Le jet d’encre zéro chaleur et la RSE

Le fabricant japonais Epson propose des imprimantes et copieurs à jet d’encre capables de concurrencer les meilleurs systèmes laser, avec un impact environnemental bien plus faible. Interview à trois voix avec Bérengère Gazagnes, responsable développement durable, Olivier Hanczyk, chef de produit solutions business et Thierry Bagnaschino, directeur marketing.

Le fabricant japonais Epson propose des imprimantes et copieurs à jet d’encre capables de concurrencer les meilleurs systèmes laser, avec un impact environnemental bien plus faible. Interview à trois voix avec Bérengère Gazagnes, responsable développement durable, Olivier Hanczyk, chef de produit solutions business et Thierry Bagnaschino, directeur marketing.

Décideurs. Que représente le développement durable chez Epson ?

Bérengère Gazagnes. Dès la création d’Epson, l’une des premières préoccupations a été l’impact des activités sur la biodiversité locale dans les Alpes japonaises. Depuis, de nombreuses étapes ont été franchies avec la suppression de certains gaz frigorigènes dès la fin des années 80, ce qui était à l’époque innovant, jusqu’à la plus récente vision à horizon 2050. Les deux grands points de cette approche sont de devenir neutre en carbone et de ne plus recourir aux ressources fossiles. S’y ajoute une démarche de réduction des émissions de gaz à effet de serre. Nous cherchons aussi à apporter plus de circularité dans nos activités et à accompagner des usages plus responsables pour les utilisateurs. D’ici 2023, tous les sites Epson, y compris les usines, seront intégralement alimentés par des sources d’énergies renouvelables. C’est déjà le cas en Europe. Posséder nos propres sites de production nous permet d’avoir des exigences plus élevées au niveau RSE et de s’assurer qu’elles sont pérennes et respectées.

Quels sont les avantages de vos copieurs et MFP ?

Olivier Hanczyk. Lorsque le photocopieur a été inventé dans les années 70, c’était une technologie laser, qui s’est banalisée depuis. Lorsque l’on montre nos produits avec la technologie jet d’encre zéro chaleur, il arrive aux clients de nous demander comment on change le toner ! Notre technologie Precision Core a été développée pour l’industrie, avec des presses numériques industrielles. Il fallait donc répondre à tous les critères du monde de l’industrie : la durabilité, la longévité, la qualité d’impression. C’est pourquoi Epson s’engage sur une technologie bureautique équivalente à celle du laser, avec en plus tous les avantages liés à l’impression à froid. Ce n’est pas du greenwashing. C’est factuel avec une consommation d’énergie jusqu’à 83 % inférieure au laser, une utilisation de consommables 96 % inférieure. Pas de four, pas de tambour, pas de bac de développeur, pas de courroie de transfert, pas de préchauffage. En termes de vitesse d’impression, on peut monter jusqu’à 100 pages par minute. De plus, avec très peu de consommables et une large autonomie d’impression avec des réservoirs d’encre souples. Ainsi, sur un produit A3, on obtient une autonomie jusqu’à 86000 pages en noir et 50000 pages en couleur. Plus besoin de commander, d’acheminer, de stocker et de remplacer les consommables, ni d’éliminer les déchets. Autre avantage par rapport à un système laser qui dégage de l’ozone et de la poudre de toner, il s’agit d’encres liquides, donc des produits qui protègent l’utilisateur d’éventuelles inhalations.

La technologie d’impression à froid par jet d’encre est-elle mature ?

Thierry Bagnaschino. C’est une technologie d’impression qui a été mise sur le marché voici 13 ans. Depuis, elle a mûri et grandi. Nous avons d’importantes dépenses d’investissement en R&D. Nous avons d’ailleurs déboursé 650 millions d’euros il y a 6 ou 7 ans pour développer la technologie, et nous dépensons tous les jours un million et demi de dollars en R&D dont une bonne partie sur nos produits d’impression bureautique. Aujourd’hui, notre niveau technologique permet d’apporter entière satisfaction à nos clients.

Comment peut-on mesurer vos matériels par rapport à du laser?

O. H. Sur notre site internet, les clients peuvent aller sur un simulateur pour entrer les machines de leur parc actuel et simuler les économies d’énergie et la réduction de l’empreinte carbone en basculant sur la technologie jet d’encre professionnelle. Les entreprises prennent conscience des enjeux. Lorsque nous recevons des appels d’offres, on voit que le poids de la note sur l’aspect environnemental est bien plus élevé qu’il ne l’était voici 5 ans.

Avez-vous le sentiment que les usages ont changé ?

O. H. Il est de notre rôle de mettre à disposition de nos clients des produits qui permettent d’imprimer mieux, de façon différente. Aujourd’hui, on vient deux jours par semaine au bureau, et on n’imprime que ce qui est réellement nécessaire. L’appareil n’imprime que lorsque vous êtes devant la machine, ce qui évite d’imprimer des travaux envoyés deux fois par erreur, ou les impressions qui finissent à la corbeille parce que la personne ne vient pas chercher ses documents imprimés.

Quel est l’atout majeur d’Epson ?

B.G. Celui d’être, à la base, une entreprise d’ingénieurs. L’innovation est vraiment le fer de lance et le coeur d’Epson. En outre, c’est un excellent levier d’amélioration vis-à-vis des impacts environnementaux et sociétaux. Mais notre atout majeur, c’est vraiment cette combinaison d’innovation et d’engagement en matière de développement durable.

Propos recueillis par Gilles Lancrey

Vous avez apprécié cet article ? Likez Magazine Décideurs sur Facebook !

A.Peyrel (Bredhill) : "Dans le futur on demandera des comptes en matière de RSE"

A.Peyrel (Bredhill) : "Dans le futur on demandera des comptes en matière de RSE"

Antoine Peyrel est co-fondateur de Bredhill, un cabinet de conseil en transformation responsable qui aide à la mise en place des stratégies et engagem...

Transition numérique des entreprises : les grands enjeux

Transition numérique des entreprises : les grands enjeux

Le contexte économique a rarement été aussi changeant qu’aujourd’hui. Depuis la transformation numérique jusqu’à la responsabilité sociétale, les entr...

Cegid : le crack dont les Américains se toquent

Cegid : le crack dont les Américains se toquent

Cet été, le fonds new-yorkais KKR prenait une participation dans l’éditeur de logiciels lyonnais, sur la base d’une valorisation de 5,5 milliards d’eu...

F. Chauviré (SAP) : "La croissance du cloud en France est supérieure à celle de l’Allemagne "

F. Chauviré (SAP) : "La croissance du cloud en France est supérieure à celle de l’Allemagne "

Directeur général de SAP France depuis le début de l’année 2020, Frédéric Chauviré revient sur sa feuille de route et les grands chantiers de SAP en F...

Cédric O : "La France est revenue dans le jeu de l’économie de l’innovation"

Cédric O : "La France est revenue dans le jeu de l’économie de l’innovation"

Alors que la fin du quinquennat approche, Décideurs a rencontré Cédric O, secrétaire d’Etat chargé de la Transition numérique. L’occasion de faire le...

Une étude décode les impacts de l’IA en médecine

Une étude décode les impacts de l’IA en médecine

Des économies de plus d'un milliard d'euros par an, des procédures techniques réduites de 90%, des délais de dépistage divisés par deux ou encore une...

Gérald Karsenti (SAP) : "Nous voulons recruter 3000 experts SAP sur les trois prochaines années"

Gérald Karsenti (SAP) : "Nous voulons recruter 3000 experts SAP sur les trois prochaines années"

À la tête de la filiale française du géant allemand SAP, le spécialiste de l’ERP, Gérald Karsenti revient sur le plan d’investissement et de dépenses...

Ÿnsect : la foodtech qui fait le buzzzz

Ÿnsect : la foodtech qui fait le buzzzz

Fondée en 2011, Ÿnsect veut révolutionner l’alimentation humaine, végétale et animale en transformant les insectes en ingrédients premium. Une solutio...

Lire plus d'actualités

Newsletter savoir pour agir

N'avancez plus à l'aveugle

Ne plus afficher ce message

Ce site utilise des cookies. En continuant la navigation, vous acceptez nos conditions d'utilisation des cookies.
Plus d'informations

J'accepte