Le géant Saudi Aramco donne le coup d’envoi de son introduction en Bourse

En donnant son accord pour l'entrée sur le marché local de la compagnie pétrolière, Saudi Aramco, le régulateur saoudien confirme le lancement de la plus grosse opération boursière au monde.

En donnant son accord pour l'entrée sur le marché local de la compagnie pétrolière, Saudi Aramco, le régulateur saoudien confirme le lancement de la plus grosse opération boursière au monde.

C’est sans aucun doute l’opération la plus attendue de l’année. Le régulateur saoudien a anfin approuvé la demande d’introduction en Bourse du géant pétrolier Aramco. Selon les analystes, la valorisation boursière devrait atteindre 1 500 à 1 800 milliards de dollars. La société devrait céder 1 à 2 % de son capital - et jusqu’à 5 % en cas d’une éventuelle cotation sur une place financière internationale - sur le marché national de Tadawul à Riyad. L’Arabie saoudite espère ainsi lever 20 à 40 milliards de dollars. Annoncée depuis 2016, l’opération avait fait l’objet de multiples reports. Fluctuations du marché pétrolier, conformité aux obligations de transparence ou encore doutes de la famille royale au regard de la privatisation, constituaient autant d’obstacles à surmonter avant l’introduction sur les marchés de la société la plus rentable au monde. Ce lancement constitue aujourd’hui le fondement d’un programme de réformes, dénommé « MBS », promu à l’initiative du prince héritier Mohammed ben Salmane, qui, outre les fonds récoltés, souhaite inscrire la vente dans une logique de privatisation de l’économie saoudienne.

La fin de la dépendance à l’or noir ?

Entre 1973 et 1980, la compagnie Aramco a été complètement rachetée par l’Arabie saoudite. Avec l’une des plus grandes réserves de pétrole au monde et une incroyable capacité de production à des coûts défiant toute concurrence, Saudi Aramco assure sa position à l’international grâce au monopole sur son territoire. En effet, l’entreprise est pratiquement désendettée, dispose de technologies de pointe, et se présente comme la société la plus bénéficiaire au monde avec 46,9 milliards de dollars de résultat au premier semestre malgré la baisse du prix du pétrole – contre 2,9 milliards de bénéfices pour Total. Avec une économie reposant sur l’or noir, le pays cherche désormais à changer de modèle en écartant tout risque à son développement. C’est ce à quoi s’emploie le prince Mohammed ben Salmane avec un programme baptisé « Vision 2030 », qui entend diversifier les ressources du royaume.

Inès Giauffret

Vous avez apprécié cet article ? Likez Magazine Décideurs sur Facebook !

Yomoni accueille Didier Le Menestrel et Philippe Vayssettes

Yomoni accueille Didier Le Menestrel et Philippe Vayssettes

Pour Yomoni c'est un événement qui fera date ! La société d'épargne en ligne accueille Didier Le Menestrel et Philippe Vayssettes au sein de son conse...

P. Pouyanné (Total) : "Total est en train de passer de Big Oil à Big Energy"

P. Pouyanné (Total) : "Total est en train de passer de Big Oil à Big Energy"

Patrick Pouyanné, PDG de Total, dresse un état des lieux de son groupe qui, ces deux dernières années, a poursuivi sa diversification dans le gaz, les...

La FDJ s’ouvre à l’actionnariat populaire

La FDJ s’ouvre à l’actionnariat populaire

La privatisation de la Française des jeux, détenue majoritairement par l’État jusque-là, est en marche, créant la plus importante introduction en Bour...

Forum pour la paix 2019 : quelle troisième voie pour l’économie mondiale de demain ?

Forum pour la paix 2019 : quelle troisième voie pour l’économie mondiale de demain ?

L’édition 2019 du Forum pour la paix rebat les cartes de l’ordre international : quelles modalités de coopération économique sont-elles possibles entr...

Essling Co-Invest 3 vise 120 M€

Essling Co-Invest 3 vise 120 M€

La société de gestion spécialiste des actifs non cotés, Essling Capital, lance son troisième millésime dans le cadre de son programme de co-investisse...

Carlos Tavares, le joueur de Poker

Carlos Tavares, le joueur de Poker

Homme de terrain et de vision, Carlos Tavares ne craint ni les coups à encaisser ni les paris à risquer. L’actuel patron de PSA l’a prouvé en passant,...

Le Groupe Panhard accueille un nouveau DAF

Le Groupe Panhard accueille un nouveau DAF

Guillaume Lepoittevin rejoint le promoteur investisseur indépendant, spécialiste des opérations en immobilier d’entreprise et en résidentiel.

Vers une normalisation européenne de l’information extrafinancière ?

Vers une normalisation européenne de l’information extrafinancière ?

Alors que les référentiels créés par les entreprises en matière d’information extrafinancière se multiplient, les autorités françaises entendent mettr...

Lire plus d'actualités

Newsletter savoir pour agir

N'avancez plus à l'aveugle

Ne plus afficher ce message