Le nouveau capitalisme selon Larry Fink

Le nouveau capitalisme selon Larry Fink

L'emblématique patron de BlackRock a adressé en janvier sa lettre annuelle. L'occasion de défendre un capitalisme nouveau, engagé, responsable et à bénéfices mutuels. Politique honnête ou réponse aux détracteurs ?

La lettre annuelle de Larry Fink de 2021 alertait sur la situation climatique et demandait aux dirigeants des sociétés dont BlackRock est actionnaire de renforcer leur lutte contre les discriminations raciales. Prônant cette année "un capitalisme des parties prenantes", le ton de sa missive s’annonce plus nuancé en 2022.

Des adaptations intéressées

Le monde du travail actuel implique certaines adaptations, voire un renouveau dans la définition du capitalisme. Telle est la position du PDG de BlackRock. Sa perception implique "la prise en compte de l'ensemble des parties prenantes et la nécessité d’être apprécié par ces dernières, afin de générer de la valeur à long terme pour ses actionnaires". Une relation reposant sur l’adaptation aux attentes des salariés ayant émergé avec la pandémie, telles que le télétravail ou la santé mentale, afin d’accéder à de meilleurs bénéfices.

"Si les entreprises ne s’adaptent pas, les profits ne suivront pas"

Larry Fink considère la raison d’être d’une entreprise comme seule source fiable et éthique pour les collaborateurs, s’opposant en cela aux canaux traditionnels (médias, ONG ou pouvoirs publics). Le patron met en garde : si les entreprises ne s’adaptent pas, les profits ne suivront pas. Indirectement, l’homme qui pèse plus de 10 000 milliards de dollars répond aux organisations environnementales et féministes que son capitalisme n’est pas "politiquement correct", mais qu’il repose sur "des relations mutuellement bénéfiques entre vous et vos salariés, clients, fournisseurs et les communautés dont dépendent votre entreprise pour prospérer". Après l’onde de choc qu’avaient provoquée les témoignages d’ex-salariés sur la discrimination raciale et le harcèlement sexuel en interne, le groupe était passé à l’offensive en dévoilant sa politique de diversité.

Véritable démarche ISR ou greenwashing ?

Il y a deux ans, le leader mondial de la gestion d’actifs plaçait les problématiques liées au climat en priorité au coeur de sa stratégie. Misant sur son positionnement et sa puissance financière, et s’engageant sur l’exclusion des principaux émetteurs de CO2 de ses portefeuilles et l’alignement à l’objectif de l’Accord de Paris, les déclarations de Larry Fink avaient réjoui organisations et clients. Réfuté par plusieurs groupes d’activistes écologistes sur son manque d’actions qui contredirait ses beaux discours, le PDG nuance désormais ses propos. Les limites des projets ambitieux du géant de la finance - notamment le décalage entre ses déclarations et la réalité-, n’ont pas échappé aux ONG, qui dénoncent le recours au greenwashing.

"Larry Fink se veut plus réaliste"

Dans sa lettre récemment adressée aux dirigeants d’entreprises, Larry Fink se veut plus réaliste, mettant en avant un rythme de changement différents selon les pays et marchés, des avancées qui prennent du temps et qui "ne se feront pas du jour au lendemain". Il ne fait pas l’impasse sur la décarbonisation de ses portefeuilles et reconnaît qu’un "désengagement complet de ces industries n’engendrera pas un résultat zéro émission nette". Il précise par ailleurs que BlackRock encourage et soutient les entreprises en transition écologique, position justifiée par la présence reprochée de sociétés pétrolières et gazières au sein des investissements. Enfin, le PDG maintient son positionnement sur les votes en assemblée générale en invitant les investisseurs – même particuliers – à demander à leur gestionnaire d’actifs d’être plus impliqués lors des processus de vote. Véritables engagements ou lettre déguisée aux détracteurs, Larry Fink fait passer un message clair : les organisations non gouvernementales ne dicteront pas les politiques adoptées par le groupe.

Marine Fleury

Vous avez apprécié cet article ? Likez Magazine Décideurs sur Facebook !

retrouvez l'intégralité du dossier Capitalisme responsable : le coeur est la raison

Un capitalisme qui prenne en compte toutes les parties prenantes (salariés, fournisseurs, actionnaires, clients...) et s’inscrive dans une démarche environnementale durable ? C’est possible et même rentable. Le mouvement enclenché par certains actionnaires, représentants des pouvoirs publics et entreprises s’intensifie. Tour d’horizon d’engagements concrets en la matière.
Sommaire M. Vial (APE) : "Nous avons créé une charte RSE" BPE : "La proximité des investissements dans le territoire est essentielle" Capitalisme responsable, ce n'est qu'un début Hubert Joly : "Le monde tel qu’il existe ne marche pas" Transition environnementale et stabilité économique : l'impossible équation ? Gestion d’actifs, le virage responsable F. Lemery (Legrand) : "La performance RSE du groupe aide la performance financière" Frédérique Giavarini (Nature et Découvertes) : "La raison d'être est une boussole" C. de La Marnierre (ICR) : "Je crois à la politique des petits pas"
B. Stangl (Alcatel-Lucent Enterprise) : "Dans un contexte mondial tendu, nos équipes doivent travailler main dans la main"

B. Stangl (Alcatel-Lucent Enterprise) : "Dans un contexte mondial tendu, nos équipes doivent travail...

En tant que directeur financier d'Alcatel-Lucent Enterprise, Bernd Stangl est responsable des finances, de la fiscalité, de la comptabilité, de l'audi...

Dossier spécial : Le private equity de demain

Dossier spécial : Le private equity de demain

La rédaction de Décideurs Corporate Finance a sélectionné les étoiles montantes de l'univers du capital-investissement ainsi que la nouvelle génératio...

Virginie Morgon, globe-trotteuse performante et engagée

Virginie Morgon, globe-trotteuse performante et engagée

Figure incontournable parmi les grands influenceurs économiques de la planète, Virginie Morgon se démarque autant par ses résultats probants à la tête...

Oui, investir dans le Bitcoin peut être une bonne idée

Oui, investir dans le Bitcoin peut être une bonne idée

Longtemps mal vues des régulateurs car jugées trop volatiles, les monnaies virtuelles convainquent de plus en plus largement les investisseurs en quêt...

Brune Poirson (Accor) : "Le dialogue avec les gestionnaires d’actifs est crucial"

Brune Poirson (Accor) : "Le dialogue avec les gestionnaires d’actifs est crucial"

Directrice du développement durable au sein du groupe hôtelier Accor et présidente du jury du Prix de la Finance verte 2022, Brune Poirson évoque la m...

Comment améliorer le recouvrement au niveau de son entreprise ?

Comment améliorer le recouvrement au niveau de son entreprise ?

En entreprise, les impayés sont plutôt courants et il n’est pas toujours facile d’encaisser 100% de son chiffre d’affaires. Or, les retards de paiemen...

E. de Bettignies (Advancy) : "Pour survivre, il est essentiel que les entreprises se transforment"

E. de Bettignies (Advancy) : "Pour survivre, il est essentiel que les entreprises se transforment"

Avec 230 consultants, 25 associés et dix bureaux dans le monde, Advancy a réalisé, en 2021, 55% de croissance. Quelle est la recette de ce pure player...

Dans la finance, l’inégalité salariale femmes-hommes ne s’efface pas

Dans la finance, l’inégalité salariale femmes-hommes ne s’efface pas

Pour les femmes, le secteur de la finance est plus inégalitaire que la moyenne française en termes de rémunération. Des inégalités particulièrement vi...

Lire plus d'actualités

Newsletter savoir pour agir

N'avancez plus à l'aveugle

Ne plus afficher ce message