Le Covid-19 met en lumière les avantages et les limites du télétravail

Alors que de nombreuses questions se posent sur le développement du télétravail après le confinement forcé, une étude d’Odoxa pour Adviso Partners apporte un éclairage intéressant sur les conditions dans lesquelles cette activité est actuellement exercée. Décryptage.

Alors que de nombreuses questions se posent sur le développement du télétravail après le confinement forcé, une étude d’Odoxa pour Adviso Partners apporte un éclairage intéressant sur les conditions dans lesquelles cette activité est actuellement exercée. Décryptage.

« Le télétravail sortira grand vainqueur de cette crise sanitaire ». C’est un des principaux enseignements tirés par Gaël Sliman, président de l’institut de sondages Odoxa, de la deuxième édition du baromètre des économies régionales d’Adviso Partners.

Selon l’étude, le télétravail permet de réduire la pollution (91 % des Français, 91 % des actifs, 93 % des télétravailleurs), d’équilibrer vie familiale et vie privée (64 %, 65 % et 62 %), ne rend pas pour autant le travail moins intéressant (55 %, 56 % et 61 % ne le pensent pas) et permet aux salariés de mieux se concentrer et d’être plus efficace (les Français sont partagés à 49 % vs 49 % à ce sujet, mais les télétravailleurs qui, eux, l’ont expérimenté sont 55 % à en être convaincus). Et même s’il tend à diminuer le sentiment d’appartenance à l’entreprise (57 % des Français, 55 % des actifs et 53 % des télétravailleurs en conviennent) et isole les salariés (73 %, 73 % et 74 %), 76 % des Français et des actifs et 80 % des télétravailleurs sont persuadés qu’il devrait être plus développé en France.

Toutefois, des freins structurels restent à lever. Près d’un télétravailleur sur deux dit avoir été perturbé, soit (49 %) par des tentations qu’il n’avait pas au travail (télé, internet, jardinage, etc.), soit (46 %) par des soucis d’organisation de sa vie de famille (enfants, courses, ménage), soit (43 %) par la promiscuité (bruit des enfants notamment). « Si l’on cumule les trois types de gênes identifiées, 7 télétravailleurs sur 10 (69 %) disent avoir été perturbés par au moins l’un de ces facteurs », observe Gaël Sliman. Le principal frein tient à la difficulté matérielle à bien pouvoir organiser son travail à distance, et notamment à des aspects de promiscuité avec des enfants ou encore d’impossibilité de s’isoler des autres membres du foyer. L’enquête montre ainsi que si la majorité des télétravailleurs (56 %) de ces dernières semaines ont pu s’isoler dans une pièce bien à eux (bureau, chambre, etc.) pour télétravailler, une minorité importante (43 %) de télétravailleurs ont dû travailler dans une pièce qu’ils partageaient avec d’autres membres de leur foyer (conjoint et enfants). A cet égard un indicateur est éclairant : la taille du logement. 54 % des personnes disposant d’un logement inférieur ou égal à 50 m² ont dû travailler dans la même pièce que d’autres membres de leur foyer alors que 63 % des personnes disposant d’un logement supérieur à 80 m² ont pu s’isoler pour travailler.

Une différenciation géographique ressort également de l’étude. Si l’Ile de France est très « pratiquante », les autres régions le sont beaucoup moins. Odoxa constate un écart de 1 à 2 entre « Paris » et la province (43 % vs 19 %). Pire, certaines régions semblent totalement sinistrées en termes de télétravail. C’est le cas notamment de la région Normandie où seulement 11 % des actifs sont en télétravail, soit 4 fois moins qu’en région parisienne.

Le potentiel de développement du télétravail est donc indéniable mais les inégalités sociales et territoriales semblent devoir en limiter la portée.

Par François Perrigault (@fperrigault)

Vous avez apprécié cet article ? Likez Magazine Décideurs sur Facebook !

Le Master 2 GESIIC invité au SIATI

Le Master 2 GESIIC invité au SIATI

Un partenariat a été noué cette année entre le master GESIIC et le SIATI. Retour sur les tenants et les aboutissants de cette coopération.

N. Depetro (Mapic) : "La dimension phygitale deviendra la nouvelle norme de nos événements"

N. Depetro (Mapic) : "La dimension phygitale deviendra la nouvelle norme de nos événements"

L’édition 2020 du marché international de l’implantation commerciale et de la distribution se fera entièrement en ligne via une nouvelle plateforme di...

Christel Bories, transformer le minerai en or

Christel Bories, transformer le minerai en or

Patronne d’Eramet depuis l’été 2017, Christel Bories s’est attelée à sortir le groupe minier de la crise et à le désendetter. Saluée pour sa performan...

Les îlots de chaleur urbains, ou comment dompter la canicule

Les îlots de chaleur urbains, ou comment dompter la canicule

Sûrement l’un des plus grands défis urbains découlant du changement climatique, les îlots de chaleur urbains mettent en difficulté les villes des quat...

La veille urbaine du 19 octobre 2020

La veille urbaine du 19 octobre 2020

DeA Capital qui acquiert Le Cap à la Plaine Saint-Denis, le conseil de surveillance d’URW qui rejette le plan des « activistes », la RATP qui teste un...

Affaire Veolia : l’avocat des salariés de Suez prend la parole

Affaire Veolia : l’avocat des salariés de Suez prend la parole

Il est celui qui a obtenu la suspension du projet de rachat par Veolia de la participation d’Engie dans Suez. Pour Décideurs Magazine, Zoran Ilic revi...

J-P. Sbraire (Total) : "Notre ambition est d’atteindre la neutralité carbone en 2050"

J-P. Sbraire (Total) : "Notre ambition est d’atteindre la neutralité carbone en 2050"

Les groupes pétroliers ont dû affronter à la fois la crise sanitaire de Covid-19 et la crise des marchés pétroliers. Jean-Pierre Sbraire, directeur fi...

La veille urbaine du 16 octobre 2020

La veille urbaine du 16 octobre 2020

Primonial qui signe trois cliniques MCO pour son fonds ESI, Mickaël Nogal qui prend la présidence du Conseil national de l’habitat, Engie à l’heure de...

Lire plus d'actualités

Newsletter savoir pour agir

N'avancez plus à l'aveugle

Ne plus afficher ce message

Ce site utilise des cookies. En continuant la navigation, vous acceptez nos conditions d'utilisation des cookies.
Plus d'informations

J'accepte