Le DRH de demain

En première ligne pendant la crise, à pied d’œuvre pour accompagner la relance économique, les DRH ont un rôle considérable à jouer pour façonner non seulement le monde du travail de demain mais aussi leur propre fonction.

En première ligne pendant la crise, à pied d’œuvre pour accompagner la relance économique, les DRH ont un rôle considérable à jouer pour façonner non seulement le monde du travail de demain mais aussi leur propre fonction.

 

 

Dans l’imaginaire collectif français, la fonction RH est sous-estimée, bien souvent réduite à des actions support comme la validation des congés, la gestion de la paie ou la distribution – avec parcimonie – des tickets-restaurants. Un tel manque de reconnaissance s’explique, en partie, par la difficulté de mesurer et d’évaluer objectivement l’impact du département des ressources humaines. Or, la crise a prouvé à ceux qui en doutaient encore qu’il n’était pas nul. De l’avis de tous, les DRH ont, en effet, été "sur-mobilisés pendant la période".

Certains des conseils en droit social que nous avons pu interroger s’attendent même à une explosion des burn-out tant la pandémie a révélé les réalités opérationnelles de la fonction mais pas seulement. Les DRH ont fait bien plus qu’organiser en un clin d’œil le télétravail massif ou garantir le respect du protocole sanitaire. Ils ont endossé un rôle stratégique comme en témoignent les cellules de crise composée pour 97% d’entre elles d’un binôme DG/DRH. Le regard porté sur la profession pourrait donc, comme pour d’autres, changer.

Leader des transformations

Une telle revalorisation paraîtrait d’autant plus légitime que la fonction RH connaît, ces dernières années, de grands chambardements. L’automatisation des processus permet aux 76% de DRH qui ont franchi le pas de gagner en sécurité, en efficacité, en productivité et, in fine, de se recentrer sur les tâches à plus haute valeur ajoutée. Leur champ d’intervention dépasse désormais la seule gestion administrative ou le développement des compétences. "Depuis une quinzaine d’années", confirme Audrey Richard, présidente de l’Association nationale des directeurs de ressources humaines (ANDRH), "les sujets de société arrivent sur [nos] bureaux", qu’il s’agisse des violences faites aux femmes ou des problématiques liées à la RSE. Contraints d’anticiper sans cesse davantage, les DRH ne peuvent plus se contenter de chercher dans le passé de quoi définir le futur. Leur démarche doit consister à avoir toujours un coup d’avance sur les enjeux du marché.

"depuis une quinzaine d'années, les sujets de société arrivent sur [nos] bureaux"

Car, ce dernier traverse lui-aussi une zone de turbulences. Dans dix ans, selon les études, entre 50 et 70% des métiers auront disparu ou seront profondément transformés. Les modes de management du XXème siècle et le concept même d’entreprise se verront relégués au rang de vieux souvenirs, remplacés sans doute par des formes de collaboration inédites. Ce futur, les DRH doivent donc participer à l’écrire en élaborant des hypothèses et en formulant des choix, ce qui passe notamment par une pratique proactive et prospective du Strategic Workforce planning.

L’humain d’abord

Et, il y a fort à parier que les DRH seront au rendez-vous et à la hauteur de la transformation en cours de leurs entreprises respectives. 91% d’entre eux estiment, en effet, qu’il est de leur ressort de l’accompagner. Selon le Baromètre DRH 2020 de Willis Towers Watson, l’attractivité et la marque employeur figurent en tête des priorités dans la politique de gestion des talents qui doit miser, pour 89% des DRH, sur l’engagement et la fidélisation des collaborateurs. Or, le défi s’annonce difficile quand on sait que près d’un Français sur deux envisage de quitter son entreprise dans les 5 ans à venir.

Près d'un Français sur deux envisage de quitter son entreprise dans les 5 ans à venir.

Si, dans le baromètre, les DRH indiquaient se mobiliser de plus en plus sur la qualité de vie au travail et le bien-être, la crise les invite à mieux protéger encore les salariés et les partenaires de leurs organisations, mais aussi à réfléchir aux aménagements réalisables pour répondre aux demandes accrues de flexibilité. L’occasion d’introspection permise par le confinement a également relancé la quête de sens chez de nombreux salariés. Ils souhaitent, aujourd'hui plus qu'hier, que leur travail serve, sinon à quelque chose de plus grand, du moins à quelque chose tout court. Ainsi, demain, l’humain reviendra réellement au cœur du débat. Il appartient donc aux DRH de proposer un accompagnement sur-mesure aux collaborateurs. En devenant de vrais agents de talents, ils changeront de dimension : ils quitteront le monde du prêt-à-porter pour entrer dans l’univers de la haute-couture.

Marianne Fougère, Anaïs Le Bomin

Vous avez apprécié cet article ? Likez Magazine Décideurs sur Facebook !

Intéressement, participation : le partage en question

Intéressement, participation : le partage en question

Souhaité par le gouvernement de Jean Castex, le débat autour de l’intéressement et de la participation dépasse la question de la seule redistribution....

Jeunes diplômés : pourquoi l’entreprise d’après ne se construira pas sans eux

Jeunes diplômés : pourquoi l’entreprise d’après ne se construira pas sans eux

La contraction du marché de l’emploi va résoudre la problématique attractivité et fidélisation des jeunes diplômés dans les entreprises. À plus long t...

P. Berton (Maestrium) : "La crise représente un stress test grandeur nature de la solidité des comités de direction"

P. Berton (Maestrium) : "La crise représente un stress test grandeur nature de la solidité des comit...

En tant qu’Associé de l’agence de management de transition Maestrium, Philippe Berton côtoie autant de situations de crise que d’enjeux de croissance...

La qualité de travail à la maison, un nouveau défi pour les entreprises

La qualité de travail à la maison, un nouveau défi pour les entreprises

Les risques psychosociaux et les maux liés à des conditions de travail bouleversées constituent peut-être la troisième ou quatrième vague dont personn...

Infographie. Qui a peur du e-recrutement ?

Infographie. Qui a peur du e-recrutement ?

Comme bien d’autres domaines, le recrutement ne peut échapper à sa digitalisation. Si des freins à son avènement existent encore, le e-recrutement ouv...

Jacinda Ardern, le leadership bienveillant

Jacinda Ardern, le leadership bienveillant

La jeune Première ministre de Nouvelle-Zélande s’est imposée sur la scène internationale et médiatique grâce à un leadership alliant charisme et simpl...

Recrutement : en finir avec les parcours du combattant

Recrutement : en finir avec les parcours du combattant

La crise économique va sans doute pousser de nombreux actifs à se mettre en quête d’un nouvel emploi. Or, les recruteurs gagneraient à accompagner les...

Jean-Pascal Tricoire, l’empereur du mieux

Jean-Pascal Tricoire, l’empereur du mieux

Critiqué pour avoir déserté la France pour Hongkong, le PDG de Schneider Electric pourrait bien représenter un exemple à suivre dans un monde de demai...

Lire plus d'actualités

Newsletter savoir pour agir

N'avancez plus à l'aveugle

Ne plus afficher ce message