Le marketeur est nu

Le marketeur est nu

Les technologies devaient transformer l'art du marketing en une science exacte. Qu'en est-il vraiment ?

Sortis de l’ombre
Perçus comme créatifs, libres de mener leur tambouille tant que les résultats suivaient, voici les marketeurs confrontés à la froide réalité du chiffre. Nus devant les montagnes de données qui leur sont exposées et qui deviennent accessibles à tous. Pour ne rien arranger, les outils de mesure de retour sur investissement se multiplient, se structurent. La magie est dévoilée.

Il serait trop facile pourtant de considérer que le métier soit devenu inutile, absorbé par la technologie. Le simple fait que certaines directions performent mieux que d’autres indique qu’il y a plus à cela. « Le marketing est trop important pour être laissé au département marketing », disait David Packard, le fondateur visionnaire de HP. Outre une connaissance très fine de son marché, le marketeur qui s’en sortira le mieux est celui qui aura développé les relations les plus abouties avec ses équipes commerciales, la distribution, les chefs de projets. C’est aussi celui qui aura la connaissance la plus poussée des technologies disponibles sur son marché. Sans oublier une bonne dose de créativité et d’intuition.

Le problème avec le digital
Les promesses du marketing digital sont identifiées depuis longtemps : ciblage de plus en plus précis, timing et contextualisation des campagnes, suivi et personnalisation des messages. Elles sont tellement bien intégrées qu’au niveau global les dépenses de marketing digital n’ont cessé de croître, jusqu’à atteindre désormais un quart des dépenses totales de communication des marques.

L’expertise du chief marketing officer est essentielle dans cette phase transitoire où il est question de structurer son dispositif et d’investir dans les technologies les plus efficaces. La facture peut vite grimper. Pour chaque euro dépensé en marketing digital, il est estimé que 75 centimes sont alloués à la technologie plutôt qu’à l’achat d’espaces. Soit le rapport inverse de la publicité télévisée. Autre problème, l’Interactive Advertising Bureau (qui fédère les acteurs de la publicité sur internet) estime qu’un tiers environ du trafic internet est frauduleux, et donc inutile. Devant ces doutes et tant d’investissements à consentir, beaucoup de directions préfèrent s’en tenir à une communication plus traditionnelle. La télévision, le papier et la radio ont fait leurs preuves après tout.

Une couche supplémentaire de conseils
C’est pourtant sur leurs navigateurs ou sur leurs mobiles que se trouvent les consommateurs d’aujourd’hui et de demain. Une marque innovante ne peut se passer de ces relais de croissance. Il n’est pas évident de s’en sortir quand ce sont des dizaines d’interlocuteurs qui commercialisent leurs solutions, chacun avec sa spécialité. Des géants mondiaux comme Oracle, Adobe et Salesforce, ou des acteurs du commerce comme Amazon et La Poste s’inscrivent sur toute la chaîne de valeur avec des offres structurantes. Une pléthore d’équipes et de start-up proposent des solutions de rupture, allant toujours plus loin dans la technicité et la sophistication.

En marge des grands intégrateurs et leaders du conseil, un marché intermédiaire assez vaste s’est créé pour l’accompagnement des directions marketing. Des cabinets comme Augusta se sont positionnés à la frontière des technologies et du conseil en stratégie. Ils accompagnent les directions (dans le secteur de la distribution, notamment) dans la définition et la mise en œuvre de leur stratégie data marketing, ainsi que dans le choix des solutions technologiques les plus adaptées. Même les grands groupes, pourtant équipés, sont demandeurs.

DSI, la fausse concurrence. Vers un chief growth officer.
Les multiples points d’interaction avec les consommateurs font que le marketing est désormais de la responsabilité de chacun. Comme le CMO ne peut être partout à la fois, il faudra s’attendre à un partage des rôles ou à la création de rôles hybrides. On a beaucoup parlé du chief digital officer. À mi-chemin entre le marketing et la DSI, le poste se développe alors que les entreprises amorcent leur mutation numérique.

On a aussi vu l’éclosion de chief growth officers (CGO), notamment dans le secteur de la communication (comme Laura Maness chez Havas US ou Stephan Beringer chez Vivaki). Leur positionnement ? Entre le CEO et le CMO. Ils sont en charge du développement de la marque et de la croissance de leurs employeurs. Mais n’est-ce pas ce qu’on attend du marketing ?



Voir aussi : Didier Truchot (Ipsos) : « L'analyse d'une marque n'a d'intérêt que sur la durée »


Pierre-Henri Kuhn

Vous avez apprécié cet article ? Likez Magazine Décideurs sur Facebook !

Sido Lyon 2022, le plus gros point de ralliement des professionnels de la tech en France

Sido Lyon 2022, le plus gros point de ralliement des professionnels de la tech en France

Les 14 et 15 septembre prochains, acteurs publics et privés de l’écosystème tech seront les bienvenus au Sido Lyon 2022. Deux jours de pointe pour un...

Oui, investir dans le Bitcoin peut être une bonne idée

Oui, investir dans le Bitcoin peut être une bonne idée

Longtemps mal vues des régulateurs car jugées trop volatiles, les monnaies virtuelles convainquent de plus en plus largement les investisseurs en quêt...

Ce qui change dans le règlement relatif aux dispositifs médicaux

Ce qui change dans le règlement relatif aux dispositifs médicaux

Entré en application le 26 mai 2021, le nouveau règlement européen relatif au contrôle renforcé des dispositifs médicaux (DM) sème le trouble auprès d...

STMicroelectronics et GlobalFoundries fondent en France une méga-usine de puces

STMicroelectronics et GlobalFoundries fondent en France une méga-usine de puces

Portée par un investissement de 5,7 milliards d'euros financé en partie par l’État, avec, à la clé, la création de plus de 1000 postes, la méga-usine...

Fondation Cherqui : du médicament générique à une collection unique

Fondation Cherqui : du médicament générique à une collection unique

À Aubervilliers, les immenses entrepôts des anciens laboratoires de l’entreprise pharmaceutique de Jean Cherqui, initiateur des premiers médicaments g...

Vestack : moduler le futur de la construction

Vestack : moduler le futur de la construction

Chaque semaine, Décideurs vous propose un focus sur une start-up prometteuse ou un acteur incontournable de la tech française. Aujourd’hui : Vestack.

Advens, success story de la cybersécurité française

Advens, success story de la cybersécurité française

Alexandre Fayeulle président et fondateur d’Advens, success story française dans l’univers de la cybersécurité, revient sur ses initiatives RSE et la...

Santé de demain : l'Eldorado des données

Santé de demain : l'Eldorado des données

Données publiques ou données privées ? Altruisme des données ou consentement éclairé de leur partage ? Alors que patients et professionnels de la sant...

Lire plus d'actualités

Newsletter savoir pour agir

N'avancez plus à l'aveugle

Ne plus afficher ce message