Le dropshipping, entre bon plans et arnaques

Souvent relayés par les influenceurs sur leurs réseaux sociaux, les sites de revente de type "dropshipping" pullulent sur la toile... et les arnaques avec.  Le phénomène prend une telle ampleur que le gouvernement met en garde les Français sur leur manière de consommer.

Souvent relayés par les influenceurs sur leurs réseaux sociaux, les sites de revente de type "dropshipping" pullulent sur la toile... et les arnaques avec. Le phénomène prend une telle ampleur que le gouvernement met en garde les Français sur leur manière de consommer.

Ils poussent comme de la mauvaise herbe. Vous avez peut-être déjà remarqué que depuis quelques années les sites de e-commerce ultra spécialisés  qui  ne  vendent  qu’un seul type de produit fleurissent par milliers sur la toile. Bijoux, cosmétiques, vêtements, appareils électriques, ces sites de revente proposent de tout. À chacun son business ! Si certains sont en règle, d’autres manquent de transparence et cachent une pratique de plus en plus courante : l’arnaque au dropshipping. Le phénomène prend tellement d’ampleur  que le gouvernement  s’en  mêle. Le 12 avril, Bruno Le Maire est monté au créneau directement sur son compte Twitter pour alerter les Français au sujet de ces escroqueries : "La sécurité des consommateurs français est une des priorités du Gouvernement". Le ministre de l’Économie invite les internautes à signaler toutes  celles liées  au dropshipping. De quoi s’agit-il ? Et comment reconnaître les bons plans des mauvais ? 

Un business légal...  

Dans ce système de  dropshipping  ou "livraison directe", le vendeur, donc le site Internet où le consommateur achète, ne se charge que de la vente. Il ne fabrique pas les produits, ne stocke rien, il se contente uniquement de passer commande à un fournisseur une fois le règlement encaissé. C’est ce fournisseur qui gère ensuite l’expédition de la commande jusqu’au client. Cette pratique d’achat en gros et de revente est totalement autorisée et permet à n’importe qui de lancer un business rapidement sans fonds importants. Il suffit pour cela d’être inscrit au registre du commerce et des sociétés et de disposer d’une plateforme e-commerce pour la visibilité et la vente des produits.

 "Les articles sont parfois revendus jusqu’à cent fois plus cher"

S’il ne gère ni le stock ni la logistique, le vendeur est tenu pour responsable de la bonne exécution de la commande  passée par le client et de la qualité des produits qui doit être identique à la promesse faite sur le site Internet. Aussi, doit-il s’assurer de travailler avec un bon fournisseur, capable de respecter les délais de livraisons annoncés, ainsi que la gestion des retours. Pourtant légal, le  dropshipping  n’est pas sans poser de questions, notamment l’origine du produit. Rarement indiquée... Et pour cause !

... qui ouvre la porte à toutes les arnaques

Achetés en majorité à des coûts scandaleusement bas sur des plateformes asiatiques de type Wish ou AliExpress, les articles sont parfois revendus jusqu’à cent fois plus cher sur le site Internet du vendeur, qui vise une (très) belle marge. Une pratique peu scrupuleuse qui explose depuis trois ans et contre laquelle le gouvernement par en guerre. "Les produits sont présentés comme de bonne qualité et vendus au prix fort alors qu'il s'agit en réalité de produits bas de gamme achetés à faible coût. Une pratique commerciale trompeuse qui est un délit pénal ",  prévient Bruno Le Maire sur son compte Twitter.

Vous l’aurez compris, articles de mauvaise qualité ou abîmés, délais de livraison interminables, fausses promotions ou encore site qui disparaît après avoir passé commande, les arnaques sont nombreuses. Le ministre de l’Économie en appelle également à la responsabilité des influenceurs qui  sont  les plus sollicités par ces sites Internet pour promouvoir des produits auprès de leur communauté. Très connectées, les jeunes générations et les étudiants sont les premiers à être victimes de ces escroqueries. Relayées sur Instagram, Facebook ou Snapchat avec des codes promos alléchants destinés à tromper sur le prix d’origine de l’article, les offres se multiplient de jour en jour. 

Pour se protéger de telles arnaques, il existe néanmoins quelques techniques. Les visuels utilisés sur ces sites vitrines sont souvent identiques  aux  originaux  des  plateformes  de vente chinoises. Aussi, il suffit d’enregistrer la photo de l’article dans  son  ordinateur,  puis de la mettre dans son moteur de recherche. Le constat est édifiant et 100% fiable. Il vous suffira de constater que le super boucleur à cheveux vendu sur  ce  site  via  Instagram  à 50  euros avec un code promotionnel de 50% est en réalité vendu initialement 10 euros sur le site chinois. Nul besoin de s’interroger longtemps sur la qualité et la durée de vie de l’objet, mais de quoi remettre en question ses habitudes de consommation pour essayer d’acheter de manière plus éthique et éco-responsable tout en évitant de se faire gruger. Une démarche essentielle alors que le commerce en ligne explose. 

Laura Breut 

Vous avez apprécié cet article ? Likez Magazine Décideurs sur Facebook !

The F Agency : l’agence d’accompagnement 360° des sportifs de haut niveau

The F Agency : l’agence d’accompagnement 360° des sportifs de haut niveau

Laurent Fellous, avocat spécialisé en droit du sport, lance l’agence sportive The F Agency.

Cyberattaque : le gouvernement lance un dispositif d’alerte destiné aux TPE-PME

Cyberattaque : le gouvernement lance un dispositif d’alerte destiné aux TPE-PME

Pour lutter contre la menace des cyberattaques, l’État a décidé de lancer un nouveau dispositif d’alerte destiné aux entreprises face au danger cyber....

D.Fassin (Collège de France) : "En France, les 5% les plus riches vivent 13 ans de plus que les plus pauvres"

D.Fassin (Collège de France) : "En France, les 5% les plus riches vivent 13 ans de plus que les plus...

Si la crise sanitaire a démontré l’agilité du système de santé, elle a également révélé au grand jour les inégalités en matière d’accès aux soins. Tit...

P.Lavielle (Fermentalg) : "La biotechnologie répond aux enjeux décisifs d’aujourd’hui"

P.Lavielle (Fermentalg) : "La biotechnologie répond aux enjeux décisifs d’aujourd’hui"

Alarmant, c’est le constat du dernier rapport du Giec qui appelle les institutions et entreprises à réagir face au réchauffement climatique. Fermental...

Thomas Jeanjean prend la direction des opérations de PayFit

Thomas Jeanjean prend la direction des opérations de PayFit

Entreprise française spécialisée dans l’automatisation de la paie et la gestion des ressources humaines, PayFit annonce l’arrivée de Thomas Jeanjean,...

Le cabinet de conseil international Argon & Co lance sa propre marque dédiée à la data

Le cabinet de conseil international Argon & Co lance sa propre marque dédiée à la data

Spécialisé dans la stratégie et la transformation des opérations, le cabinet de conseil Argon & Co a annoncé le 9 juin dernier le lancement d’IRIS...

Le message révolutionnaire de l’ARN messager

Le message révolutionnaire de l’ARN messager

Quoiqu’il advienne, les années 2020-2021 s’inscriront dans l’histoire comme riches en avancées technologiques. La pandémie de Covid-19 y est pour beau...

M. Letombe (Withings) : "Avec nos objets connectés de santé, nous sommes entrés dans la vie des gens"

M. Letombe (Withings) : "Avec nos objets connectés de santé, nous sommes entrés dans la vie des gens...

Avec sa levée de fonds de 53 millions d’euros réalisée en 2020, en plein Covid, le leader français de produits de santé connectée, Withings, compte bi...

Lire plus d'actualités

Newsletter savoir pour agir

N'avancez plus à l'aveugle

Ne plus afficher ce message

Ce site utilise des cookies. En continuant la navigation, vous acceptez nos conditions d'utilisation des cookies.
Plus d'informations

J'accepte