions à investir. Les galeries, les réseaux sociaux et même les salles de ventes fourmillent d’artistes encore méconnus et dont la cote demeure accessible au commun des mortels. Le meilleur conseil, avant de se lancer, est de "fonctionner au coup de cœur", selon Ophélie Aguttes. Si le marché du street art s’est réellement structuré ces dernières années, il est loin d’être tout à fait consolidé. Il faudra sûrement attendre que les expositions dans des musées d’envergure se multiplient. D’ici là, de très bonnes affaires attendent les collectionneurs.  

Sybille Vié

Vous avez apprécié cet article ? Likez Magazine Décideurs sur Facebook !

retrouvez l'intégralité du dossier Investissements plaisir: pourquoi miser sur le street art, la mode et la BD

Alors que la crise sanitaire a bouleversé les marchés autant que les stratégies patrimoniales, l’heure est à la recherche de stabilité, de diversification et, bien sûr, de rendement. Une équation que l’investissement dans l’art pourrait bien être à même de résoudre. Car, loin des superstars de l’art contemporain abonnées aux records ou des grands maîtres anciens, une autre voie se dessine pour les collectionneurs passionnés, aux portefeuilles modérément fournis. En effet, au sein même du marché de l’art, la diversification bat son plein. Ces dernières années, ce sont la bande dessinée, la mode et le street art qui ont indéniablement tiré leur épingle du jeu. La création de départements dédiés au sein des maisons de vente en est la meilleure preuve. Moins guindés et en moyenne bien plus abordables, ces objets permettent d’assouvir une passion. Mieux, en les collectionnant, leurs propriétaires peuvent légitimement espérer en tirer une plus-value, à condition de fonctionner au coup de cœur et de se laisser conseiller.
Sommaire La mode gagne ses galons sur le marché de l’art H. Felbacq (Maison Cornette de Saint Cyr): "Oui, la mode est objet de collection" Bandes dessinées : un investissement pour les nostalgiques E. Leroy (Artcurial) : "Acheter Tintin ou Astérix, c’est comme acheter du Van Gogh ou du Picasso" O. Guillerot (Aguttes): "Le grand avantage du street art, c’est que l’on peut rencontrer les artistes"
SBKG & Associés muscle ses équipes

SBKG & Associés muscle ses équipes

Poursuivant son développement, SBKG & Associés accueille Carol Santoni, Louise Duvernois et Driss Tof en qualité d’associés ainsi que Gwénolé Mori...

DPO Consulting lance myDPO

DPO Consulting lance myDPO

DPO Consulting lance myDPO, la toute nouvelle version de son logiciel de mise en conformité au Règlement général sur la protection des données (RGPD).

Création du Cercle interprofessionnel du droit de l’environnement

Création du Cercle interprofessionnel du droit de l’environnement

Cinq avocats et quatre juristes fondent le Cercle interprofessionnel du droit de l’environnement, un nouvel espace d’échange pour les professionnels œ...

Maximilian Schiessl : "L’Allemagne est prête à faire des affaires"

Maximilian Schiessl : "L’Allemagne est prête à faire des affaires"

Associé du cabinet allemand Hengeler Mueller, le docteur Maximilian Schiessl est intervenu comme conseil lors de certaines d'opérations de fusions-acq...

Pernod Ricard réorganise sa direction juridique

Pernod Ricard réorganise sa direction juridique

Au sein de son équipe juridique, Pernod Ricard place Antoine Brocas à la tête de l'éthique et de la compliance et confie à Jonathan Bay la direction j...

Deuxième associée pour Daher Avocats

Deuxième associée pour Daher Avocats

Le cabinet de niche en droit social Daher Avocats accueille Louise Thiébaut en qualité d’associée. Il renforce par la même occasion ses compétences de...

Chassany Watrelot Associés promeut l’un de ses avocats

Chassany Watrelot Associés promeut l’un de ses avocats

Virgile Zeimet accède à l’association au sein du bureau parisien de Chassany Watrelot Associés. Le cabinet spécialisé en droit social consolide ainsi...

Premier LBO pour Legalstart

Premier LBO pour Legalstart

La plateforme française de création de documents juridiques et de formalités administratives à destination des TPE et des PME Legalstart vient de réal...

Lire plus d'actualités

Newsletter savoir pour agir

N'avancez plus à l'aveugle

Ne plus afficher ce message

Ce site utilise des cookies. En continuant la navigation, vous acceptez nos conditions d'utilisation des cookies.
Plus d'informations

J'accepte