Le solaire, une alternative au nucléaire à Fessenheim ?

Le ministère de la Transition écologique aimerait développer un parc solaire à Fessenheim, pour succéder à la centrale censée fermer ses portes en 2020.

Le ministère de la Transition écologique aimerait développer un parc solaire à Fessenheim, pour succéder à la centrale censée fermer ses portes en 2020.

Le ministère de la Transition écologique et solidaire  a annoncé, le 23 janvier, l'ouverture d'un appel d'offres pour le développement de 300 mégawatts (MW) de capacités solaires dans la région de Fessenheim. Au total, 200 des 300 MW voulus par le ministère devront être produits par une nouvelle centrale. Les 100 restants proviendront d’installation de panneaux solaires sur les toitures. 

Comme prévu par le plan de reconversion élaboré en janvier 2018 entre l'Etat et les collectivités locales, ces dernières bénéficieront de 250 millions euros d’aides desquels sont comprises le financement de la future centrale solaire et des autres installations nécessaires. Ceci s’inscrit dans la logique du gouvernement qui a toujours insisté sur sa volonté de pallier au coût économique que générera la fermeture de la centrale nucléaire Fessenheim. Cette dernière génère, encore aujourd’hui, environ 2 000 emplois directs et indirects avec des retombées fiscales de 14,3 millions d'euros. 

L'appel d'offres, validé le 18 janvier par l’Union Européenne, se déroulera en trois périodes de candidature,  avec un premier dépôt des offres attendu dans six mois.

Jérémie Amsallem
 

Vous avez apprécié cet article ? Likez Magazine Décideurs sur Facebook !

Newsletter savoir pour agir

N'avancez plus à l'aveugle

Ne plus afficher ce message

Ce site utilise des cookies. En continuant la navigation, vous acceptez nos conditions d'utilisation des cookies.
Plus d'informations

J'accepte