Benoit Fisse (Gras Savoy) : "Le digital est un outil de distribution et d’accès à l’assurance"

Premier réseau de courtage d’assurance sur le continent africain et leader en assurance En assurance de personnes, Gras Savoye propose et développe des solutions pertinentes et appropriées aux besoins du continent. Benoit Fisse explique la stratégie du groupe en Afrique.

Premier réseau de courtage d’assurance sur le continent africain et leader en assurance En assurance de personnes, Gras Savoye propose et développe des solutions pertinentes et appropriées aux besoins du continent. Benoit Fisse explique la stratégie du groupe en Afrique.

Décideurs. Comment Gras Savoye est-il implanté en Afrique ?

Benoît Fisse. Nous avons démarré il y a cinquante ans au Maroc. Au fil des années, les acquisitions et les créations de filiales se sont multipliées et accélérées depuis 2000, notamment en Afrique subsaharienne. La crise ivoirienne nous a incités à nous installer dans des pays anglophones, notamment au Ghana, puis au Kenya, en Ouganda et au Nigeria.

De 2009 jusqu’au rachat de Gras Savoye par Willis Towers Watson en 2016, nous avons continué notre expansion et sommes dorénavant présents dans trente et un pays. Willis Towers Watson nous a permis de nous développer en Afrique du Sud, un marché en forte croissance.

Enfin, l’acquisition récente de Témeris, courtier spécialiste dans le secteur de la santé et des sciences de la vie, renforce significativement notre pôle santé.

 Nous sommes spécialistes du courtage d’assurances, de réassurances et conseil en avantages sociaux et capital humain. En tant qu’intermédiaire, nous accompagnons des multinationales sur le continent et avons l’unique avantage d’être multi-pays. Dans chaque pays, nous nous considérons comme des acteurs locaux, implantés dans les marchés locaux avec la puissance d’un groupe international.

Quelles sont les spécificités du marché africain de l’assurance ?

Avec 1,2 milliard d’Africains, le marché africain ne représente qu’un 1,5 % du marché mondial de l’assurance.

L’Afrique du Sud est de loin le plus grand marché, suivi par le Maroc, l’Algérie et le Kenya. Le marché nigérian est l’équivalent, à lui seul, de celui la zone CIMA[1], qui regroupe quatorze pays d’Afrique centrale et de l’Ouest.

C’est un marché en croissance certes, mais il existe un véritable déséquilibre entre pays. On dénombre plus de 600 compagnies d’assurance, dont 160 en zone CIMA, ce qui est beaucoup trop pour ce petit marché.

Cette zone est néanmoins en passe de croître grâce à deux réformes clés. D’un côté, la multiplication par cinq du capital social minimal des assureurs dans un délai de cinq ans, et de l’autre côté, l’obligation de s’assurer dans le pays du lieu du risque. En Afrique Anglophone, il faut épuiser les capacités locales avant d’avoir recours à l’assurance ou la réassurance étrangères. Ce « protectionnisme » fait suite à une réforme de 2013 visant à instaurer la règle du « Cash before cover », et à l’arrivée de nombreuses compagnies d’assurance hors zone CIMA  ̶ notamment marocaines  ̶  très compétitives, et du renforcement des compagnies leaders telles que Axa, Allianz, Saham ou Nsia.

L’émergence d’une classe moyenne aura un impact sur le secteur de l’assurance, comme cela a été le cas au Maroc, à condition qu’elle en ait les moyens et l’envie. En effet, les revenus considérés pour faire partie de la classe moyenne sont bas et il existe peu d’obligations légales de s’assurer.

Comment rendre attractive l’assurance en Afrique ?

Le taux de pénétration de l’assurance est extrêmement faible et ce secteur nécessite un véritable effort de pédagogie.

L’assurance en Afrique est très souvent perçue comme une taxe et peu comprennent la nécessité de payer une prime pour un risque hypothétique.

De plus, les assureurs locaux vivent en grande partie par l’assurance automobile et souffrent d’une mauvaise réputation due à la mauvaise gestion des sinistres. Il faut intervenir auprès des populations locales, des comités d’entreprises pour expliquer ce qu’est l’assurance.

En ce qui concerne l’offre, ce qui est fait dans nos marchés matures peut être déployé en Afrique. Néanmoins, nous croyons plus en une solution africaine, fidèle aux besoins du continent, car dupliquer une solution étrangère n’est pas gage de réussite. Nous avons, par exemple, créé une mutuelle agricole au Sénégal, qui permet de couvrir toute l’année des travailleurs saisonniers.

Enfin, le secteur informel, majoritaire en Afrique, est difficile à atteindre par les courtiers et assureurs. Développer une offre adaptée permettrait de leur rendre l’assurance plus attractive.

Comment Gras Savoye s’adapte-t-il au saut technologique que connaît l’Afrique ?

Des travaux sont en cours. Nous avons développé l’application GS Medlink, une application mobile de géolocalisation des prestataires de soins de santés.

Le digital est aussi un outil de distribution et d'accès à l'assurance, notamment la micro-assurance. Nous avons expérimenté des solutions de gestion de frais de santé et individuels Accident sur mobile.

Les remboursements et les primes sont payés en unité de valeurs qui sont réutilisables pour régler factures ou retirer des espèces.

 

[1] Conférence Interafricaine des Marchés d’Assurance

 

Lynda EL MEZOUED

Vous avez apprécié cet article ? Likez Magazine Décideurs sur Facebook !

retrouvez l'intégralité du dossier Afrique 2017

L’Afrique regorge d’initiatives portées par de jeunes entrepreneurs ambitieux et fourmillant d’idées pour pallier les manques que le continent connaît encore. Prêt pour le leap frog et comptant déjà sur des champions africains, le continent pourrait devenir le prochain relais de croissance.
Sommaire
Adena Friedman, le capitalisme au sang neuf

Adena Friedman, le capitalisme au sang neuf

Depuis qu’elle a pris la tête du Nasdaq en 2017, Adena Friedman en diversifie les activités. Elle mise sur les données et les nouvelles technologies e...

Coworking et bureaux partagés, la solution pour demain ?

Coworking et bureaux partagés, la solution pour demain ?

Entre l’obligatoire réorganisation du travail et une stratégie immobilière à revoir, la reprise annoncée s’accompagne de nombreuses problématiques. Et...

Banque et assurance : voici les directions les plus influentes sur les réseaux sociaux

Banque et assurance : voici les directions les plus influentes sur les réseaux sociaux

AmazingContent, spécialiste de l’influence des dirigeants et top managers sur les réseaux sociaux, a récemment publié une enquête sur le classement de...

Stéphane Pallez : le pari gagnant de la FDJ

Stéphane Pallez : le pari gagnant de la FDJ

À la tête de la FDJ depuis 2014, Stéphane Pallez est parvenue à transformer un ancien fleuron public en entreprise mondialisée et geek.

A. Rabec (Kingfisher France) : "L'engouement pour le bricolage pourrait durer une dizaine d'années"

A. Rabec (Kingfisher France) : "L'engouement pour le bricolage pourrait durer une dizaine d'années"

En 2020, Kingfisher France enregistrait des résultats en hausse de plus de 3 % à 5 milliards d'euros. À la tête depuis 2019 de 123 Brico Dépôt et 93 C...

Sheryl Sandberg, la femme qui a rendu Facebook rentable

Sheryl Sandberg, la femme qui a rendu Facebook rentable

La directrice des opérations a permis au groupe de Mark Zuckerberg d’atteindre des niveaux de performance historiques. Son réseau, mais aussi son expé...

Square part à l’assaut de la finance décentralisée autour du Bitcoin

Square part à l’assaut de la finance décentralisée autour du Bitcoin

Jack Dorsey, fondateur du réseau social Twitter et CEO de Square, a annoncé que la société spécialisée dans le paiement digital s’apprête à lancer une...

Thomas Jeanjean prend la direction des opérations de PayFit

Thomas Jeanjean prend la direction des opérations de PayFit

Entreprise française spécialisée dans l’automatisation de la paie et la gestion des ressources humaines, PayFit annonce l’arrivée de Thomas Jeanjean,...

Lire plus d'actualités

Newsletter savoir pour agir

N'avancez plus à l'aveugle

Ne plus afficher ce message

Ce site utilise des cookies. En continuant la navigation, vous acceptez nos conditions d'utilisation des cookies.
Plus d'informations

J'accepte