Le digital : un secteur encore largement dominé par les hommes

Il est impossible aujourd’hui de passer à côté des collectifs et des événements dits féminins. Les médias, les engagements politiques et civils de tout un chacun brandissent continuellement l’étendard de l’égalité homme-femme...

Il est impossible aujourd’hui de passer à côté des collectifs et des événements dits féminins. Les médias, les engagements politiques et civils de tout un chacun brandissent continuellement l’étendard de l’égalité homme-femme...

Et la parité dans le milieu professionnel est toujours au cœur des débats sociétaux. Si les programmes préconisant des quotas féminins sont largement décriés, parce que la compétence doit rester le critère prioritaire d’un recrutement ou d’une promotion, les chiffres révèlent une situation inquiétante sur la place des femmes dans le monde du travail. Un bilan contrasté qui touche notamment le secteur clé de la décennie : le numérique. 

Le secteur professionnel de l’informatique et du digital demeure un gros pourvoyeur d’emplois. Mais cet essor ne profite pas à la gent féminine. Selon une étude menée par le Cigref et Syntec Numérique, dans le digital seul un salarié sur trois est une femme, contre un sur deux toutes branches confondues. Le déficit des femmes dans les métiers liés au digital est bien réel. « Les femmes ne représentent que 27% des salariés de l’informatique et du numérique et seulement 13% des effectifs des écoles d’ingénieur spécialisées, précise Véronique di Benedetto, vice-présidente France chez Econocom. Un paradoxe puisqu’il y a 70 ans, la programmation des premiers ordinateurs était confiée à des femmes. »

La femme digitale, la clé face à la pénurie de compétences

En 2016, un rapport dirigé par Accenture démontre pourtant que le digital contribue à réduire les inégalités hommes-femmes dans la sphère professionnelle et à assurer la croissance pérenne des entreprises. « Les femmes sont une source de talents inexploitée qui peut aider à réduire les écarts entre les compétences nécessaires aux entreprises pour rester concurrentielles et les talents disponibles sur le marché du travail », affirme Pierre Nanterme, président-directeur général d’Accenture.

La Commission européenne estime en effet qu’il manquera près de 756 000 professionnels du numérique en Europe d’ici 2020. Et du côté de l’Hexagone, France Stratégie et la Dares évaluent le nombre de postes à pourvoir entre 170 000 et 212 000 postes en 2022. Des chiffres qui révèlent clairement le besoin de profils nouveaux et de compétences accrues pour faire face à l’économie digitale. « Gouvernements et entreprises disposent d’une opportunité sans précédent d’œuvrer ensemble pour permettre aux femmes de développer leurs compétences numériques et d’accélérer ainsi l’égalité femmes-hommes dans le cadre professionnel », poursuit Pierre Nanterme.   

La formation, une arme pour combattre les stéréotypes 

Sous le poids des préjugés socio-historiques, les femmes embrassent difficilement des carrières dans le numérique. « Elles ne parviennent pas à se projeter dans ce type de métiers, faute de modèle féminin », constate Valérie Dagand, adjointe à la direction générale numérique du ministère de la Défense. Un constat que partage Yann Bonnet, secrétaire général du Conseil national du numérique, en évoquant « un manque flagrant de femmes dans le numérique. » Au cours de la 6e édition de la Journée de la Femme Digitale, Capgemini Consulting a présenté une étude visant à montrer l’importance de développer la formation pour les femmes du numérique. En effet, 82 % des entrepreneures sondées assurent n’avoir jamais suivi de formation. Elles se déclarent autodidactes ou associées afin de s’entourer de compétences externes.

Dès lors, le gouvernement a adopté un plan « pour la mixité des métiers du numérique ». Un plan qui concerne les trois ministères présents au moment de sa signature : ministère de l’Éducation nationale, de l’Enseignement supérieur et de la Recherche, ministère des Familles, de l’Enfance et des Droits des femmes, ainsi que le secrétariat d’État chargé du Numérique et de l’Innovation. Le Plan mixité numérique s’emploie à fédérer l’action de hauts représentants du numérique et des pouvoirs publics afin de promouvoir la mixité à chaque étape du parcours des femmes : dans l’orientation et la formation continue, dans l’accès à l’emploi et l’entrepreneuriat. L’objectif est très ambitieux : atteindre un tiers de métiers mixtes à l’aune de l’année 2025.  Le dernier rapport Villani sur l’intelligence artificielle compte quant à lui atteindre au moins 40 % d’étudiantes dans les filières du numérique d’ici 2020.  

A.M.

Vous avez apprécié cet article ? Likez Magazine Décideurs sur Facebook !

Evaneos n’attire pas que les touristes

Evaneos n’attire pas que les touristes

Avec sa récente levée de 70 millions d’euros, Evaneos rêve d’explorer de nouveaux territoires. Après l’Europe, la plateforme de voyages sur mesure met...

Ici la voix, le renouveau à marche forcée du marketing vocal

Ici la voix, le renouveau à marche forcée du marketing vocal

Les enceintes connectées se déploient rapidement dans les foyers au grand plaisir des Google, Amazon et consorts. Les enseignes de distribution, pour...

Énergie : Neoen lève 628 M€ en Bourse

Énergie : Neoen lève 628 M€ en Bourse

Le producteur d’énergie solaire et éolienne français a nettement dépassé son objectif d'IPO. Impala reste actionnaire majoritaire et Omnes Capital sou...

Michelle Lamberti-Ceaux (Uber) : « Nous ne vendons aucune donnée »

Michelle Lamberti-Ceaux (Uber) : « Nous ne vendons aucune donnée »

Le champion des VTC doit mener plusieurs batailles de front. La concurrence tente de grignoter ses parts de marché, les taxis défendent les cendres de...

Brice Anger (M&G) : « Les CGP disposent d’un important potentiel de développement »

Brice Anger (M&G) : « Les CGP disposent d’un important potentiel de développement »

Le millésime 2019 de Patrimonia fut l'occasion d'échanger à la fois sur l'avenir du métier de CGP et sur la pertinence des choix d'allocation à opérer...

Fintech : une régulation à ne pas manquer

Fintech : une régulation à ne pas manquer

L’avalanche de règles qui s’est abattue sur les banques depuis la crise de 2008 avait pour but de sécuriser les échanges financiers et de protéger les...

Yomoni : un gé(r)ant est né ?

Yomoni : un gé(r)ant est né ?

À l’occasion de son troisième anniversaire, Yomoni présentait ses résultats dans le cadre privilégié de la joaillerie Courbet.

Robert Ophèle  (AMF) : « Le régulateur ne doit pas être suiveur »

Robert Ophèle (AMF) : « Le régulateur ne doit pas être suiveur »

Le régulateur a-t-il un rôle d’accompagnateur ou de contrôleur ? En matière d’innovation, l’Autorité des marchés financiers (AMF) se positionne ouvert...

Lire plus d'actualités
s'abonner

Nous ne commercialisons pas vos adresses mail à un tiers.
Nous conservons vos informations personnelles afin de vous adresser les contenus et services que vous avez demandés.
Vous pouvez vous désinscrire à tout moment, simplement et rapidement.

Ne plus afficher ce message