Le private equity étend son emprise

Forts de leurs levées records, les fonds peuvent enfin concurrencer les corporates sur les grandes opérations. Mais leur influence ne se limite pas à l’argent. Au fil des ans, ils ont su tisser un réseau qu’ils utilisent maintenant pour imposer leurs vus.

Forts de leurs levées records, les fonds peuvent enfin concurrencer les corporates sur les grandes opérations. Mais leur influence ne se limite pas à l’argent. Au fil des ans, ils ont su tisser un réseau qu’ils utilisent maintenant pour imposer leurs vus.

Alors que de nombreux corporates se voyaient mettre la main sur les activités puces-mémoires de Toshiba, Bain Capital est venu jouer les trouble-fête en faisant monter les enchères à la dernière minute. En proposant dix-huit milliards de dollars, soit près de deux milliards de plus que la précédente offre, le fonds américain a montré la nouvelle force de frappe dont dispose le private equity. Mais le plus remarquable est le fait que Bain Capital ait réussi à former un consortium en attirant deux groupes de renom, Apple et Dell. Ce deal récent illustre parfaitement l’influence grandissante des fonds dans l’économie mondiale.

Force de frappe

En plus des 2 490 milliards de dollars d’actifs sous gestion, les fonds disposaient fin 2016 d’une poudre sèche de 1 500 milliards, dont 534 milliards pour les opérations de LBO. Une tendance qui n’est pas prête de s’arrêter au vu des montants levés en 2016 et 2017. Mais les acteurs du private equity ne limitent pas leur pouvoir à une question d’argent. Ils ont misé sur la construction d’un réseau puissant. Les trois principaux fonds américains (Blackstone, Apollo et Bain Capital) disposent par exemple d’un émissaire dans le conseil d’administration des principales sociétés d’outre-Atlantique.

Une nouvelle influence que peu d’élus se partagent, ce qu’illustre la concentration des montants levés. En 2016, dix fonds avait récoltés 26 % des actifs, contre seulement 19 % en 2014. Plus symptomatique, vingt sociétés représentaient 38 % du capital levé, contre 30 % en 2014. En France, le constat est identique. À eux trois, Astorg, Ardian et Antin Infrastructure Partners ont réalisé environ 70 % des levées. Une hégémonie qui risque de ne pas plaire au grand public même si les fonds communiquent de plus en plus pour redorer leur blason., Portés par les sucess stories, ils ont réussi à montrer qu’ils n’étaient pas là que pour gagner de l’argent mais pour créer de la « valeur », autrement dit de la croissance et des emplois. Des propos qu’ils peuvent étayer par des chiffres. En France, les entreprises accompagnées par un fonds affichent en moyenne une progression de leur activité deux fois supérieure au produit intérieur brut et crée six fois plus d’emplois que le secteur marchand.

Vincent Paes

Vous avez apprécié cet article ? Likez Magazine Décideurs sur Facebook !

retrouvez l'intégralité du dossier Les milliards du private equity

Les levées records réalisées au cours de l’été dernier ont une nouvelle fois placé le private equity sous le feu des projecteurs. Peu connu du grand public, ce secteur pâtit malheureusement d’une image négative, la surmédiatisation des « jumbos deals » et des fiascos financiers ayant contribué à alimenter les idées reçues. Ce dossier est l’occasion de démontrer que la plupart sont fausses ou inexactes.
Sommaire Private equity : une classe d'actifs de nouveau attractive Dominique Gaillard (Ardian) : « Nous assistons à une concentration du marché » Thierry Timsit (Astorg) : « Nous contribuons plus que d'autres à la croissance des entreprises » Valorisation : un difficile retour à la normale Jean-Marc Le Roux (Bain) : « Il vaut mieux parler de marché européen » Private equity : une internationalisation éclair Hélène Falchier (CNP Assurances) : « Les gérants ont fait des progrès en matière de reporting et de transparence » Paul Newsome (Unigestion) : « Une approche plus collaborative avec les GPs » Agnès Nahum (Access Capital) : « Nous assistons à une hausse des prix d’entrée sur le marché du buy-out »
Équipementiers télécoms : la guerre des trônes

Équipementiers télécoms : la guerre des trônes

Avec le déploiement de la 5G, la bataille pour la souveraineté s’est accentuée entre Européens, Américains et Chinois autour de Nokia, Ericsson et Hua...

Réforme de la fiscalité internationale : réelle révolution ou pavé dans la mare ?

Réforme de la fiscalité internationale : réelle révolution ou pavé dans la mare ?

S’il est un sujet qui aura fait couler beaucoup d’encre depuis le début de l’année 2021, c’est bien celui de la réforme de la fiscalité internationale...

Nicolas Julia (Sorare) : "Notre vision est de construire un champion mondial de l’entertainment sportif"

Nicolas Julia (Sorare) : "Notre vision est de construire un champion mondial de l’entertainment spor...

La start-up Sorare, qui développe un jeu de fantasy football permettant de collectionner des cartes numériques de football sous forme de jetons non fo...

Le mid-cap européen se réunit à Paris

Le mid-cap européen se réunit à Paris

Dans le cadre de la 21e édition du forum indépendant "European Midcap Event" qui se tiendra à Paris les 21 et 22 octobre prochains, près de 200 entrep...

Oliver Bäte (Allianz), la prime à la conversion

Oliver Bäte (Allianz), la prime à la conversion

PDG d’Allianz depuis 2014, Oliver Bäte poursuit l’expansion de son groupe d’assurance en Europe et en Afrique de l’Est. Très impliqué sur les sujets...

30 milliards d’euros pour la France de 2030

30 milliards d’euros pour la France de 2030

Mardi 12 octobre, Emmanuel Macron présentait un programme de dix objectifs pour garantir à la France une croissance pérenne et gagner en souveraineté....

O. Lenel (Mazars En France) : "81 % des Français estiment que les entreprises ont le pouvoir de changer les choses"

O. Lenel (Mazars En France) : "81 % des Français estiment que les entreprises ont le pouvoir de chan...

Mazars en France a donné la parole à 2 143 Français concernant leurs attentes vis-à-vis des entreprises en 2021, dans un contexte de sortie de crise....

Thomas Strüngmann, son investissement dans BioNTech l'a rendu milliardaire

Thomas Strüngmann, son investissement dans BioNTech l'a rendu milliardaire

Investir dans BioNTech avant la pandémie rapporte gros. Ce n'est pas Thomas Strüngmann qui dira le contraire. Le vaccin anti-covid développé par la fi...

Lire plus d'actualités

Newsletter savoir pour agir

N'avancez plus à l'aveugle

Ne plus afficher ce message

Ce site utilise des cookies. En continuant la navigation, vous acceptez nos conditions d'utilisation des cookies.
Plus d'informations

J'accepte