Le legal design : un tournant pour les juristes

Apparu en 2014 aux États-Unis, le legal design, méthode d’innovation juridique centrée sur l’utilisateur qui permet la création de documents juridiques accessibles, actionnables et engageants, connaît un véritable essor international, notamment en France où il est démocratisé par certains acteurs à travers de nombreux projets. Explications en images.

© DDP Law

legal design

Apparu en 2014 aux États-Unis, le legal design, méthode d’innovation juridique centrée sur l’utilisateur qui permet la création de documents juridiques accessibles, actionnables et engageants, connaît un véritable essor international, notamment en France où il est démocratisé par certains acteurs à travers de nombreux projets. Explications en images.

Le legal design est un phénomène mondial en plein essor qui se développe en France à travers des ateliers, expositions, conférences, organisés par de nombreux acteurs du monde du droit.C’est dans ce contexte que s’est tenue le 9 septembre dernier la deuxième édition du Legal Design Exhibition, lancée par Marie Potel-Saville, fondatrice de Amurabi, première agence française de conseil aux entreprises dédiée au legal design à s’être installée en France. Une exposition qui traduit la volonté de l’organisatrice de promouvoir ce concept encore nouveau, tout en rappelant la place devenue centrale de l’utilisateur, expression utilisée pour parler des destinataires de ce service dans le jargon technique.

Combler le fossé

Présenté comme une solution innovante face à la rigidité du droit, le legal design s’inscrit dans une démarche de transformation digitale du droit. Les juristes collaborent désormais avec des designers afin de présenter la matière juridique sous forme visuelle, plus accessible et intelligible que des textes. Une révolution dans la manière dont les juristes et avocats présentent et offrent leurs services. « En droit, le professionnel a une posture d’autorité, souligne Karl Pineau, cofondateur du collectif des Designers Éthiques. Avec le design, c’est le contraire : il faut s’effacer et laisser la place aux utilisateurs. »

Une posture observée également par l’avocate Sophie Lapisardi : « Ce qui change, c’est la prise en compte des besoins du client dans une vision horizontale de la relation client-avocat. » La spécialiste du droit public a entièrement intégré le legal design dans sa pratique. Autre avantage de cette méthode : la mise en image permet de combler le fossé avec les non-initiés au droit qui bénéficient ainsi d’une simplification de la règle juridique.

 

Empathie et créativité

Le legal design est souvent résumé de façon réductrice à la présentation d’images ou d’objets sous une forme esthétique. C’est l’idée que propagent les détracteurs de ce nouvel outil : l’expertise du juriste serait ainsi occultée voire niée. C’est un tort. En réalité, cette manière de penser et concevoir le droit impose un travail rigoureux et complet qui nécessite des compétences pluridisciplinaires au-delà de l’effet visuel. « Le legal design, ce n'est pas seulement des schémas ou des pictogrammes, souligne Sophie Lapisardi. C’est un état d'esprit et une méthode qui va au-delà de l'esthétique ou de la simplification. Le travail juridique est complet. » Le spécialiste du droit rajoute à son expertise deux éléments essentiels du « design thinking », cette gymnastique intellectuelle visant à se mettre à la place de son interlocuteur afin de comprendre ses besoins : l’empathie et la créativité. L’expertise ne suffit plus. Le juriste doit être capable de cerner les attentes de l’utilisateur et d’y répondre avec clarté, concision et efficacité. Il développe ce que l’avocate en droit public nomme les « soft skill : des compétences comportementales, transversales et humaines qui nous permettent d’évoluer et de nous adapter dans un contexte en constante évolution. C’est l’art de nouer et développer des relations positives, constructives et fructueuses avec d’autres personnes », le plus souvent non-juristes.

« Avec le legal design, le directeur juridique présente une maquette à ses opérationnels ou à sa direction compréhensible par tous », résume Sophie Lapisardi. Reste que si le legal design peut s’appliquer à n’importe quel document ou procédure juridique, n’importe quel juriste n’est pas fait pour le legal design.

Yannick Tayoro et Romane Gagnant

Vous avez apprécié cet article ? Likez Magazine Décideurs sur Facebook !

Paris Pro Bono Day : Passage à la vitesse supérieure

Paris Pro Bono Day : Passage à la vitesse supérieure

Dans le cadre de l’European Pro Bono Week, le cabinet Reed Smith organisait son premier Pro Bono Day le 6 novembre dernier. L’occasion de réunir le te...

Sarah Lenoir, l’anticipatrice

Sarah Lenoir, l’anticipatrice

Counsel au sein du cabinet Osborne Clarke, Sarah Lenoir est l'une des 30 avocat.e.s du barreau d'affaires édition 2019 sélectionnée pour incarner la r...

Laure Hosni, coach des restructurations

Laure Hosni, coach des restructurations

Counsel au sein du cabinet August Debouzy, Laure Hosni est l'une des 30 avocat.e.s du barreau d'affaires édition 2019 sélectionnée pour incarner la re...

Matthias Pujos, avocat martial

Matthias Pujos, avocat martial

Fondateur du cabinet Pujos Avocats, Matthias Pujos est l'un des 30 avocat.e.s du barreau d'affaires édition 2019 sélectionné pour incarner la relève.

Olivier Dorgans, architecte du droit

Olivier Dorgans, architecte du droit

Counsel au sein du cabinet Hughes Hubbard & Reed, Olivier Dorgans est l'un des 30 avocat.e.s du barreau d'affaires édition 2019 sélectionné pour i...

Dossier. Avocats d'affaires, la relève 2020

Dossier. Avocats d'affaires, la relève 2020

Ils ont prêté serment, ils l’ont juré. Tous devenus avocats entre 2002 et 2013 – ce qui représente une moyenne d’exercice de dix ans –, ils constituen...

Vladimir Rostan d’Ancezune, le goût du risque

Vladimir Rostan d’Ancezune, le goût du risque

Associé de Dac Beachcroft France, Vladimir Rostan d'Ancezune est l'un des 30 avocats du barreau d'affaires édition 2019 sélectionné pour incarner la r...

Anne-Sophie Noury, logique, patience et persévérance

Anne-Sophie Noury, logique, patience et persévérance

Cette associée chez Weil Gotshal exerce aux côtés de Jean-Dominique Daudier de Cassini en restructuring. Décideurs mise sur elle : elle fait partie de...

Lire plus d'actualités

Newsletter savoir pour agir

N'avancez plus à l'aveugle

Ne plus afficher ce message