Le legal design : un tournant pour les juristes

Apparu en 2014 aux États-Unis, le legal design, méthode d’innovation juridique centrée sur l’utilisateur qui permet la création de documents juridiques accessibles, actionnables et engageants, connaît un véritable essor international, notamment en France où il est démocratisé par certains acteurs à travers de nombreux projets. Explications en images.

© DDP Law

legal design

Apparu en 2014 aux États-Unis, le legal design, méthode d’innovation juridique centrée sur l’utilisateur qui permet la création de documents juridiques accessibles, actionnables et engageants, connaît un véritable essor international, notamment en France où il est démocratisé par certains acteurs à travers de nombreux projets. Explications en images.

Le legal design est un phénomène mondial en plein essor qui se développe en France à travers des ateliers, expositions, conférences, organisés par de nombreux acteurs du monde du droit.C’est dans ce contexte que s’est tenue le 9 septembre dernier la deuxième édition du Legal Design Exhibition, lancée par Marie Potel-Saville, fondatrice de Amurabi, première agence française de conseil aux entreprises dédiée au legal design à s’être installée en France. Une exposition qui traduit la volonté de l’organisatrice de promouvoir ce concept encore nouveau, tout en rappelant la place devenue centrale de l’utilisateur, expression utilisée pour parler des destinataires de ce service dans le jargon technique.

Combler le fossé

Présenté comme une solution innovante face à la rigidité du droit, le legal design s’inscrit dans une démarche de transformation digitale du droit. Les juristes collaborent désormais avec des designers afin de présenter la matière juridique sous forme visuelle, plus accessible et intelligible que des textes. Une révolution dans la manière dont les juristes et avocats présentent et offrent leurs services. « En droit, le professionnel a une posture d’autorité, souligne Karl Pineau, cofondateur du collectif des Designers Éthiques. Avec le design, c’est le contraire : il faut s’effacer et laisser la place aux utilisateurs. »

Une posture observée également par l’avocate Sophie Lapisardi : « Ce qui change, c’est la prise en compte des besoins du client dans une vision horizontale de la relation client-avocat. » La spécialiste du droit public a entièrement intégré le legal design dans sa pratique. Autre avantage de cette méthode : la mise en image permet de combler le fossé avec les non-initiés au droit qui bénéficient ainsi d’une simplification de la règle juridique.

 

Empathie et créativité

Le legal design est souvent résumé de façon réductrice à la présentation d’images ou d’objets sous une forme esthétique. C’est l’idée que propagent les détracteurs de ce nouvel outil : l’expertise du juriste serait ainsi occultée voire niée. C’est un tort. En réalité, cette manière de penser et concevoir le droit impose un travail rigoureux et complet qui nécessite des compétences pluridisciplinaires au-delà de l’effet visuel. « Le legal design, ce n'est pas seulement des schémas ou des pictogrammes, souligne Sophie Lapisardi. C’est un état d'esprit et une méthode qui va au-delà de l'esthétique ou de la simplification. Le travail juridique est complet. » Le spécialiste du droit rajoute à son expertise deux éléments essentiels du « design thinking », cette gymnastique intellectuelle visant à se mettre à la place de son interlocuteur afin de comprendre ses besoins : l’empathie et la créativité. L’expertise ne suffit plus. Le juriste doit être capable de cerner les attentes de l’utilisateur et d’y répondre avec clarté, concision et efficacité. Il développe ce que l’avocate en droit public nomme les « soft skill : des compétences comportementales, transversales et humaines qui nous permettent d’évoluer et de nous adapter dans un contexte en constante évolution. C’est l’art de nouer et développer des relations positives, constructives et fructueuses avec d’autres personnes », le plus souvent non-juristes.

« Avec le legal design, le directeur juridique présente une maquette à ses opérationnels ou à sa direction compréhensible par tous », résume Sophie Lapisardi. Reste que si le legal design peut s’appliquer à n’importe quel document ou procédure juridique, n’importe quel juriste n’est pas fait pour le legal design.

Yannick Tayoro et Romane Gagnant

Vous avez apprécié cet article ? Likez Magazine Décideurs sur Facebook !

Amazon écope d’une amende historique de 746 millions d’euros pour non-respect du RGPD

Amazon écope d’une amende historique de 746 millions d’euros pour non-respect du RGPD

L’utilisation des données personnelles de ses utilisateurs sans leur consentement pour faire de l’analyse comportementale et du ciblage publicitaire,...

Bandes dessinées : un investissement pour les nostalgiques

Bandes dessinées : un investissement pour les nostalgiques

Alors que le marché de la bande dessinée semble arriver à maturité, les ventes se multiplient. Pour dénicher la perle rare, la stratégie est simple :...

P. Baussant (Baussant Conseil) : " Il faut avoir conscience de sa valeur "

P. Baussant (Baussant Conseil) : " Il faut avoir conscience de sa valeur "

L'augmentation du pouvoir économique des femmes a été considérable ces dernières années. Elles sont de plus en plus influentes en matière d’économie e...

Décideurs Juridiques en pause estivale

Décideurs Juridiques en pause estivale

La rédaction de Décideurs Juridiques souhaite à ses lecteurs un bel été et de bonnes vacances. Retrouvez votre rendez-vous quotidien le 2 septembre pr...

Procès des attentats du 13 novembre : le Conseil de l'ordre vote une compensation financière inédite entre les avocats

Procès des attentats du 13 novembre : le Conseil de l'ordre vote une compensation financière inédite...

Le Conseil de l'ordre des avocats de Paris a mis en place mardi un dispositif exceptionnel dans le cadre de la tenue du procès de terroristes : les ré...

Taylor Wessing amorce son arrivée en Irlande

Taylor Wessing amorce son arrivée en Irlande

Après avoir annoncé sa volonté de s’installer à Dublin en avril dernier, Taylor Wessing nomme deux nouveaux associés pour mener cette expansion : Adam...

Transaction record entre l’AMF et l’ancien directeur général de Fleury Michon

Transaction record entre l’AMF et l’ancien directeur général de Fleury Michon

Accusé par l’Autorité des marchés financiers (AMF) d’avoir commis un manquement d’initié, Régis Lebrun s’engage à verser 225 000 euros au Trésor publi...

Systra signe la seconde CJIP de l’année 2021

Systra signe la seconde CJIP de l’année 2021

Après la convention judiciaire d’intérêt public (CJIP) signée en février dernier par le groupe Bolloré avec le Parquet national financier pour des fai...

Lire plus d'actualités

Newsletter savoir pour agir

N'avancez plus à l'aveugle

Ne plus afficher ce message

Ce site utilise des cookies. En continuant la navigation, vous acceptez nos conditions d'utilisation des cookies.
Plus d'informations

J'accepte