Le chiffre du jour : 194

C’est le nombre d’agressions physiques subies par des employés de banque en 2016, selon l’Association française des banques (AFB). Une hausse préoccupante de 94 % sur un an.

C’est le nombre d’agressions physiques subies par des employés de banque en 2016, selon l’Association française des banques (AFB). Une hausse préoccupante de 94 % sur un an.

Malgré le ralentissement des « incivilités » en général, les agressions physiques sont en hausse. Si la plupart d’entre elles demeurent « légères », c’est-à-dire qu’elles ne donnent pas lieu à un arrêt de travail, ce phénomène crée incontestablement un climat anxiogène pour les salariés. De tels comportements interviennent dans tous les quartiers, sans distinction notable de milieu social note l’AFB. Ces agissements seraient motivés, pour la plupart, par une file d’attente jugée trop longue, un retrait refusé, une carte avalée, des hausses tarifaires ou encore un refus de crédit.

1 200 emplois bancaires supprimés

L’AFB estime qu’il n’y a pas de quoi s’inquiéter, jugeant que ces hausses s’expliquent également par les agressions en marge des manifestations survenues lors de la loi travail. L’association préfère mettre en avant la baisse globale de 8,5 % des « incivilités ». Celles-ci concernent les insultes et intimidations, et, dans une autre mesure, les menaces de mort et des cas de harcèlement. On en comptait 5 836 en 2015, soit 500 de plus que cette année, ce dont se félicite l’AFB, soulignant les résultats des politiques de formation du personnel et autres efforts entrepris en termes de communication et de psychologie. Pour Force ouvrière Banque, ce constat reste à nuancer. Selon eux, les employés se lassent de déclarer les incivilités qu’ils subissent. Une telle banalisation doit être replacée en contexte : malgré les bénéfices des banques françaises et des aides d’État (CICE, pacte de responsabilité), ce sont 1 200 emplois bancaires qui ont été détruits en 2016. La précarité de l’emploi peut être, selon le syndicat, un moyen de pression des dirigeants pour éviter de « faire des vagues » et compromettre l’image de la banque.

 

A.R.

Vous avez apprécié cet article ? Likez Magazine Décideurs sur Facebook !

Joe Biden, qui sont les hommes du président ?

Joe Biden, qui sont les hommes du président ?

Janet Yellen, Antony Blinken, Tef Kaufman, Ron Klain...Le successeur de Donald Trump peut se reposer sur une équipe compétente qui maîtrise les dossie...

Stéphane Bancel, un Français derrière le vaccin contre le coronavirus

Stéphane Bancel, un Français derrière le vaccin contre le coronavirus

À la tête de la biotech Moderna depuis près de dix ans, Stéphane Bancel n’a pas attendu la crise sanitaire pour parier sur une technologie qui, en acc...

Crise Covid : vers un nivellement par le haut des systèmes de santé européens ?

Crise Covid : vers un nivellement par le haut des systèmes de santé européens ?

Face à la menace commune Covid-19, les systèmes de santé européens ont répondu de façon hétérogène. La crise agit comme un révélateur des forces et di...

Sarah El Haïry : "Les jeunes ont une bonne image de l’entreprise"

Sarah El Haïry : "Les jeunes ont une bonne image de l’entreprise"

La secrétaire d’État chargée de la Jeunesse et de l’Engagement fait le point sur les mesures destinées à stimuler l’emploi de la jeune génération qu’e...

Déconfinement : découvrez les principales annonces d'Emmanuel Macron

Déconfinement : découvrez les principales annonces d'Emmanuel Macron

Dans sa déclaration du 24 novembre, le président de la République a esquissé le scénario d'une sortie progressive de la crise sanitaire. Trois dates s...

Joe Biden, le défi de l'unité nationale

Joe Biden, le défi de l'unité nationale

Alors que Donald Trump continue à exacerber les divisions au sein de l’opinion américaine en persistant à accuser son successeur de fraude, celui-ci p...

Procès Sarkozy : qui est son avocate Jacqueline Laffont ?

Procès Sarkozy : qui est son avocate Jacqueline Laffont ?

Laurent Gbagbo, Alexandre Benalla, Patrick de Maistre, Jean-Marie Messier, Nicolas Hulot, Charles Pasqua… Jacqueline Laffont est habituée aux procès m...

LGBT, un vote convoité

LGBT, un vote convoité

Une gauche qui reste dominante mais déclinante, une extrême droite en pleine ascension, une droite classique à la peine… Focus sur les habitudes élect...

Lire plus d'actualités

Newsletter savoir pour agir

N'avancez plus à l'aveugle

Ne plus afficher ce message

Ce site utilise des cookies. En continuant la navigation, vous acceptez nos conditions d'utilisation des cookies.
Plus d'informations

J'accepte