Le chiffre du jour : 8 000 MD$

C’est le montant des dettes souveraines cumulées se négociant actuellement à des taux négatifs, selon la Banque des règlements internationaux (BRI).

C’est le montant des dettes souveraines cumulées se négociant actuellement à des taux négatifs, selon la Banque des règlements internationaux (BRI).

Début 2014, le phénomène n’existait toujours pas. Aujourd’hui, cela fait déjà un an et demi que les États ont des obligations dont les taux sont négatifs. Du jamais vu depuis l’après-guerre. L’occasion pour la BRI de tirer la sonnette d’alarme tant ce constat est inquiétant pour les banques, propriétaires des titres d’État à taux négatifs. Leur santé financière est menacée et les politiques d’assouplissement des institutions centrales n’ont pas l’air de pouvoir d'inverser la tendance. Souvent critique vis-à-vis des stratégies de taux bas et de rachat titre mise en place par la Banque centrale européenne, la BRI préconise de son côté la mise en place de nouvelles mesures. Elle pointe d’abord la priorité qu’ont les banques à préserver leur bilan, leurs fonds propres et à renouer avec la rentabilité. Une stratégie qui leur éviterait le plongeon si une bulle obligataire venait à éclater. D’autre part, elle encourage la révision de la gestion des dépenses publiques. Selon elle, les États endettés devraient stopper l’hémorragie en réalisant des investissements intelligents et qualitatifs, soit dans le capital physique humain, ou bien dans le secteur des infrastructures. D’autant que l’autre inquiétude du rapport concerne les niveaux de productivité devenus trop faibles. Dépenser de manière plus judicieuse sur le long terme peut donc à la fois éviter de mener le système financier à la déroute, mais aussi améliorer les niveaux de vie des populations.

 

RT

Vous avez apprécié cet article ? Likez Magazine Décideurs sur Facebook !

Generali France accélère sa digitalisation avec Advize Group

Generali France accélère sa digitalisation avec Advize Group

Generali France renforce ses liens avec la fintech Advize Group et signe avec elle un partenariat capitalistique afin d’offrir toujours plus de soluti...

L’audience commence dans l'affaire de l’escroquerie de la Financière Turenne Lafayette

L’audience commence dans l'affaire de l’escroquerie de la Financière Turenne Lafayette

Ce lundi 28 septembre, s’ouvre un procès disciplinaire inédit qui durera une semaine. Le Haut Conseil du commissariat aux comptes (H3C) examine l’impl...

Sophie Boissard, dirigeante tout-terrain

Sophie Boissard, dirigeante tout-terrain

Après avoir occupé différents postes dans la sphère publique, Sophie Boissard a contribué à l’évolution de la SNCF puis a rejoint le secteur privé en...

Covid-19, le grand bond en avant du digital

Covid-19, le grand bond en avant du digital

De l’agriculture au tourisme, en passant par l’industrie, la pandémie a donné un coup d’accélérateur inédit à la transformation numérique des entrepri...

Antoine Frérot, le joueur d’échecs

Antoine Frérot, le joueur d’échecs

Avec son sourire modeste et son ton mesuré, Antoine Frérot passe aisément pour le patron le plus flegmatique du CAC 40. Ne pas s’y fier toutefois. Hab...

M&A : évolution du contrôle de concentration

M&A : évolution du contrôle de concentration

La vice-présidente exécutive de la Commission européenne Margrethe Vestager l’avait annoncé lors du renouvellement des commissaires fin 2019 : le droi...

Les dirigeants de TPE et PME plus optimistes qu’en avril

Les dirigeants de TPE et PME plus optimistes qu’en avril

Bpifrance Le Lab et Rexecode interrogent chaque trimestre les patrons sur leur trésorerie et leurs anticipations de croissance. Les prévisions concern...

Jacques Veyrat, l’intrépide homme d’affaires

Jacques Veyrat, l’intrépide homme d’affaires

Passé par un cabinet ministériel, homme d’affaires et chef d’entreprise, Jacques Veyrat a changé de cap en quittant la direction du groupe Louis-Dreyf...

Lire plus d'actualités

Newsletter savoir pour agir

N'avancez plus à l'aveugle

Ne plus afficher ce message