Le modèle économique des cabinets d’avocats à l’épreuve du Covid-19

Le modèle économique des cabinets d’avocats à l’épreuve du Covid-19

Peu de salariés, des coûts fixes élevés, une trésorerie érodée… Les cabinets d’avocats sont touchés de plein fouet par la crise sanitaire. Et si l’épidémie de Coronavirus amenait la profession à repenser son modèle économique ?

Les entreprises françaises ont immédiatement mis en place les mesures de confinement demandées par l’exécutif. Chômage partiel et télétravail sont devenus la norme tandis-que les activités et dépenses considérées comme non-essentielles sont mises en suspens. Ajoutée à la fermeture temporaire des services accueillant du public et à la quasi-immobilisation des transports, cette contraction a conduit Bruno Le Maire à estimer que seules 25% des capacités industrielles du pays seraient aujourd’hui utilisées.

Les cabinets d’avocats, comme les autres prestataires de services, n’échappent pas aux répercussions de ce coup d’arrêt, mais l’analyse doit tenir compte de la physionomie particulière de ces structures qui, pour l’essentiel, ne sont pas éligibles aux mesures de flexibilité mises en place par le gouvernement.

Peu de salariés, de collaborateurs libéraux

S’agissant d’abord des avocats eux-mêmes, d’après les statistiques du Ministère de la Justice au 1er janvier 2019, seulement 4% d’entre eux exercent en qualité de salariés ; il s’agit essentiellement des anciens conseils juridiques qui ont souhaité conserver le régime salarié tout en devenant avocat lors de la fusion entre les deux professions. Ainsi, 96% des avocats exercent à titre individuel, en qualité d’associés ou de collaborateurs libéraux.

Quant au personnel des cabinets d’avocats, les chiffres obtenus quelques années après la crise financière de 2008 indiquaient que seuls 2% des cabinets compteraient plus de onze salariés. De fait, la mesure de chômage partiel financée par l’État est privée d’une grande partie de son intérêt.

Une impossible adaptation à une suspension temporaire de l’activité

Par ailleurs, les cabinets n’ont presque que des coûts fixes. Il s’agit essentiellement des rétrocessions des collaborateurs, des salaires, loyers, équipements et charges courantes. Ils ne peuvent donc pas être temporairement modulés à la baisse lorsque l’activité accuse une contraction. Les cabinets d’avocats français vont donc devoir fournir un conséquent effort de trésorerie pour survivre au coup d’arrêt économique causé par le Covid-19, effort qu’ils ne pourront d’ailleurs probablement pas compenser immédiatement lors de la reprise. La situation est d’autant plus inextricable que rompre un contrat de collaboration, solution parfois imposée en période de crise, n’exempt pas le cabinet de payer trois mois de rétrocession minimum à chaque collaborateur remercié (ce préavis atteint même six mois pour les collaborateurs ayant six années d’ancienneté), ce qui prive cette mesure de tout intérêt si l’activité économique est seulement ralentie ou arrêtée pendant la durée du confinement. Quant au temps partiel, il doit être accepté par le collaborateur et ne peut pas lui être imposé.

Difficile pour les cabinets d'avocats de recourir au chômage partiel. 4% seulement des avocats sont salariés

Certains cabinets auront d’autant plus de mal à traverser cette période qu’ils ont spontanément suspendu leurs activités pour manifester contre la réforme des retraites pendant presque deux mois, ce qui a fortement érodé la trésorerie existante et les rend encore plus vulnérables aujourd’hui. Les cabinets d’avocats sortiront donc affaiblis de cette crise et ceux qui n’auront pas les ressources suffisantes pour tenir le choc auront plus que jamais besoin de l’aide des banques pour se rétablir. Enfin, la disparition des cabinets les plus faibles générera une contraction de concurrence qui bénéficiera de facto aux cabinets les mieux organisés et les plus solides.

Une remise en cause du statut de collaborateur ?

En définitive, cette période sera peut-être l’occasion pour les avocats, comme les autres entreprises françaises, de repenser leur modèle économique. Cela inclut notamment la délicate question du statut du collaborateur libéral qui, vestige de l’histoire, a le lien de subordination, les fonctions, la rémunération et les responsabilités du salarié sans toutefois bénéficier de ses avantages. C’est ce statut qui, pour les mêmes raisons, ne trouve plus aucune justification juridique valable et empêche aujourd’hui les cabinets de réduire la voilure en recourant au chômage partiel.

Si la tendance actuelle avait été inversée, 29,5% des avocats, soit 20 212 personnes, seraient éligibles au chômage partiel et les cabinets auraient pu subir plus sereinement la période de ralentissement causée par le Covid-19. Certains s’en souviendront peut-être en tirant les leçons de cette crise sanitaire.

Thibaut Gribelin, Avocat au Barreau de Paris, spécialisé en assurance et fraude financière.

Vous avez apprécié cet article ? Likez Magazine Décideurs sur Facebook !

retrouvez l'intégralité du dossier Gestion de crise : Challenges et solutions

PDG, directeurs financiers, DRH, patrons d’institutions publiques...
Depuis plusieurs semaines, ils montent au front pour répondre à la crise liée au Covid-19. Le confinement ne sera-t-il qu’une douloureuse parenthèse ou faut-il s’attendre au pire? Les dirigeants se préparent aux différents scénarios. Aux commandes d'une entreprise, ils mobilisent leur capital financier et humain. À la tête d'une institution, ils s’organisent afin d’assurer la continuité de leurs missions. Tous prennent conscience qu’une autre façon de travailler est possible et surtout nécessaire pour résister à
la tempête.
Sommaire Private Equity : le marché au point mort ? Entretien avec Paul-Louis Netter, président du tribunal de commerce de Paris O.Vaury (ManoMano) : "La crise du Covid-19 va accélérer la digitalisation du marché" P.Deheunynck (Engie) : "Nous mettons à profit l'expérience acquise sur les premières zones impactées" D. Mahé (Human & Work): "L'État n'est pas le père Noël" L.Margueritte (Ciri) : "Nous ne vivons pas une situation de rupture d’accès au crédit" O. Saguez (Saguez & Partners) : "Cette période est l’occasion d’inventer un nouveau monde" V. Carreau (Comet Meetings) : "Si les équipes sortent démotivées, la machine ne repartira pas" O. Buquen (Chargeurs) : "Cette activité de fabrication de masques sera pérenne"
Un petit quiz avant l'été ?

Un petit quiz avant l'été ?

Le conseil de la rédaction pour des vacances sereines et reposantes ? Vérifier que l'actualité des six derniers mois est bien maîtrisée. À vous de jou...

Les professionnels de la gestion de patrimoine face à la réforme du label ISR

Les professionnels de la gestion de patrimoine face à la réforme du label ISR

Le nouveau comité du label investissement socialement responsable (ISR), présidé par Michèle Pappalardo, travaille à sa modernisation. Les grandes lig...

Lanceurs d’alerte : 9 États européens sur 27 sont en règle

Lanceurs d’alerte : 9 États européens sur 27 sont en règle

La directive sur la protection des lanceurs d'alerte imposait comme date butoir de transposition par les États de l’Union européenne le 17 décembre 20...

Quels sont les sujets incontournables de l’été pour les DPO ?

Quels sont les sujets incontournables de l’été pour les DPO ?

Jérôme Deroulez, associé fondateur du cabinet Deroulez Avocats, revient pour Décideurs Juridiques sur les thèmes qui devraient occuper les délégués à...

Le réseau d’audit GMBA se dote d’un cabinet d’avocats

Le réseau d’audit GMBA se dote d’un cabinet d’avocats

Les six professionnels du cabinet Nosten Avocats ont rejoint en mai dernier le cabinet d’experts comptables GMBA, formalisant ainsi une collaboration...

Une gouvernance paritaire pour l’AFJE

Une gouvernance paritaire pour l’AFJE

Incarner la diversité des juristes d’entreprise pour mieux répondre aux défis du métier. C’est l’objectif que l’Association française des juristes d’e...

Oui, investir dans le Bitcoin peut être une bonne idée

Oui, investir dans le Bitcoin peut être une bonne idée

Longtemps mal vues des régulateurs car jugées trop volatiles, les monnaies virtuelles convainquent de plus en plus largement les investisseurs en quêt...

Brune Poirson (Accor) : "Le dialogue avec les gestionnaires d’actifs est crucial"

Brune Poirson (Accor) : "Le dialogue avec les gestionnaires d’actifs est crucial"

Directrice du développement durable au sein du groupe hôtelier Accor et présidente du jury du Prix de la Finance verte 2022, Brune Poirson évoque la m...

Lire plus d'actualités

Newsletter savoir pour agir

N'avancez plus à l'aveugle

Ne plus afficher ce message