Le Sénat demande un Digital Services Act plus robuste

Le Sénat demande un Digital Services Act plus robuste

© Markus Spiske, Unsplash

Algorithmes, publicité ciblée, contenus signalés… Plusieurs éléments du DSA gagneraient à être renforcés, défend un rapport sénatorial. Le texte actuellement discuté à Bruxelles serait une réponse ambitieuse aux enjeux du numérique, mais pas suffisante.

Obsolète, la réglementation européenne applicable aux acteurs du numérique ? C’est l’avis des sénatrices Florence Blatrix Contat et Catherine Morin-Desailly. La bonne nouvelle, c’est que fin 2020, la Commission européenne a présenté aux États membres le Digital Services Act. Il prévoit, entre autres, d’encadrer l’utilisation des algorithmes qui président au modèle économique des plateformes en ligne. Mais les sénatrices voudraient que le texte aille plus loin. Que la France, qui a pris la tête de l’Union européenne le 1er janvier dernier, en profite pour proposer le renforcement du régime de responsabilité des hébergeurs.

“Occasion manquée”

Dans un rapport rédigé au nom de la Commission des affaires européennes et paru mi-décembre, les sénatrices demandent que les algorithmes, “aussi puissants qu’opaques”, soient publiés. Ce sont eux, insistent-elles, qui permettent l’exploitation de “très grandes quantités de données”, en particulier à caractère personnel. Leur publication, avant leur première utilisation et après chaque modification substantielle, permettrait aux tiers de rechercher des “risques potentiels pour les droits fondamentaux.”

Les autrices proposent également que les plateformes réduisent la visibilité des contenus signalés “si leur caractère illicite n’est pas manifeste” pour “protéger au maximum la liberté d’expression”, et que les moteurs de recherche soient inclus dans le DSA. Les plus grands pourraient aussi être soumis à des obligations similaires à celles des très grandes plateformes. En matière de ciblage publicitaire, là encore, les sénatricent appellent à aller plus loin que le projet de la Commission européenne. Ce dernier prévoit d’informer les utilisateurs des données utilisées et des paramètres de ciblage publicitaire, et la possibilité de désactiver ces paramètres. Le rapport demande "une désactivation par défaut de ces fonctions, et la possibilité à tout moment de les désactiver aisément."

Adoptée il y a vingt ans, la directive sur le commerce électronique, sur les principes de laquelle s’appuie le DSA, a été pensée pour les acteurs d’une économie naissante. En deux décennies, la donne a changé. Et les sénatrices d'alerter : “L’usage généralisé des services numériques est aussi devenu une source de risques.” Pour l’heure, le DSA leur “apparaît comme une occasion manquée de mettre les plateformes, et en particulier les grands réseaux sociaux, devant leurs responsabilités."

Olivia Fuentes

Vous avez apprécié cet article ? Likez Magazine Décideurs sur Facebook !

Un petit quiz avant l'été ?

Un petit quiz avant l'été ?

Le conseil de la rédaction pour des vacances sereines et reposantes ? Vérifier que l'actualité des six derniers mois est bien maîtrisée. À vous de jou...

Les professionnels de la gestion de patrimoine face à la réforme du label ISR

Les professionnels de la gestion de patrimoine face à la réforme du label ISR

Le nouveau comité du label investissement socialement responsable (ISR), présidé par Michèle Pappalardo, travaille à sa modernisation. Les grandes lig...

Lanceurs d’alerte : 9 États européens sur 27 sont en règle

Lanceurs d’alerte : 9 États européens sur 27 sont en règle

La directive sur la protection des lanceurs d'alerte imposait comme date butoir de transposition par les États de l’Union européenne le 17 décembre 20...

Quels sont les sujets incontournables de l’été pour les DPO ?

Quels sont les sujets incontournables de l’été pour les DPO ?

Jérôme Deroulez, associé fondateur du cabinet Deroulez Avocats, revient pour Décideurs Juridiques sur les thèmes qui devraient occuper les délégués à...

Le réseau d’audit GMBA se dote d’un cabinet d’avocats

Le réseau d’audit GMBA se dote d’un cabinet d’avocats

Les six professionnels du cabinet Nosten Avocats ont rejoint en mai dernier le cabinet d’experts comptables GMBA, formalisant ainsi une collaboration...

Une gouvernance paritaire pour l’AFJE

Une gouvernance paritaire pour l’AFJE

Incarner la diversité des juristes d’entreprise pour mieux répondre aux défis du métier. C’est l’objectif que l’Association française des juristes d’e...

Oui, investir dans le Bitcoin peut être une bonne idée

Oui, investir dans le Bitcoin peut être une bonne idée

Longtemps mal vues des régulateurs car jugées trop volatiles, les monnaies virtuelles convainquent de plus en plus largement les investisseurs en quêt...

Brune Poirson (Accor) : "Le dialogue avec les gestionnaires d’actifs est crucial"

Brune Poirson (Accor) : "Le dialogue avec les gestionnaires d’actifs est crucial"

Directrice du développement durable au sein du groupe hôtelier Accor et présidente du jury du Prix de la Finance verte 2022, Brune Poirson évoque la m...

Lire plus d'actualités

Newsletter savoir pour agir

N'avancez plus à l'aveugle

Ne plus afficher ce message