Le digital : un secteur encore largement dominé par les hommes

Il est impossible aujourd’hui de passer à côté des collectifs et des événements dits féminins. Les médias, les engagements politiques et civils de tout un chacun brandissent continuellement l’étendard de l’égalité homme-femme...

Il est impossible aujourd’hui de passer à côté des collectifs et des événements dits féminins. Les médias, les engagements politiques et civils de tout un chacun brandissent continuellement l’étendard de l’égalité homme-femme...

Et la parité dans le milieu professionnel est toujours au cœur des débats sociétaux. Si les programmes préconisant des quotas féminins sont largement décriés, parce que la compétence doit rester le critère prioritaire d’un recrutement ou d’une promotion, les chiffres révèlent une situation inquiétante sur la place des femmes dans le monde du travail. Un bilan contrasté qui touche notamment le secteur clé de la décennie : le numérique. 

Le secteur professionnel de l’informatique et du digital demeure un gros pourvoyeur d’emplois. Mais cet essor ne profite pas à la gent féminine. Selon une étude menée par le Cigref et Syntec Numérique, dans le digital seul un salarié sur trois est une femme, contre un sur deux toutes branches confondues. Le déficit des femmes dans les métiers liés au digital est bien réel. « Les femmes ne représentent que 27% des salariés de l’informatique et du numérique et seulement 13% des effectifs des écoles d’ingénieur spécialisées, précise Véronique di Benedetto, vice-présidente France chez Econocom. Un paradoxe puisqu’il y a 70 ans, la programmation des premiers ordinateurs était confiée à des femmes. »

La femme digitale, la clé face à la pénurie de compétences

En 2016, un rapport dirigé par Accenture démontre pourtant que le digital contribue à réduire les inégalités hommes-femmes dans la sphère professionnelle et à assurer la croissance pérenne des entreprises. « Les femmes sont une source de talents inexploitée qui peut aider à réduire les écarts entre les compétences nécessaires aux entreprises pour rester concurrentielles et les talents disponibles sur le marché du travail », affirme Pierre Nanterme, président-directeur général d’Accenture.

La Commission européenne estime en effet qu’il manquera près de 756 000 professionnels du numérique en Europe d’ici 2020. Et du côté de l’Hexagone, France Stratégie et la Dares évaluent le nombre de postes à pourvoir entre 170 000 et 212 000 postes en 2022. Des chiffres qui révèlent clairement le besoin de profils nouveaux et de compétences accrues pour faire face à l’économie digitale. « Gouvernements et entreprises disposent d’une opportunité sans précédent d’œuvrer ensemble pour permettre aux femmes de développer leurs compétences numériques et d’accélérer ainsi l’égalité femmes-hommes dans le cadre professionnel », poursuit Pierre Nanterme.   

La formation, une arme pour combattre les stéréotypes 

Sous le poids des préjugés socio-historiques, les femmes embrassent difficilement des carrières dans le numérique. « Elles ne parviennent pas à se projeter dans ce type de métiers, faute de modèle féminin », constate Valérie Dagand, adjointe à la direction générale numérique du ministère de la Défense. Un constat que partage Yann Bonnet, secrétaire général du Conseil national du numérique, en évoquant « un manque flagrant de femmes dans le numérique. » Au cours de la 6e édition de la Journée de la Femme Digitale, Capgemini Consulting a présenté une étude visant à montrer l’importance de développer la formation pour les femmes du numérique. En effet, 82 % des entrepreneures sondées assurent n’avoir jamais suivi de formation. Elles se déclarent autodidactes ou associées afin de s’entourer de compétences externes.

Dès lors, le gouvernement a adopté un plan « pour la mixité des métiers du numérique ». Un plan qui concerne les trois ministères présents au moment de sa signature : ministère de l’Éducation nationale, de l’Enseignement supérieur et de la Recherche, ministère des Familles, de l’Enfance et des Droits des femmes, ainsi que le secrétariat d’État chargé du Numérique et de l’Innovation. Le Plan mixité numérique s’emploie à fédérer l’action de hauts représentants du numérique et des pouvoirs publics afin de promouvoir la mixité à chaque étape du parcours des femmes : dans l’orientation et la formation continue, dans l’accès à l’emploi et l’entrepreneuriat. L’objectif est très ambitieux : atteindre un tiers de métiers mixtes à l’aune de l’année 2025.  Le dernier rapport Villani sur l’intelligence artificielle compte quant à lui atteindre au moins 40 % d’étudiantes dans les filières du numérique d’ici 2020.  

A.M.

Vous avez apprécié cet article ? Likez Magazine Décideurs sur Facebook !

Menway voit grand

Menway voit grand

MPI Executive et NIM Europe, deux acteurs historiques du management de transition s’associent pour constituer une société au sein du groupe Menway, ca...

D.Rivron (Safran) : "Oui, l'industrie du futur génère des emplois"

D.Rivron (Safran) : "Oui, l'industrie du futur génère des emplois"

Un nouveau site dédié à la fabrication additive, un centre de formation aux métiers de demain et un plan de transformation des usines sont autant de p...

Priorité 2019 du directeur financier : la gestion des risques (1/6)

Priorité 2019 du directeur financier : la gestion des risques (1/6)

À l’issue de l’étude de PwC « Priorité 2019 du directeur financier », nous vous proposons une chaque semaine un retour sur l’un des six sujets qui cr...

Firmin Zocchetto (PayFit) : "Très vite, nous avons pu présenter de bons KPI aux fonds"

Firmin Zocchetto (PayFit) : "Très vite, nous avons pu présenter de bons KPI aux fonds"

Pépite de la e-RH française, PayFit a levé près de 20 millions d’euros entre janvier 2016 et juillet 2017. Son fondateur revient sur sa recette pour s...

Tous orientés clients

Tous orientés clients

La grande majorité des secteurs d’activité fait état d’une concurrence accrue sur son marché qui les conduit à redoubler de créativité pour attirer le...

Loi Avenir professionnel : le tout-à-l’autonomie

Loi Avenir professionnel : le tout-à-l’autonomie

La loi pour la liberté de choisir son avenir professionnel affiche des objectifs multiples : mettre fin à la complexité du système de formation, reva...

Y.Hinnekint (Opcalia) : "Nous avons repensé notre champ d'intervention"

Y.Hinnekint (Opcalia) : "Nous avons repensé notre champ d'intervention"

Depuis le 31 mars 2019, Opcalia fait partie de l’Opco 11. Cet opérateur de compétence se structure et endosse son nouveau rôle défini par la " Loi pou...

P.Courbebaisse (FFP) : "Les entreprises ne se sentent pas accompagnées dans la mise en place de la réforme"

P.Courbebaisse (FFP) : "Les entreprises ne se sentent pas accompagnées dans la mise en place de la r...

Promulguée le 5 septembre dernier par le Président de la République, la loi Pour la liberté de choisir son avenir professionnel transforme en profonde...

Lire plus d'actualités

Newsletter savoir pour agir

N'avancez plus à l'aveugle

Ne plus afficher ce message