Le Front national renoue avec ses fondamentaux

À l’occasion du congrès de « refondation » du Front national des 10 et 11 mars, Marine Le Pen, proposant de renommer le parti, le « Rassemblement national », tente, après s’être éloignée plusieurs mois de la vie médiatique, de revenir dans le jeu politique.

À l’occasion du congrès de « refondation » du Front national des 10 et 11 mars, Marine Le Pen, proposant de renommer le parti, le « Rassemblement national », tente, après s’être éloignée plusieurs mois de la vie médiatique, de revenir dans le jeu politique.

Terminé le positionnement « ni de droite ni de gauche ». Le parti de Marine Le Pen, qui, pour la campagne présidentielle avait ouvert son périmètre de réflexion, semble aujourd'hui se recentrer sur ses thématiques de prédilection. Sécurité, identité nationale, immigration… La présidente n’a, lors du congrès de « refondation » des 10 et 11 mars, oublié aucun de ses sujets phares. « C’est sur eux que le parti s’est construit et qu’il continue de se distinguer des autres formations politiques », note Jean-Yves Camus, politologue et spécialiste des questions d’extrême droite. Un retour aux fondamentaux stratégique selon l’expert. « C’est la meilleure tactique qui soit pour le FN, estime-t-il. On l’a vu lors de la présidentielle, lorsque Marine Le Pen se positionne sur le terrain économique, Emmanuel Macron est à son avantage. »

Un nom « assez banal »

Consciente que certaines transformations structurelles sont à opérer pour s’adapter à la nouvelle donne politique, Marine Le Pen se pose en réformatrice et annonce le changement. À commencer par l’appellation du parti, qui, si les militants y sont favorables, deviendra le « Rassemblement national ». « Le nouveau nom que je souhaite pour le Front national doit exprimer le soutien à la nation et l’appel au rassemblement », précise la présidente. Une évolution minime, le nom proposé n’ayant rien de révolutionnaire. « Il est assez banal, estime Pierre-Yves Camus. Il fait d'ailleurs référence à un épisode positif pour le Front national » L’épisode en question ? Celui des législatives de 1986, lorsque, pour la première fois, des élus FN entrent à l’Assemblée nationale au sein du groupe « Front national – Rassemblement national ». « On retrouve les deux piliers du parti : la nation et le rassemblement », poursuit-il.

Le FN peine à retrouver une place

En perte d’influence depuis son échec à la présidentielle et aux législatives  ̶  n’obtenant que six sièges à l’Assemblée nationale, bien loin des quinze attendus qui lui auraient permis de constituer un groupe  –, le parti de Marine Le Pen peine à retrouver une place dans l’échiquier politique. D’une part, parce que, à droite, Laurent Wauquiez, surfe sur les thématiques emblématiques du FN. D’autre part, parce que Florian Philippot, qui incarnait l’aile la plus modérée du parti, a choisi, après avoir affiché certains désaccords quant à la ligne politique de Marine Le Pen, de quitter sa famille pour fonder son propre mouvement : Les Patriotes. « Ce départ n’affecte pas le parti comme cela avait été le cas avec celui de Bruno Mégret à la fin des années 1990 », tempère toutefois le politologue. Le Front national pourra-t-il retrouver de la crédibilité auprès de ses sympathisants ? « Le vrai test sera celui des prochaines élections européennes en mai 2019 », prévient l’expert. Affaire à suivre.

Capucine Coquand

@CapucineCoquand

Vous avez apprécié cet article ? Likez Magazine Décideurs sur Facebook !

Changement de gouvernance chez BPI Group

Changement de gouvernance chez BPI Group

L’amiral Olivier Lajous prend les fonctions de directeur général du groupe BPI et remplace ainsi Sabine Lochmann.

Éolien en Mer : coupe drastique dans les subventions

Éolien en Mer : coupe drastique dans les subventions

L’État a annoncé avoir renégocié à la baisse sa participation financière des les projets de développement de l’éolien de mer. Cette négociation concer...

Maurice Schulmann (Groupe Partouche) : « En France, les jeux de casino en ligne payants demeurent illégaux »

Maurice Schulmann (Groupe Partouche) : « En France, les jeux de casino en ligne payants demeurent il...

Souffrant d’une image sulfureuse, le secteur des jeux de hasard est extrêmement régulé et les acteurs les plus dynamiques peinent à innover dans ce co...

Asmodée : grosse plus-value pour Eurazeo ?

Asmodée : grosse plus-value pour Eurazeo ?

Le fabricant et distributeur français de jouets et de cartes est en passe d’être revendu par Eurazeo. Quatre fonds et un industriel sont encore en lic...

D. Roussellier (Sncf) : «Faire des acteurs RH les vecteurs d’un changement de culture»

D. Roussellier (Sncf) : «Faire des acteurs RH les vecteurs d’un changement de culture»

Delphine Roussellier pilote l’université RH de la SNCF, le centre de formation des acteurs RH de l’ensemble du groupe SNCF, qui réunit 270 000 perso...

Union Européenne: un tiers d’énergies renouvelables d’ici 2030

Union Européenne: un tiers d’énergies renouvelables d’ici 2030

Après deux années de débat interne, les institutions européennes se sont mises d’accord sur les objectifs énergétiques à atteindre sur la prochaine dé...

J-F. Boulier (AF2i) : « Il est nécessaire de déterminer une ligne commune, regroupant le meilleur de chacun »

J-F. Boulier (AF2i) : « Il est nécessaire de déterminer une ligne commune, regroupant le meilleur de...

Nommé l’an dernier au poste de président de l’Association française des investisseurs institutionnels (AF2i), Jean-François Boulier met un point d’org...

KKR s’offre les tours télécoms d’Altice

KKR s’offre les tours télécoms d’Altice

Dans les tuyaux depuis de nombreux mois, la vente de 49,99 % des tours télécoms se fait au profit du fonds « infra » de la société d’investissement am...

Lire plus d'actualités
s'abonner

Nous ne commercialisons pas vos adresses mail à un tiers.
Nous conservons vos informations personnelles afin de vous adresser les contenus et services que vous avez demandés.
Vous pouvez vous désinscrire à tout moment, simplement et rapidement.

Ne plus afficher ce message