Le marché de l'art se démocratise

Le marché de l'art se démocratise
Nolan-Frederick Darmon, fondateur, NexeArt Capital - Expert Art contemporain et urbain, C.E.C.O.A

La Bourse dévisse mais le marché de l’art enregistre des résultats records sur le marché de l’art contemporain, comme en témoigne l’achat de l’œuvre de JonOne "Struck by a blue light" conseillée par NexeArt Capital en 2020 pour 33 000€ et qui en vaut désormais 120 000€. Alors que les indices plongent à Londres, Paris et Wall Street, le secteur de l’art réaffirme sa position de valeur refuge, décorrélé des marchés financiers.

Marché à part entière, de dimension mondiale, l’art jouit d’une immensité tant dans les courants (ancien, moderne, contemporain) que sur les médiums. Avec une fiscalité qui lui est propre, ces solutions de financement avantageuses offrent à tout investisseur une diversité de choix propices aux investissements, en plus, souvent meilleurs selon les objectifs patrimoniaux que ceux des investissements classiques en non côté.

Un marché qui se démocratise

Ce marché, vieux comme Hérode, cultive une stabilité capable de générer des gains tant sur le court terme si l’acheteur est positionné sur une œuvre authentique d’un artiste connu avec un prix inférieur à celui du prix de marché ; que sur le moyen terme pour les plus connaisseurs, intéressés par une œuvre dans l’ère du temps ; voire sur le long terme, où 10 000 euros investis en 1982 sur un Basquiat valent 35 millions d’euros. Ces montants parlent d’eux-mêmes et la forte croissance du marché de l’art n’est plus à prouver. Bien que l’art reste un cercle fermé aux aficionados et à quelques investisseurs fortunés en quête de diversification, force est de constater que ce marché est l’un des moins connus. Grâce à un contexte marqué par la démocratisation, l’accès à l’information rapide, les ventes en direct et la mondialisation du marché les œuvres deviennent de plus en plus accessibles avec des tickets d’entrée relativement bas. Dans tous les cas, passionné ou non, la tête d’épingle de ce marché reste le conseil, pouvant aller par un conseiller en gestion de patrimoine spécialisé ou encore une société spécialisée en Investissement en art telle que NexeArt Capital

Des avantages multiples

Acquérir une œuvre d’art est un axe intéressant pour diversifier son patrimoine. Investir sur ce marché permet de combiner passion et rendement avec une fiscalité particulièrement attractive. Les épargnants aguerris connaissent l’importance de la diversification pour réduire le risque. L’art est une valeur sure et décorrélée des marchés financiers. 

"Acheter une œuvre n’a rien à voir avec les placements classiques, bien souvent volatils ou liquides"

Ainsi, ces actifs peuvent s’avérer être une protection aux fluctuations boursières et à l’inflation, ce qui en fait un outil serein et pérenne. De plus, l’art est un actif tangible, sûr et dont nous sommes propriétaires. Acheter une œuvre n’a rien à voir avec les placements classiques, bien souvent volatils ou liquides. Tout comme la pierre, ce type d’investissement répond à des objectifs à court, moyen ou long terme. A la différence que nous détenons l’œuvre chez soi et pour une durée illimitée, ce qui peut faire monter sa valeur pour d’éventuels rendements futurs.

Outre les avantages financiers, les œuvres d’art ont une fiscalité intéressante car elles ne sont pas concernées par l’impôt sur la fortune immobilière (IFI).

Pour un particulier, lors de la revente d’un tableau, trois cas se présentent :

- Si le prix de la revente est inférieur à 5 000 euros, il n’y aura aucune imposition sur la plus-value ;

- Si un particulier souhaite vendre son œuvre au cours des vingt-deux premières années de détention, il sera appliqué une taxation de plus-value de 6,5 % sur le prix de revente ;

- Enfin, si le vendeur peut justifier de plus de vingt-deux années de détention lors de la vente de son œuvre, il n’y aura aucune taxation sur la plus-value. 

Si pour certains, l’art est un marché très peu liquide, d’autres diront que c’est un marché difficile d’accès. Cela peut en effet être le cas si l’acheteur n’est pas correctement conseillé.

Considéré comme inaccessible, le secteur de l’art se démocratise pourtant et offre de belles perspectives sur le non côté avec des revenus intéressants. Les œuvres d’art constituent une classe d’actifs à part entière et deviennent un placement financier incontournable pour tous les avantages évoqués, dans une démarche de diversification patrimoniale et d’allocation d’actifs sur le non côté. 

Nolan-Frederick Darmon, fondateur, NexeArt Capital - Expert Art contemporain et urbain, C.E.C.O.A

Vous avez apprécié cet article ? Likez Magazine Décideurs sur Facebook !

retrouvez l'intégralité du dossier L'art a la cote

Anciennement  l'apanage  des  grandes  fortunes,  l’art  s’est  progressivement  démocratisé  pour  se  rendre  accessible  à  tous.  Malgré le contexte sanitaire,  le  marché  a  su  démontrer son dynamisme et sa capacité à rebondir. Mêlant investissement et plaisir, l’art comme  actif  n’a  pas  été  délaissé,  bien  au  contraire.  Il  tient  les  promesses  faites  à  ceux  qui  saisissent  la  chance d’investir sur des œuvres qui ont la cote. En dépit de ses attraits, les risques inhérents à cet univers nécessitent d’avoir recours à des spécialistes qui accompagneront les passionnés dans la compréhension de toutes ses subtilités.
Sommaire Chaque dessin est une œuvre d’art originale et unique B. Bourdon (Brafa) : "Faire ce qu’il y a de mieux pour le marché de l’art en Belgique" Pierre Rosenberg : "L’art est ma raison de vivre" H. d'Ursel : "L’art va au-delà de l’investissement, il relève d'une passion quotidienne" A. Berès (Galerie Berès) : "Nous investissons dans une œuvre pour nous faire plaisir" E. Maréchaux Laurentin : "Il est difficile aujourd’hui pour un collectionneur d’acheter des peintures d’artistes russes" Art et Finance : le multi-family office de l’art Fondation Cherqui : du médicament générique à une collection unique
Tour de tables, les pieds dans l’eau

Tour de tables, les pieds dans l’eau

L’été, une pause s’impose. Alors que le thermomètre grimpe et que l’activité lève le pied, on prend enfin le temps de savourer. L’œil rivé vers l’hori...

Chambres avec vue : nos meilleures destinations

Chambres avec vue : nos meilleures destinations

Hôtels avec rooftop select, cimes montagneuses, penthouse sarde dominant la mer. Cet été, on prend de la hauteur pour mieux respirer et bénéficier de...

Maison Henriot, chai d’œuvre

Maison Henriot, chai d’œuvre

Depuis plus de deux siècles, la maison Henriot cultive sa passion de la vigne et sa fierté du produit. Plus soucieuse de qualité que de volumes, elle...

Jaguar F-Type, sportive et hyper puissante

Jaguar F-Type, sportive et hyper puissante

Modèle emblématique du prestigieux constructeur britannique, cette sportive se pare régulièrement de nouveaux atours. Sans jamais décevoir. La version...

Fondation Cherqui : du médicament générique à une collection unique

Fondation Cherqui : du médicament générique à une collection unique

À Aubervilliers, les immenses entrepôts des anciens laboratoires de l’entreprise pharmaceutique de Jean Cherqui, initiateur des premiers médicaments g...

L'art, un investissement méconnu

L'art, un investissement méconnu

Anciennement apanage des grandes fortunes, l’art s’est progressivement démocratisé pour se rendre accessible à tous. Malgré le contexte sanitaire, le...

À la découverte des vignobles tourangeaux

À la découverte des vignobles tourangeaux

Terres de patrimoine et d’histoire, la Touraine est un terrain de jeu formidable pour les amateurs de vin. Parmi une centaine de caves, Décideurs a fa...

Livres : la sélection du mois de juillet

Livres : la sélection du mois de juillet

De la BD, un zeste d’histoire, une pincée de politique : voici quatre livres qui retiennent l’attention de la rédaction.

Lire plus d'actualités

Newsletter savoir pour agir

N'avancez plus à l'aveugle

Ne plus afficher ce message