Le Front national renoue avec ses fondamentaux

À l’occasion du congrès de « refondation » du Front national des 10 et 11 mars, Marine Le Pen, proposant de renommer le parti, le « Rassemblement national », tente, après s’être éloignée plusieurs mois de la vie médiatique, de revenir dans le jeu politique.

À l’occasion du congrès de « refondation » du Front national des 10 et 11 mars, Marine Le Pen, proposant de renommer le parti, le « Rassemblement national », tente, après s’être éloignée plusieurs mois de la vie médiatique, de revenir dans le jeu politique.

Terminé le positionnement « ni de droite ni de gauche ». Le parti de Marine Le Pen, qui, pour la campagne présidentielle avait ouvert son périmètre de réflexion, semble aujourd'hui se recentrer sur ses thématiques de prédilection. Sécurité, identité nationale, immigration… La présidente n’a, lors du congrès de « refondation » des 10 et 11 mars, oublié aucun de ses sujets phares. « C’est sur eux que le parti s’est construit et qu’il continue de se distinguer des autres formations politiques », note Jean-Yves Camus, politologue et spécialiste des questions d’extrême droite. Un retour aux fondamentaux stratégique selon l’expert. « C’est la meilleure tactique qui soit pour le FN, estime-t-il. On l’a vu lors de la présidentielle, lorsque Marine Le Pen se positionne sur le terrain économique, Emmanuel Macron est à son avantage. »

Un nom « assez banal »

Consciente que certaines transformations structurelles sont à opérer pour s’adapter à la nouvelle donne politique, Marine Le Pen se pose en réformatrice et annonce le changement. À commencer par l’appellation du parti, qui, si les militants y sont favorables, deviendra le « Rassemblement national ». « Le nouveau nom que je souhaite pour le Front national doit exprimer le soutien à la nation et l’appel au rassemblement », précise la présidente. Une évolution minime, le nom proposé n’ayant rien de révolutionnaire. « Il est assez banal, estime Pierre-Yves Camus. Il fait d'ailleurs référence à un épisode positif pour le Front national » L’épisode en question ? Celui des législatives de 1986, lorsque, pour la première fois, des élus FN entrent à l’Assemblée nationale au sein du groupe « Front national – Rassemblement national ». « On retrouve les deux piliers du parti : la nation et le rassemblement », poursuit-il.

Le FN peine à retrouver une place

En perte d’influence depuis son échec à la présidentielle et aux législatives  ̶  n’obtenant que six sièges à l’Assemblée nationale, bien loin des quinze attendus qui lui auraient permis de constituer un groupe  –, le parti de Marine Le Pen peine à retrouver une place dans l’échiquier politique. D’une part, parce que, à droite, Laurent Wauquiez, surfe sur les thématiques emblématiques du FN. D’autre part, parce que Florian Philippot, qui incarnait l’aile la plus modérée du parti, a choisi, après avoir affiché certains désaccords quant à la ligne politique de Marine Le Pen, de quitter sa famille pour fonder son propre mouvement : Les Patriotes. « Ce départ n’affecte pas le parti comme cela avait été le cas avec celui de Bruno Mégret à la fin des années 1990 », tempère toutefois le politologue. Le Front national pourra-t-il retrouver de la crédibilité auprès de ses sympathisants ? « Le vrai test sera celui des prochaines élections européennes en mai 2019 », prévient l’expert. Affaire à suivre.

Capucine Coquand

@CapucineCoquand

Vous avez apprécié cet article ? Likez Magazine Décideurs sur Facebook !

Trump vs Biden : la bataille financière en infographie

Trump vs Biden : la bataille financière en infographie

Si l’argent est une garantie de victoire, Joe Biden semble très bien parti. Mais d’autres paramètres à prendre en compte rendent la présidentielle amé...

Après Conflans-Sainte-Honorine, le grand tournant de la gauche française ?

Après Conflans-Sainte-Honorine, le grand tournant de la gauche française ?

La terrible décapitation de Samuel Paty est un désaveu pour la politique "d’accommodement" d’une grande partie de la gauche qui risque probablement de...

Le paradoxe Yannick Jadot

Le paradoxe Yannick Jadot

Le député européen est probablement le meilleur candidat de la gauche pour la présidentielle de 2022. Seul hic, son camp n’est pas forcément de cet av...

Couvre-feu, reconfinement : ce qu'il faut retenir du discours d'Emmanuel Macron

Couvre-feu, reconfinement : ce qu'il faut retenir du discours d'Emmanuel Macron

Emmanuel Macron s'est adressé à la Nation le 14 octobre au soir. Couvre-feu, reconfinement, appli, aides sociales...Voici les points importants de son...

Covid-19 en France, ce chiffre qui interpelle

Covid-19 en France, ce chiffre qui interpelle

Le saviez-vous ? La première semaine d’octobre, autant de Français sont décédés du coronavirus que la semaine du 15 au 21 mars, celle où l’Hexagone es...

[Table ronde] Secteur public hospitalier, acteurs privés : quelles opportunités  de collaboration ?

[Table ronde] Secteur public hospitalier, acteurs privés : quelles opportunités de collaboration ?

Le groupe Décideurs a organisé, en partenariat avec le cabinet de conseil nordmann, une table ronde destinée à décrypter les nombreuses opportunités o...

Qui sont les ministres les plus suivis sur Twitter ?

Qui sont les ministres les plus suivis sur Twitter ?

Twitter fait partie des outils indispensables pour faire entendre sa voix, a fortiori en politique. Au sein du gouvernement Castex, qui possède la plu...

Marlène Schiappa : "Il est indispensable de déployer une offre de présence républicaine"

Marlène Schiappa : "Il est indispensable de déployer une offre de présence républicaine"

Dans un entretien exclusif accordé à Décideurs, la ministre déléguée à la Citoyenneté revient sur le médiatique projet de loi contre le séparatisme. S...

Lire plus d'actualités

Newsletter savoir pour agir

N'avancez plus à l'aveugle

Ne plus afficher ce message

Ce site utilise des cookies. En continuant la navigation, vous acceptez nos conditions d'utilisation des cookies.
Plus d'informations

J'accepte