Directeur marketing : une puissance fantasmée ?

L'intitulé du poste est clinquant et continue d'évoquer une créativité et une force d'analyse stratégique pour l'entreprise. Toutefois, le directeur marketing n'est plus aussi présent qu'autrefois dans les comités exécutifs des groupes cotés et souffre d'un déficit de confiance auprès des directions générales. Face à la pression des CDO et directeurs de la com, la profession se réinvente pour justifier sa plus-value.

L'intitulé du poste est clinquant et continue d'évoquer une créativité et une force d'analyse stratégique pour l'entreprise. Toutefois, le directeur marketing n'est plus aussi présent qu'autrefois dans les comités exécutifs des groupes cotés et souffre d'un déficit de confiance auprès des directions générales. Face à la pression des CDO et directeurs de la com, la profession se réinvente pour justifier sa plus-value.

« Marketing is dead ». Ce titre sous forme d’annonce nécrologique a fait sensation il y a cinq ans lorsque Bill Lee, président du Forum de la référence client, enterrait le marketing traditionnel dans la Harvard Business Review en août 2012. L’article clouait au pilori les méthodes consacrées autour de la publicité, des relations publiques, de l’image de marque et de la communication corporate qui ne prenaient pas en considération l’accumulation nouvelle de connaissances et le règne des consommateurs. Le manque d’attention des acheteurs aux signaux des marques mais aussi la faible crédibilité commerciale des chief marketing officers (CMO) auprès de leur direction et l’absence de considération des réseaux sociaux constituaient les étapes clés de ce chemin de croix.

Un prestige vacillant

Qu’en est-il aujourd’hui ? Le poste demeure prestigieux dans les mentalités, au même titre que les directeurs financiers ou les directeurs des ressources humaines. À la tête d’activités vitales pour les sociétés, les directeurs marketing ont toujours pour rôle de faire rayonner leurs produits, de prévoir et de stimuler les besoins des acheteurs tout en adaptant les canaux de vente et les caractéristiques de leur offre. La nouvelle étude de Forbes, publiée en juillet 2017 et consacrée aux directeurs marketing les plus influents du monde, souligne l’aura dont continue de bénéficier la profession. Dans l’introduction de leurs travaux, les enquêteurs mettent en lumière les nouvelles perspectives du métier où la simple transmission des messages de l’entreprise ne suffit plus à définir l’importance inédite des CMO. De plus en plus liées à l’engagement des consommateurs vers l’acte d’achat final, leurs initiatives sur les terrains physiques et digitaux s’avèrent décisives. Et pourtant…

Lorsque l’on passe au crible la composition des comités exécutifs des sociétés du CAC 40, les directeurs marketing brillent surtout par leur absence. Seule une société sur quatre a nommé un CMO au sein de son organe de prise de décision stratégique. En comparaison, la fonction finance est représentée dans l’ensemble des Comex tandis que le DRH est présent à trente-cinq reprises. Les directeurs de l’innovation/R&D mais aussi les directeurs de la stratégie et les directeurs juridiques sont eux aussi plus nombreux que les directeurs marketing dans ces instances dirigeantes du CAC 40. Le relatif effacement de cette fonction support s’explique en partie par la présence de directeurs de la communication ou du digital dans quelques cas. La fonction se renomme parfois, mais elle perd aussi et surtout de sa substance. Au-delà d’évolutions terminologiques, la source du problème semble d’abord résider dans le champ de responsabilités des marketeurs ainsi que dans leurs relations avec la direction générale.

L'instabilité comme symbole d'un désarroi

C’est ce qu’expliquent Kimberly Whitler et Neil Morgan dans leur article « Pourquoi les directeurs marketing ne durent qu’un temps ? », publié dans la Harvard Business Review de l’été 2017. On y apprend notamment que 53 % des CMO tiennent leur position depuis moins de trois ans. Cette rotation, largement supérieure aux roulements des DAF ou DRH, se justifie par une distribution inappropriée des responsabilités et par une inadéquation entre les attentes pressantes du directeur général et les moyens alloués à cette direction. Les directeurs marketing sont toujours plus nombreux à se concentrer sur la stratégie de marque et sur les actions à mener pour gonfler les ventes, notamment à travers le digital, les réseaux sociaux, la publicité, les événements et les partenariats. Ce prisme commercial a pris le dessus sur la vision stratégique qui pouvait conduire, encore il y a peu, les directeurs marketing à proposer des évolutions dans les produits et des innovations dans les services afin de mieux répondre aux attentes des consommateurs. Si l’on espère de grands bouleversements d’un CMO, encore faut-il qu’il puisse exprimer sa créativité sur des segments à forts enjeux pour la société. Sans responsabilité au niveau des pertes et profits, le directeur marketing voit son importance décroître à grande vitesse. Jusqu’à s’éteindre définitivement ? L’impact de ce métier sur les performances de la marque doit être remis au goût du jour. Il est devenu impératif de démontrer que si le marketing meurt, c’est l’entreprise qui peut aussi trépasser.

 

Thomas Bastin (@ThBastin)

Vous avez apprécié cet article ? Likez Magazine Décideurs sur Facebook !

SmartRH BI et SmartCare,  les solutions de BI dédiées  aux Ressources Humaines

SmartRH BI et SmartCare, les solutions de BI dédiées aux Ressources Humaines

En 2015, 28 % des décideurs interrogés par Markess déclarent utiliser au moins une solution en mode SaaS dans les domaines du reporting social. En eff...

Natacha Bouchart (Les Républicains) : « À Calais, nous devons écrire une nouvelle page »

Natacha Bouchart (Les Républicains) : « À Calais, nous devons écrire une nouvelle page »

Pleinement engagée pour sa ville, la maire de Calais veut définitivement tourner la page de la crise migratoire, afin de rendre au territoire son attr...

ESN : Idinvest au soutien de Blue Soft

ESN : Idinvest au soutien de Blue Soft

Le spécialiste français du conseil en service numérique compte dépasser la barre de 100 M€ de revenus dès 2019.

Changement de gouvernance chez BPI Group

Changement de gouvernance chez BPI Group

L’amiral Olivier Lajous prend les fonctions de directeur général du groupe BPI et remplace ainsi Sabine Lochmann.

Éolien en mer : coupes drastiques dans les subventions

Éolien en mer : coupes drastiques dans les subventions

L’État a annoncé avoir renégocié à la baisse sa participation financière dans les projets de développement de l’éolien de mer. Cette négociation conce...

Maurice Schulmann (Groupe Partouche) : « En France, les jeux de casino en ligne payants demeurent illégaux »

Maurice Schulmann (Groupe Partouche) : « En France, les jeux de casino en ligne payants demeurent il...

Souffrant d’une image sulfureuse, le secteur des jeux de hasard est extrêmement régulé et les acteurs les plus dynamiques peinent à innover dans ce co...

Asmodée : grosse plus-value pour Eurazeo ?

Asmodée : grosse plus-value pour Eurazeo ?

Le fabricant et distributeur français de jouets et de cartes est en passe d’être revendu par Eurazeo. Quatre fonds et un industriel sont encore en lic...

D. Roussellier (Sncf) : «Faire des acteurs RH les vecteurs d’un changement de culture»

D. Roussellier (Sncf) : «Faire des acteurs RH les vecteurs d’un changement de culture»

Delphine Roussellier pilote l’université RH de la SNCF, le centre de formation des acteurs RH de l’ensemble du groupe SNCF, qui réunit 270 000 perso...

Lire plus d'actualités
s'abonner

Nous ne commercialisons pas vos adresses mail à un tiers.
Nous conservons vos informations personnelles afin de vous adresser les contenus et services que vous avez demandés.
Vous pouvez vous désinscrire à tout moment, simplement et rapidement.

Ne plus afficher ce message